• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Étirév

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 503 0
1 mois 0 46 0
5 jours 0 5 0

Derniers commentaires



  • Étirév 25 septembre 10:36

    La jeunesse immorale et la reptation ayant le vent en poupe, attendez-vous au pire aux prochaines élections présidentielles, si toutefois il y a encore des naïfs pour aller perdre leur temps dans les bureaux de vote de ce beau et grand régime qu’est la démocratie.
    Toute élévation humaine demande un régime aristocratique dans lequel les grands Esprits dominent. La démocratie avilie en abaissant les bons, c’est une tyrannie qui s’exerce par un mouvement de traction morale, de bas en haut ; elle fait descendre, elle empêche les meilleurs de s’élever, elle abat les têtes qui dépassent le niveau des médiocres, empêchant ainsi l’éclosion des types supérieurs. Elle supprime le respect, rend les petits insolents.

    L’aristocratie de l’esprit



  • Étirév 24 septembre 15:44

    Vivre libre et Mourir d’Amour plutôt que se raccrocher à ce monde de pourritures, comme cette « masse », informe et lâchement masquée, de peur surtout de perdre son petit confort « matérialiste », artificiel, égoïste et médiocre.



  • Étirév 24 septembre 14:00

    « C’est extraordinaire à quel point les instincts criminels sont vivaces chez l’homme. Je le dis sciemment : criminels. »
    En effet, mais l’impulsivité a néanmoins ses degrés. Elle commence à l’impolitesse et finit au crime.
    La colère est l’expression violente de la révolte de l’homme contre tout ce qui gêne les manifestations de son instinct.
    La colère masculine n’existe pas chez la femme. Elle est remplacée par la douceur. La colère ne se rencontre pas non plus chez l’homme sage.
    La susceptibilité est le premier mot de la colère. L’homme susceptible se fâche quand il a tort, et quand on lui prouve qu’il a tort ; il se blesse surtout quand il s’aperçoit qu’on le prend pour ce qu’il est, c’est-à-dire quand il voit qu’on n’accepte pas le masque, dont il se couvre, comme le représentant réellement.
    L’impatience, l’emportement, l’irascibilité viennent d’une impulsion motrice non coordonnée. Ce qui équivaut à dire que ce sont des manifestations qui ne sont pas guidées par le raisonnement ; elles sont spontanées et se produisent chez les individus dont l’intellectualité n’intervient pas dans la direction des actes. On les appelle des impulsifs, ils ne savent ce qu’ils font, leur violence prouve ce qu’ils veulent nier : leur déchéance.
    La colère est donc le fait de l’homme qui a perdu presque toute sa vie intellectuelle en la dépensant dans la vie sexuelle.
    Les caractères physiques de ces hommes sont ceux qui se rapprochent de l’animal, de l’Anthropoïde. (C’est alors qu’il affirme que le singe est son ancêtre, pour justifier cette ressemblance).
    La colère se manifeste même sans cause déterminante : l’homme mécontent de lui-même est continuellement prêt à s’en venger, et nous sommes destinés à être ses victimes, ne fût-ce que parce que nous devons supporter la vue de ses laideurs morales.
    La politesse a été instituée pour corriger l’impulsivité.
    La valeur des hommes se mesure par le degré de politesse qu’ils mettent dans leurs relations sociales.
    Les sots prennent un ton positif et tranchant que l’homme intelligent ne prend jamais, et qui donne la mesure de leur valeur négative.

    Homo duplex



  • Étirév 24 septembre 11:03

    Toute prescription non justifiée par une loi de la Nature est arbitraire et doit être suspecte. La loi doit avoir sa cause et cette cause doit être démontrée ou démontrable.

    Si l’ignorant a pu se soumettre à des préceptes imposés arbitrairement, c’est parce que, sentant sa faiblesse, il a eu confiance dans ceux qu’il a accepté pour maîtres, dans ceux à qui il a laissé le soin de penser pour lui.

    Mais celui qui se sent fort veut savoir le pourquoi des actes qu’on lui impose.

    Donc, pour être accompli le devoir doit être compris. S’il n’est pas compris, s’il est imposé, il est bientôt considéré comme une tyrannie et secoué à la première occasion.

    Nous devons croire à la raison d’être des choses, pour les accepter. Sans cette condition première : la foi, rien ne peut entrer dans l’esprit des hommes.

    Moins l’homme est contraint par la force, plus il est tenu par sa conscience.

    C’est parce que l’homme a une tendance qui s’accentue de jour en jour, à étouffer la voix de la raison qui est en lui, que les premiers législateurs ont cru utile de remplacer cette voix, trop souvent méconnue, par des lois. La loi est la conscience publique. Elle est la base de la morale, et la morale est la science des mœurs, la science des devoirs.

    Il y a donc une loi morale supérieure, qui plane au-dessus des institutions sociales actuelles, qui ne dérive pas d’elles, mais de la Nature. Et, pour que l’ordre règne, il faut que les institutions sociales soient désormais basées sur cette loi.

    Rappelons que la dissolution des Etats, c’est-à-dire le désordre, commença quand certains hommes, troublés par le mauvais esprit qui engendre l’orgueil, voulurent mettre leur personnalité au-dessus des autres, s’affranchir des lois établies et dominer les faibles. Cette révolte fut le commencement de l’erreur sociale, c’est-à-dire de l’injustice.

    Aujourd’hui, désordre et injustice, sont partout car devenus l’unique programme politique, tout parti confondu.

    La désobéissance civile devient donc une nécessité, presque une survie.



  • Étirév 23 septembre 14:46

     Tous les « Blobs » du monde s’uniront dans l’Amour et l’intelligence lorsqu’il sera devenu clair pour eux que l’immense crise humaine qui couve actuellement a pour point de départ le besoin de Vérité.

    Aussi, au lieu de continuer à dire « voilà ce qu’il faut », commençons par dire « voilà ce qui est ».

    Mais, s’ils ne sont arrêtés à temps, les aveugles qui conduisent d’autres aveugles seront fatalement entrainés à l’abîme, et tous périront.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité