• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JC. Moreau

JC. Moreau

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 07/02/2007
  • Modérateur depuis le 15/02/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 14 235 976
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 10 6 4
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • JC. Moreau JC. Moreau 3 novembre 2009 22:13

    @ L’enfoiré,

    La correction orthographique de l’ensemble des articles publiés n’est pas dans mon champ d’action, mais dans celui de l’équipe prétendument rémunérée pour ce faire.
    Je ne vois donc pas trop où nous mène votre insistance sur l’existence de ce logiciel d’édition-correction mis à notre disposition, et dont la portée est nécessairement limitée à nos contributions respectives.

    Enfin concernant le nombre d’articles, je ne conteste pas le chiffre de 383 articles en instance de modération, j’attire simplement votre attention sur le fait que l’équipe d’Agoravox a seulement en charge la correction des articles publiés et non de tous ceux soumis à publication. Ce qui fait une énorme différence en termes de charge de travail.

    PS : Tout en précisant que si la modération et la correction des articles me semblent lacunaires à bien des égards, il est en revanche évident que la gestion purement technique du site constitue une réussite.



  • JC. Moreau JC. Moreau 3 novembre 2009 18:40

    @ L’enfoiré,

    Je ne vous parle pas ici de correcteurs automatiques ou de logiciels d’édition, mais des personnes censées être payées pour corriger les seuls articles destinés à la publication, dont le nombre est bien inférieur aux chiffres que vous évoquez.

    Raison pour laquelle, à mon sens, le nombre d’articles publiés par jour sur Agoravox n’est pas un argument recevable pour excuser la lenteur de la modération.

    D’ailleurs, il ne s’agit peut-être pas tant d’un problème de compétence que d’organisation.

    Enfin, lorsque vous dites que les membres de la modération "n’ont peut-être aucune envie de jouer avec la forme mais sont là uniquement pour le fond", ( étant entendu que je parle des personnes rémunérées et non des auteurs-modérateurs ), j’avoue rester perplexe :


    - Si des personnes sont payées pour corriger l’orthographe des articles, comme l’affirme M. Revelli, elles ne sont pas censées avoir le loisir de décider de s’intéresser au fond plutôt qu’à la forme.

    - Si des personnes sont payées pour se préoccuper uniquement du fond des articles, alors il faut bien convenir - à la suite de l’exemple de l’article faisant référence au protocole des sages de Sion - que ce travail n’est pas correctement réalisé.

    Bien évidemment, je pourrais partager votre indulgence s’il était question d’une structure entièrement fondée sur le bénévolat. Mais tel n’est pas le cas pour Agoravox puisque M. Revelli nous indique lui-même qu’une équipe est rémunérée pour assurer la modération ainsi que la correction.



  • JC. Moreau JC. Moreau 3 novembre 2009 17:12

    @ L’enfoiré

    Bonjour,

    Vous me dites que la correction orthographique exige « une armée de gens formés pour l’exercice » et que, de façon plus générale, la modération est « une affaire de spécialistes ». Ce en quoi je me garderai bien, dans l’absolu, de vous contredire. [Concernant les «  fôtes » dans la presse écrite, cela arrive effectivement, mais dans des proportions moindres que sur Agoravox me semble-t-il ; et par ailleurs dans l’article pris en exemple, les corrections nécessaires n’exigeaient pas une grande compétence linguistique ]

    Simplement Carlo Revelli parle de frais de fonctionnement liés à la modération et à la correction des articles, ce qui suppose que des spécialistes ont été engagés pour cela ( à moins que le recrutement ait été réalisé par critères d’affinités ) et je constate :

    - Que la correction orthographique laisse à désirer

    - Que plus de trois semaines ont été nécessaires à une équipe de modération, censément rémunérée pour veiller à la légalité du contenu des articles, pour expurger un article qui citait « Le protocole des sages de Sion » afin d’appuyer son propos (en lui accordant la même authenticité que la Déclaration Balfour).

    Ce qui m’amène à conclure que, indépendamment des difficultés financières évoquées par M. Revelli, il se pose également un évident problème quant à la compétence des personnes rémunérées par Agoravox, (et indirectement par ceux qui ont pris le parti de verser leur obole à la fondation).




  • JC. Moreau JC. Moreau 3 novembre 2009 10:01

    J’ai le sentiment que mon propos a été mal interprété... Il n’était pas question de pointer du doigt tel ou tel rédacteur à l’orthographe approximative, sachant qu’il m’arrive comme tout à chacun de faire subir de nombreux outrages à la langue française.

    Je soulignais simplement que Carlo Revelli a évoqué le coût financier les travaux de correction orthographique effectués sur les articles alors que, de toute évidence, ces travaux ne sont pas réalisés correctement, voire inexistants dans certains cas.

    D’où une interrogation sur l’existence même de correcteurs, et donc de certaines justifications avancées par Carlo Revelli sur les frais de fonctionnement d’Agoravox.

    PS : @ Djanel, vous devriez faire soigner cette vilaine dyslexie.




  • JC. Moreau JC. Moreau 2 novembre 2009 23:42

    @ Carlo Revelli

    Bonsoir,

    Vous précisez que les frais de fonctionnement d’Agoravox comprennent notamment les salaires versés aux personnes chargées de la modération et de la correction orthographique des articles.

    Or, il semble assez évident que les travaux de correction font parfois cruellement défaut : exemple

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité