• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

J-M Hauth

J-M Hauth

Ingénieur en Mécanique des Fluides , retraité.
Président de l’Association des biefs du Pilat
 

Tableau de bord

  • Premier article le 30/06/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 35 34
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • J-M Hauth jeandb 4 mars 2007 15:04

    Mes propos sont seulement d’essayer de mettre en évidence qu’on parle surtout des émissions des co2 et de leurs effets sur l’augmentation de température de l’atmophère à laquelle on attribue les modifications du cycle de l’eau dont l’aggravation de la sécheresse. Alors qu’en fait l’activité humaine a ses propres effets de dégradation de la sécheresse par la réduction de l’infiltration de l’eau et la surexploitation des réserves souterraines d’eau et que cette « sécheresse directe » est responsable de l’augmentation des température de l’atmosphère et du nonrecyclage du CO2 par un manque de végétation. Ceci est grave car le fait de ne pas en parler , de la maginaliser , met à l’écart une solution de « réparatition climatique » par la gestion globale de l’eau . Une solution qui dérange comme dirait AL Gore.... Mais en France on est dans un pays où les nuages radioactifs s’arrêtent à la frontière et où les scientifiques sont choisis pour leur esprit partisans...et qui n’hésitent par à utiliser le dénigrement pour convaincre qu’ils sont seul à connaitre La vérité. Et là je rejoins vos activités.... si j’ai bien compris à mon tour.



  • J-M Hauth jeandb 4 mars 2007 00:35

    Le fond de mon article est la relation réciproque entre les modifications du cycle de l’eau par l’activités humaines et les incidences de l’effet de serre sur le climat... Je ne faisais remarqué qu’ en passant que les continents étant soumis au ruissellement des eaux de pluies et à la surexploitation des eaux souterraines , il avaient toutes raisons de s’assécher . Sans faire de calcul on peut se poser la question sur l’incidence de la sécheresse des continents sur les forces auxquelles ils sont soumis et leur déformation et leur dynamique. Si vous savez faire les calculs , j’attends les résultats car « ridicule profond » n’est pas une preuve scientifique.



  • J-M Hauth jeandb 3 mars 2007 11:15

    Encore un fois je m’excuse de ne pas pouvoir expliquer tout en quelques phrases et en fonction de la sensibilité de chaque internautes. Mais c’est ca les forums....

    Les biefs ne sont pas des zones humides à eux seuls et ne remplacent pas ceux que l’activité humaine fait disparaitre. Si on envoit 1L/S dans une bief cela fait en gros 4m3/h ou 100m3/jour ou 40000m3/an ( ordre de grandeur)

    Ou encore 20 l/ s serait l’équivalent de 1 million de m3 en 1 an

    Un bief de 20 km de long qui suit une courbe de niveau et qui au départ prélève 20 l/s sur le coté d’un ruisseau va infiltrer 1million de mètre cube d’eau dans le sol tout au long du bief pendant un an.Un tel bief ne ferait qu’un mètre de large et 30 cm de profndeur au départ du bief...

    De ce milion de m3 , une part va rester dans le sol et constituer une zone humide souterraine à la vertical souterraine du bief. Ce rechargement dynamique du sol va permettre de garantir un débit de restitution au cours d’eau permettant un débit plus constant . Les biefs ne recoivant pas un débit constant et donc servent à prélever des pointes de débit lors des période de pluie afin de constituer des petites réserves tampons le long du bief en une zone propice à ce genre de travail. Ensuite ,entre deux pluies, ces réserves sont vidées en alimentant les biefs qui tranfèrent l’eau dans le sous-sol.

    Il faut donc voir les biefs comme une alternative : réparatrice pour la nature pour faire ce que fesait les forêts avant que l’homme déboise pour ses activités qui accèlèrent les écoulements en réduisant l’infiltration de l’eau.



  • J-M Hauth jeandb 3 mars 2007 02:19

    Je crois que vous n’avez pas compris. Je disais seulement que la sécheresse des sols dans les zones des failles tectoniques pouvait avoir une incidence sur les tremblements de terre parce que les coefficient de frottement étaient plus important sur des matériaux secs que lorsqu’ils sont humides et donc les mouvements entre les plaques devraient être plus long à se déclancher dans les zones séches puique les coefficients de frottement y étaient plus élevés que dans les zones humides.Donc au lieu de glisser de façon permanente et doucement , les ruptures sont retenues et lâchent brusquement. Mais en aucun cas j’ai dis que cela à une incidence sur le climat. J’ai eu tord de parler de cette incidence de la sécheresse de l’écorce terrestre rapportée à ce phénomène dans ce court message concernant le climat et l’eau dans le sol. Cela a prêté à confusion sur un sujet déjà assez complexe.



  • J-M Hauth jeandb 2 mars 2007 20:26

    Non le film n’est pas de moi. Ni le choix de la musique ni le commentaire. Je n’aurai ni parlé de l’eau sur Mars ni de la cotation en bourse si on m’avait invité au montage. Bien sûr il y a beaucoup à faire pour communiquer avec peu de moyen..

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité