• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Initiative Citoyenne

Initiative Citoyenne

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 24/11/2010
  • Modérateur depuis le 14/03/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 31 83 579
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 8 6 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 5 septembre 2012 18:20

    Après une petite recherche, et comme pour son confrère Goubeau, il semble bien que le Pr Reynaert présente d’évidents conflits d’intérêts puisque selon son CV disponible en ligne, elle a fait une présentation à un Congrès d’Eli Lilly et rédigé une plaquette d’information au profit des fabricants Pfizer et GSK, respectivement au sujet des TOC et des troubles dépressifs (à traiter, entre autres, de façon médicamenteuse bien entendu !). Or pour rappel, GSK est un fabricant de paroxétine, utilisé comme anti-dépresseur. Il convient donc de réécrire ici l’évidence déjà diffusée dans la revue belge d’Evidence Based Medicine Minerva, à savoir que tout conflit d’intérêt, quel qu’il soit, « interfère avec le jugement clinique et nuit à l’intérêt des patients. »



  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 4 septembre 2012 12:14

    Et voici ICI le lien que nous avions oublié dans notre post/commentaire précédent sur le lien possible entre AVC et vaccination...



  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 4 septembre 2012 12:13

    Un peu faux ? Au simple motif de ce que vous dites ? Un peu léger comme « argumentation »... la page Wikipedia classant la somnolence parmi les effets secondaires « fréquents et gênants » ! Les gens qui connaissent un peu le monde du médicament savent très bien que les notices sont déjà loin, très loin d’être exhaustives et que ce qui y est écrit est toujours écrit parce que les fabricants y sont effectivement contraints et forcés avec un risque juridique. Ces effets notés ne le sont donc jamais vraiment avec « gaieté de coeur » des fabricants bien sûr qui ne cessent de présenter tous leurs produits comme autant de « progrès » médicaux à chaque fois...

    Rationnellement parlant, les éléments discutés ci-dessus ne sont pas du tout à exclure. Si la notice indique que dans certains cas, un seul oubli d’une prise ou que le sevrage du médicament peuvent donner lieu à des symptômes parfois gênants, incluant troubles de la vision et confusion notamment, pourquoi exclure à priori cette possibilité, certes gênante pour les industriels concernés ??!

    En outre, le fait que des grands pontes aillent affirmer de façon péremptoire au public que telle ou telle molécule n’induit pas la somnolence alors que cela la provoque chez des milliers de consommateurs selon la notice, cela ne vous choque pas ? C’est sans doute votre conception bien à vous alors de ce qu’est « la bonne expertise ».... Mais il est vrai que d’autres experts nous avaient déjà habitué à des dénis du même genre comme par exemple le Pr Goubeau, virologue de l’UCL, qui avait explicitement affirmé à la télé (RTBF) que le vaccin H1N1 (Pandemrix) ne pouvait pas donner lieu ni à des troubles cardiaques ni à des paralysies, alors que la notice indiquait pourtant expressément le risque de Paralysie de Guillain-Barré. Et pareil pour le lien entre sclérose en plaques et vaccin hépatite B. Lorsqu’on retrouve épidémiologiquement parlant un « boom » de 60 000 scléroses en plaques en plus à notre époque qu’avant le début des campagnes massives de vaccination anti-hépatite B en France et qu’on ne retrouve aucune autre cause possible, il faut pouvoir être logique et reconnaître comme facteur prépondérant une pratique et un produit qui induisent précisément des bouleversements immunitaires souvent incontrôlables, sans parler du processus de mimétisme moléculaire scientifiquement déjà abondamment discuté !

    Enfin, rajoutons aussi une précision concernant ce drame de Sierre pour tenter d’être le plus complet possible : alors que certains médias ont déclaré que c’était la piste du « malaise » qui était privilégiée (comme l’a par exemple fait la RTBF dans le lien que nous avons mentionné), d’autres, comme le journal suisse Le Matin, ont plutôt prétendu le contraire, en déclarant l’hypothèse du malaise peu vraisemblable.
    Dans ces conditions où il n’est absolument pas certain que le chauffeur ait fait un « malaise » au sens cardio-vasculaire du terme, il nous apparaît donc plus qu’important de savoir prendre en compte la piste médicamenteuse très intéressante, tout simplement parce qu’il ne reste plus tellement d’autres possibilités alors, au vu des résultats d’autopsie.

    Nous vivons dans une société qui médicalise de plus en plus les gens, ce qui leur fait hélas perdre leur autonomie mais aussi à force, leur bon sens. Abrutis par toutes sortes de pollutions chimiques inhalées, ingérées (additifs, pesticides, mercure dentaire etc), les gens qui sont polymédicamentés et polyvaccinés ajoutent en fait une dose de pollution chimique au lourd bagage toxique que la plupart d’entre nous doivent déjà porter. Comment s’étonner alors que pour toute une série de gens, ce qui peut en totaliser bien sûr des dizaines de millions à l’échelle du monde, cela puisse se solder par des maladies, des décès, des tragédies et des drames ?? Si tout est fait pour entretenir les gens dans la dépendance et dans la croyance que les médicaments allopathiques (très utiles et nécessaires dans certains cas) sont toujours et en tous temps indispensables à chacun à la moindre occasion, c’est avant tout parce que nos propres autorités sanitaires nous ont trahies et s’estiment être « les partenaires naturels » (dixit propos hallucinants lus sur le site du Sénat français) des grosses multinationales pharmaceutiques ! De ce fait-là, le discours des officiels qui devrait, s’il n’y avait aucune collusion, être un discours neutre et objectif à la fois sur les prétendues vertus et sur les risques supposés, est en fait désormais un discours de type promotionnel. Cette confusion des genres est évidente et consiste en fait à favoriser de façon artificielle un monopole allopathique. Ceci étant dit, les frasques des pharmas étant telles (avec le Paxil/paroxétine notamment d’ailleurs !) que ces dernières ont finalement un gros intérêt à prendre faussement distance et à laisser désormais les officiels se charger à nos frais de s’occuper de leur publicité. Avec les vaccins, c’est ce qui se passe, de peur de la méfiance légitime du public pour des produits insuffisamment évalués, les officiels interdisent la pub des fabricants, pensant naïvement qu’en s’en chargeant eux-mêmes, les gens auront alors plus confiance. Si c’est certainement vrai pour les personnes les plus crédules d’entre nous, il n’en demeure pas moins que pas mal de masques sont déjà tombés et qu’en Belgique par exemple, les autorités officielles ont été sévèrement désapprouvées pour PUBLICITE TROMPEUSE sur les vaccins, le Jury d’Ethique publicitaire ayant estimé que cette réclame en faveur des vaccins tout au long de la vie était « de nature à induire le consommateur en erreur » ainsi que contraire aux exigences de loyauté et de véracité auxquelles des firmes commerciales sont normalement censées être soumises en vertu du Code de la Chambre de Commerce Internationale.
    Il est à la fois grave et dommage de désinformer les gens sur les risques et bien sûr, en parallèle ou en même temps, de les désinformer sur l’existence d’alternatives plus sures possible. Cette atteinte continuelle au pluralisme thérapeutique découle finalement très logiquement des aveux de ces officiels qui ne se cachent plus d’être les « partenaires naturels » de ce tout chimique et pharmaceutique (c’est d’ailleurs aussi ce qu’on constate entre les autorités européennes et des géants toxiques comme Monsanto, tant et si bien que dans un questionnaire OFFICIEL, l’Union européenne se prend « étrangement » à aller sonder les gens sur l’image négative ou positive que véhiculerait pour eux Monsanto alors que ce genre de questions n’a rien à faire dans un questionnaire sur le type de politique à mener... à l’heure où de plus en plus de gens mangent bio, les officiels veulent en fait tout simplement sonder les gens pour pouvoir stratégiquement mieux aider « leurs partenaires naturels » style Monsanto ou autres à gagner plus du temps et à mieux désinformer les consommateurs à leur profit, grâce à une meilleure compréhension de ce qui rebutent les gens). 

    La vaccination antigrippale (ainsi que d’autres) pourraient bien être source d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) selon des données américaines. Chacun s’accordera a dire qu’un AVC est une atteinte très grave avec souvent hélas à la clé de lourdes séquelles, des incapacités ou arrêt d’activité professionnelle et aussi des décès. Combien de gens auraient pu éviter un AVC en ne se faisant tout simplement pas vacciner mais en prenant par exemple à la place un peu de vitamine C ou l’une ou l’autre plante aux vertus phytothérapeutiques immunostimulantes comme le sureau, l’astragale ou l’échinacée par exemple ? Ce genre de question qui pourra sembler surréaliste à certains en raison d’un conditionnement ou d’une idéologie paraîtra tellement incontournable à d’autres. De même, des plantes comme le millepertuis aux vertus antidépressives connues (et qui se vendent aussi en pharmacies d’ailleurs) n’auraient-elles pas pu constituer une alternative plus sure et au moins aussi efficace chez un patient comme l’était le chauffeur, si seulement son médecin avait été au courant ? Voilà des questions certes impertinentes mais légitimes que des citoyens pourraient et gagneraient, selon nous, à se poser. Au nom de la mémoire des enfants et des autres victimes.



  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 16 août 2012 16:49

    @ ronny (suite) : par ailleurs, il nous semble aussi trop facile d’invoquer le « sens de l’intérêt collectif » ou « la solidarité » pour inciter les gens à se faire vacciner ou les culpabiliser s’ils ne le font pas, tout simplement parce que cette solidarité n’existe AUCUNEMENT envers les victimes des vaccins qui sont sans cesse niées. Une fois encore, on est donc dans le deux poids, deux mesures car il ne faut surtout pas écorner le mythe et l’IMAGE des vaccins. En outre, culpabiliser les gens ne sert à rien, tout simplement parce que personne n’a envie ni n’a intérêt à tomber malades. Les gens peuvent renforcer leur système immunitaire autrement, de façon générale et non spécifique. Mais tout cela est occulté par les mantra à répéter aveuglément (et bêtement) « les vaccins sont la seule protection possible ». C’est faux, comme l’ont déjà démontré des tas d’études sur d’autres substances immunostimulantes, sur les succès des nosodes homéopathiques dans la prévention d’épidémies (leptospirose à Cuba, méningites à méningocoques au Brésil etc). Il y a en fait un monopole artificiel qui a été créé autour des vaccins de façon à occulter la moindre possibilité de prévention alternative. Cela sert-il vraiment la vraie santé publique ? Permettez-nous d’en douter !



  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 16 août 2012 16:45

    @mrdawson : nous ne truandons aucune source, ce n’est pas de notre faute si l’OMS est un peu bcp schizophrène. Si Anne-Marie Moulin (du CNRS) attribue l’éradication de la variole à la seule vaccination, eh bien c’est faux, tout simplement. Si on lit bien le rapport, on comprend bien que c’est le changement de stratégie (autre que purement vaccinale) qui a été le plus décisive. Bien sûr, les gens attachés à l’image d’Epinal des Vaccins feront la grimace car ça écorne un peu (bcp) le mythe !

    Pour rester sur ce sujet de la variole, il semble hélas que la critique de « anti-vaccins primaire » serve surtout à fermer le débat et à ne surtout pas l’élargir à l’ENSEMBLE des sources. Or que doit-on aussi prendre en compte à ce sujet ? Les chiffres officiels de variole (innombrables) dans les pays et zones où la vaccination était obligatoire et/ou fréquente VS ceux et celles où ça n’était pas le cas or, déjà en 1875, un médecin canadien comme le Dr Coderre (mais bcp d’autres confrères de renom aussi) expliquait dans un document d’époque, chiffres à l’appui, comment la vaccination non seulement freinait la lutte contre cette maladie mais aussi comme elle favorisait des flambées épidémiques (rappelons à ce sujet que plusieurs spécialistes ont aussi accusé le vaccin BCG de freiner la lutte contre la tuberculose) :

    Le Dr Gherard Buchwald, un médecin allemand qui a étudié les vaccins pendant plus de 40 années explique, chiffres à l’appui, dans son ouvrage « Vaccinations, le marché de l’angoisse » l’échec de la vaccination anti-variolique des contacts (selon le principe d’une vaccination plus ciblée donc) avec un nombre accru de malades et de morts comparativement à des sujets exposés non vaccinés. Ces chiffres dans la rhénanie et nord westphalie d’après guerre sont donc assez indicatifs que la vaccination de masse, pas plus que la vaccination ciblée, n’a pu être l’élément LE PLUS DECISIF de la moindre éradication.

    Par ailleurs, les risques du vaccin anti-variolique semblent peu vous intéresser, comme si selon vous ça fonctionne, tant pis pour les risques ! C’est là une drôle d’approche en termes de santé publique ! A ce propos, les vaccins anti-varioliques ont provoqué des cancers de la peau au lieu d’injection, des flambées leucémiques mais aussi favoriser la syphillis et la tuberculose. Il y aura toujours des gens pour nier ces constatations épidémiologiques effectuées par nombre de médecins de terrain mais lorsqu’on comprend que la variole pénètre l’organisme par la peau et les muqueuses et que le vaccin consiste à court-circuiter les voies immunologiquement prévues de pénétration dans l’organisme, on a moins de difficultés à concevoir que cette façon de faire est propice à toutes sortes d’effets graves incontrôlables ayant trait au système immunitaire !

    @ Ronny : la question de l’« immunité de groupe » est très contestable étant donné que de nombreuses épidémies se sont déjà déclarées dans des populations très très vaccinées (plus de 95 et parfois même 98 et 99%). C’est donc surtout aussi un argument qui arrange bien les pharmas en ce sens que cette façon de procéder qui favorise aussi les obligations est un frein à une évaluation comparative INDISPENSABLE (et qui aurait d’ailleurs dû être effectuée AVANT toute utilisation de masse !) entre vaccinés et pas vaccinés du tout, seul moyen fiable d’évaluer réellement si tel ou tel vaccin est « un succès ». Parce qu’encore une fois, votre vision ressemble fort à celle du commentaire précédent : vous voyez un succès apparent sans voir tout ce qui peut l’obscurcir au point de rendre cette méthode de prévention très discutable (en vous disant sans doute, si on a rien d’autre -que disent les pharmas- alors il faut choisir le vaccin mais le plus n’est pas toujours le mieux !). Si vous prenez le cas de la polio, quid de tous les gens qui ont fait une polio suite au vaccin et sans aucune indemnité ? Quid aussi des plus de 50 000 enfants indiens qui ont fait en 2011 une paralysie flasque aigue à cause du vaccin polio oral, atteinte deux fois plus meurtrière que la polio naturelle et qui les paralyse aussi à vie ?
    Quid encore des MILLIONS DE GENS (en réalité des centaines de millions) qui ont été contaminés par le virus simien cancérigène SV40 via les vaccins polio tant oraux qu’injectables dans les années 50-60 et dont des milliers ont développé des cancers osseux, du cerveau ou des mésothéliomes à cause de ça sans parler du fait que ce virus se transmet horizontalement et verticalement, donc aussi à des enfants non vaccinés qui voyaient ainsi leur risque de cancer multiplié par plus de 10 pour divers types de cancers ?? Quid du déplacement de l’âge de survenue de la maladie à cause de vaccinations IRRATIONNELLES contre la rougeole dans l’enfance (il aurait été bcp plus judicieux de ne se servir du vaccin que comme d’un outil à utiliser que si l’enfant n’a pas eu la chance de faire une rougeole à l’âge où elle cause le moins de risque tout en octroyant une immunité bcp plus solide et robuste, car ces maladies ne sont pas juste là pour nous ennuyer, elles ont aussi un rôle bénéfique sur la maturation du système immunitaire, contre les allergies etc. Donc votre vision est trop étroite, c’est comme si vous aviez des oeillères à ce niveau, informez-vous et vous verrez que toutes les facettes du problème ne vont globalement pas du tout en faveur de vaccinations massives hélas !

    Pour ce qui est de l’Afrique, nous sommes en contact avec plusieurs médecins qui ont beaucoup été en Afrique et comptent encore y retourner mais qui sont nettement moins enthousiastes que vous au sujet des vaccins ! Dabord, ces gens ont assisté à plusieurs accidents graves (comment s’en étonner vu qu’on vaccine aveuglément et sans précaution des enfants dénutris et donc forcément immunodéprimés ce qui est par exemple contraire aux notices des vaccins viraux atténués !), ensuite, comme on l’a détaillé sur notre blog, chaque accident est couvert par les autorités qui font systématiquement semblant d’enquêter mais qui blanchissent toujours de facto les vaccins. Enfin, ces gens ont été écoeurés que les frigos à vaccins soient toujours pleins alors que les ventres sont vides. Ces enfants affamés et souvent privés d’eau et du minimum nécessaire mourant dans les suites de vaccins ou devenant malades à vie ne sont jamais repris dans les morts de rougeole ou les paralysés de polio mais le résultat n’est guère meilleur. Une fausse victoire en somme et de beaux chiffres trompeurs présentés souvent en fanfares par des associations comme Unicef alliés à des fondations bien connues.

    Les voyageurs sont souvent vaccinés de façon excessive dans ces travel clinics mais ne savent en général pas d’avance que les réactions secondaires aux vaccins sont un des motifs reconnus comme valables par les assurances annulation des voyages... c’est ce qu’on appelle des pigeons voyageurs !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès