• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jacques-François Bonaldi

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 27/02/2008
  • Modérateur depuis le 19/05/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 57 308
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 0 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires



  • Jacques-François Bonaldi 6 décembre 2016 22:39

    @Pierre JC Allard

    Ce que vous proposez n’est pas une annexion ?! Vous connaissez bien mal le peuple cubain et sa Révolution, et ignorez tout de son histoire et de ses valeurs nationales et révolutionnaires si vous pensez qu’il pourrait voter un rattachement aux USA !

    Et pourquoi ne proposeriez-vous pas aux Français de s’intégrer à la Grande-Bretagne, par exemple ? Tout ça n’est vraiment pas sérieux.

    Même Obama, qui est venu nous flatter dans le sens du poil ici à La Havane en mars dernier et nous « tendre une main d’ami », ne se risquerait pas à une telle proposition !!!

    Jacques-François Bonaldi (La Havane)



  • Jacques-François Bonaldi 6 décembre 2016 18:49

    @Pierre JC Allard

    Je poursuis mes commentaires :

    Vous galéjez, n’est-ce pas ? Parce que si vous parlez sérieusement, j’en suis estomaqué ! Que le couronnement logique et désirable, selon vous, de la lutte des Cubains depuis plus d’un siècle (première guerre d’Indépendance, 1868-1878) et même avant, que, surtout, l’achèvement normal et souhaitable de presque soixante ans d’une Révolution socialiste qui a fait de cette île, entre bien d’autres conquêtes, l’un des États et des pays assurément les plus libres et les plus indépendants au monde face à des puissances dont la capacité de nuisance est sans commune mesure avec la sienne, soit l’annexion aux États-Unis qui en sont l’ennemi séculaire et surtout, de nos jours, l’antithèse absolue dans à peu près tous les domaines, c’est l’idée la plus farfelue et surtout la plus anticubaine que j’aie écoutée en bien des années !

    Même les « dissidents » les plus haineux envers la Révolution cubaine, même les plus vendus aux États-Unis dont ils reçoivent argent et prébendes et appuis, n’oseraient formuler une telle perspective, car leur « prestige » déjà inexistant ferait définitivement plouf. L’une des plus connues, qui, à l’époque où Bush fils ne rêvait que d’en découdre avec la Révolution cubaine et d’être le premier président étasunien à faire disparaître ce trublion si irritant à quelques encablures de ses côtes, a exprimé un jour son souhait que ses troupes envahissent Cuba, et « tant pis pour les Cubains ! », mais il ne lui serait jamais venu à l’idée de réclamer l’annexion de Cuba aux États-Unis…

    À l’époque allant de la fin de la première guerre d’Indépendance à la seconde (1895-1898), il y a eu, certes, un courant dit « annexionniste », mais pour une toute autre raison que celle que vous avancez : ne voyant pas la possibilité de se débarrasser du joug espagnol par leurs propres moyens (l’Espagne se disait prête, contre vents et marées, à conserver sa colonie « jusqu’au dernier homme et à la dernière peseta »), ils pensaient que l’annexion était une solution pour cesser d’être colonie et aussi, reconnaissons-le, s’intégrer dans un jeune pays qui, face à une Espagne rétrograde, représentait l’entrée dans la modernité. En 1898, je vous le rappelle, les États-Unis occupent militairement l’île jusqu’en 1902, imposent leur volonté sur les plans politique et économique, et transforment Cuba en une dépendance, en une néocolonie, bref la soumettent à une « annexion » larvée pendant soixante ans. Je vous rappelle aussi que la Révolution cubaine s’est faite, non seulement pour expulser Batista, mais aussi pour récupérer l’indépendance politique et économique perdue, ce que, comme les faits le prouvent éloquemment, aucun locataire de la Maison-Blanche ne lui a jamais pardonné. L’ « annexion », on l’a déjà connue ici, et personne n’en redemande, croyez-moi !

    L’annexion aux États-Unis, donc, c’était fin XIXe siècle, et pour des raisons très concrètes, dans une situation historique bien précise ! La prôner en 2016, c’est pour le moins saugrenu ! Ici, aujourd’hui, on taxe justement d’ « annexionnistes », ou de « plattistes » les Cubains qui n’attendent leur salut que des États-Unis…

    Si vous allez à Cuba, surtout n’avancez pas une telle idée à vos interlocuteurs : au mieux, ils vous riront au nez ou vous prendront pour un doux dingue ou un ignorant, au pire, même s’ils sont généralement accueillants, ils vous flanqueront leur poing à l’endroit du corps qui contient le cerveau. Car s’il est quelque chose dont les Cubains sont fiers, c’est de l’indépendance et de la dignité que leur a apportées leur Révolution socialiste…

    Vous vous dites défenseur et ami du peuple cubain. Magnifique. Sur Agoravox, en tout cas, on les compte sur les doigts de la main. Mais, je vous en prie, défendez-la autrement. Votre aide a tout du pavé de l’ours !

    Bien à vous

    Jacques-François Bonaldi (La Havane)



  • Jacques-François Bonaldi 6 décembre 2016 08:37

    @Pierre JC Allard

    Si vous parlez sérieusement, alors, vous me sidérez ! Proposer aux Cubains d’entrer dans les USA, nous sommes (vous êtes) en plein délire ! Ignorez-vous que toute l’histoire de Cuba, de tous ses penseurs depuis la fin du XVIIIe siècle et durant tout le XIXe siècle a été précisément de refuser d’être engloutis par le « monstre » , comme l’appelait José Martí ? Ici, on se regarde dans le miroir de Porto Rico et on se trouve bien mieux portant et surtout bien plus libre ! Invitez les Cubains à cette perspective après qu’ils ont fait une des plus grandioses révolutions du XXe siècle, et ils vous riront au nez. C’est une idée si saugrenue et surtout si insultante pour le peuple cubain qu’elle ne mérite pas la moindre commentaire.

    Jacques-François Bonaldi (La Havane)



  • Jacques-François Bonaldi 6 décembre 2016 03:05

    @Christian Labrune

    Avec moi, au moins, vous économiserez le billet d’avion, puisque, comme je le signale pour des raisons qui coulent de source, je vis à Cuba !



  • Jacques-François Bonaldi 6 décembre 2016 02:59

    @moderatus

    Vous savez, « les hommes politiques en France » ne sont pas pour moi des références devant lesquelles je m’inclinerais avec des révérences...

    Quant à votre « régime dictatorial », non, vraiment, il ne me fâche pas : il me fait sourire : J’attends toujours de vous, d’ailleurs, des arguments un peu plus solides pour me convaincre à l’envers d’une réalité que je vis ici au jour le jour depuis quarante-cinq ans.

    Jacques-François Bonaldi (La Havane)

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité