• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JL ML

JL ML

Journaliste (ancien ESJ Lille) et professeur en journalisme (CFD-EMI), je suis rédacteur en chef du webzine Ouvertures.
J'ai initié en 2007 sur Agoravox le concept de "co-journalisme" (enquête participative) dans laquelle un journaliste professionnel lance le sujet puis l'approfondit avec les internautes et par lui-même avant d'en publier intégralement la synthèse.
Je crois que l'avenir du journalisme dépend du supplément de qualité qu'il saura offrir, et que ce supplément ne sera possible qu'en intégrant de plus en plus, et en amont, l'opinion et les connaissances du public.
Je milite parallèlement pour la promotion de la liberté d'expression et du journalisme éthique. Je milite ainsi pour la création d'un conseil de la presse indépendant, constitué de journalistes, d'éditeurs et de citoyens, qui aurait pour mission d'assurer une régulation pour faire respecter le droit du citoyen à une information fiable.

Mes livres :
 * Décryptez l'information, Dangles, 2014.
 * Evolution et finalité ; Darwin, Monod, Dieu, L'Harmattan, 2009.
 * Les Droits de l'âme - Pour une reconnaissance politique de la transcendance, L'Harmattan, 2008.
 * Le Guide l'écriture journalistique (La Découverte, 7ème édition 2008)
 * Vademecum de l'eau : le guide de l'acteur de l'eau (Johanet, 2008)
 * Le Journalisme responsable, un défi démocratique (Editions Charles-Léopold Mayer, 2006).
 * Et comment va Youri ? Théâtre, Ed. du Petit Théâtre de Vallières, Clermont-Ferrand, 2007.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 26/07/2006
  • Modérateur depuis le 27/11/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 69 160 3277
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • JL ML Mangouste 25 août 2006 15:28

    Oui David. Il serait intéressant, à mon avis, que vous écriviez ce que vous savez sur cette affaire (en étant précis et factuel, c’est le meilleur moyen de communiquer)...



  • JL ML Mangouste 28 juillet 2006 15:38

    Je ne suis pas contre, a priori, le fait que nos impôts aident le pluralisme de la presse.

    Il faut savoir que l’Etat subventionne la presse généraliste d’information et d’opinion à hauteur de 1,5 milliard d’euros par an (aides directes et indirectes), soit environ à 12 % de son chiffre d’affaires.

    Cela dit, puisqu’il s’agit d’argent public versé à des entreprises privées au nom du pluralisme, il devrait y avoir des critières bien plus rigoureux :

    - pour que ces journaux favorisent dans leurs propres colonnes la diversité des opinions et les informations à caractère « citoyen » (plus d’articles sur le développement durable, par exemple) ;

    - pour qu’ils garantissent un plus grand respect des faits avant d’exprimer leurs opinions ;

    - pour qu’ils rendent des comptent sur l’utilisation faite de ces subventions.



  • JL ML Mangouste 26 juillet 2006 17:58

    Je ne peux répondre à tous les commentaires suite à mon article. Je remercie tous ceux qui ont pris la peine d’y répondre, serait-ce même pour tenter de le ridiculiser. L’important est, il me semble, qu’il y ait débat.

    Je voudrais simplement mettre l’accent sur cette critique :

    « Les médecines naturelles ou alternatives seraient de simples arnaques ou la voie d’accès de certaines sectes profitant du malheur des gens ».

    C’est ignorer un savoir-faire multimillénaire, qui prospère encore dans certaines régions du monde (notamment en Chine et dans certains pays en développement) avec d’excellents résultats. C’est ignorer que ces médecines sont utilisées en complément dans de nombreux pays occidentaux (certains Etats US, Suisse, Canada, etc.), qu’elles font parfois l’objet de recherches sérieuses, que les principes actifs des plantes sont à la base de très nombreux médicaments recomposés chimiquement.

    L’argument “arnaque” ou “agissement de secte” ne peut être utilisé de façon générale pour contrer l’usage de ces pratiques différentes. S’il est vrai qu’il est criminel de laisser entendre que manger des légumes suffit à guérir le cancer, il l’est tout autant de ne pas étudier loyalement et selon des protocoles adaptés d’autres propositions dont de nombreux utilisateurs peuvent témoigner des bienfaits qu’ils en ont reçu.

    Le mode d’action de la plante est souvent global. L’étude de l’efficacité d’une méthode dite naturelle (qui ne se limite pas d’ailleurs à la phytothérapie) devrait dépasser la seule action mécanique qui est celle des médicaments (agissant d’ailleurs souvent sur le symptôme plus que sur la cause du mal), et s’appuyer sur une vision plus profonde, plus complète, de l’individu souffrant.

    Enfin, je ne parlais pas, dans cet article, en tant qu’adepte ou non des « médecines naturelles ».

    Je parlais au nom du journaliste qui s’étonne et qui proteste contre le fait qu’une instance animée par les seuls pouvoirs (politique et économique) puisse décréter si le fond de telle ou telle revue est d’intérêt général, si tel ou tel article concernant la santé mérite de participer ou non au débat démocratique. On est alors dans le cas de figure d’une vérité officielle en matière de médecine, vérité protégée par des gens qui ne sont pas a priori compétents et qui ne prendront leurs sources de renseignement qu’auprès des pouvoirs.

    J’ai toujours pensé que la presse devait être aussi un contre-pouvoir. Qu’elle peut diffuser des informations contradictoires, même sur des sujets graves, et que c’est au débat démocratique de les mettre en concurrence et au citoyen de se faire lui-même son opinion au final.

    A moins que l’on accepte de dire : en médecine (et dans quel autre domaine ?), ce n’est pas à moi de décider ce qui est bon à savoir mais aux spécialistes. Sachant que ceux-ci, comme de nombreux être humains, ne vivent pas que pour le bonheur de tous ; et que les intérêts faussent souvent, précisément, la recherche de l’intérêt général...

    C’est pourquoi j’estime :

    - qu’une instance comme la CPPAP a son rôle de vigilance, mais qu’elle doit s’en tenir au respect des lois

    - et qu’il serait bon que les journalistes (au moins) et le public (au mieux) participent à ce débat essentiel en terme de démocratie : la définition de l’intérêt général en matière de presse. La démocratie représentative a ses limites et doit s’ouvrir aujourd’hui, c’est du moins mon avis, à la démocratie participative.



  • JL ML Mangouste 26 juillet 2006 14:47

    150 000 personnes meurent chaque année en France du cancer et ce, en suivant les soins de la médecine académique.

    Vous l’avez compris, je l’espère, il ne s’agit pas ici d’opposer telle ou telle médecine, mais de permettre que la diversité des approches soit respectée, qu’elle soit étudiée soigneusement et loyalement. Et que le citoeyn puisse choisir en connaissance de cause - et non selon une « vérité » + ou - officielle...



  • JL ML Mangouste 26 juillet 2006 14:34

    Je ne parlais pas, dans cet article, en tant qu’adepte ou non des « médecines naturelles ».

    Je parlais au nom du journaliste qui s’étonne et proteste contre le fait qu’une instance animée par les seuls pouvoirs (politique et économique) puisse décréter si le fond de telle ou telle revue est d’intérêt général, si tel ou tel article concernant la santé mérite de participer ou non au débat démocratique. On est alors dans le cas de figure d’une vérité officielle en matière de médecine, vérité protégée par des gens qui ne sont pas a priori compétents et qui ne prendront leurs sources de renseignement qu’auprès des pouvoirs.

    J’ai toujours pensé que la presse devait être aussi un contre-pouvoir. Qu’elle peut diffuser des informations contradictoires, même sur des sujets graves, et que c’est au débat démocratique et au citoyen de se faire lui-même son opinion. A moins que l’on accepte de dire : en médecine (et dans quel autre domaine ?), ce n’est pas à moi de décider ce qui est bon pour moi mais aux spécialistes. Sachant que ceux-ci, comme de nombreux être humains, ne vivent pas que pour le bonheur de tous. Et que les intérêts faussent souvent, précisément, la recherche de l’intérêt général...

    C’est pourquoi j’estime :
    - qu’une instance comme la CPPAP a son rôle de vigilance, mais qu’elle doit s’en tenir au respect des lois
    - et qu’il serait bon que les journalistes (au moins) et le public (au mieux) participent à ce débat essentiel en terme de démocratie : la définition de l’intérêt général en matière de presse. La démocratie représentative a ses limites et doit s’ouvrir aujourd’hui, c’est du moins mon avis, à la démocratie participative.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès