• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean-Paul Foscarvel

Jean-Paul Foscarvel

Cadre "de base" en entreprise et auteur de textes divers, nouvelles et pièces de théâtre.

Tableau de bord

  • Premier article le 07/04/2008
  • Modérateur depuis le 05/07/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 72 608 2063
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 136 113 23
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 8 avril 2008 09:36

    Cet article est peut-être un peu succinct, je le concède. je ne relèverais pas les invectives, cela n’a aucun intérêt.

    Soyons clairs. Pour la crise économique, la crise des "subprime" n’est que le sommet visible de l’Iceberg, qui cache plusieurs choses.

    Les fonds de pension ont depuis quelques années investi en empruntant massivement, achetent des entreprises brinquebalantes, les sortent du marché boursier, les restructurent (soit en licenciant, soit en délocalisant, ou autre), les remettent en bouse ou les revendent en tirant bénéfice et remboursant les emprunts. Si l’économie entre en phase de récession, ces mécanismes deviennent contre-productifs. Comme les subprime, ce sont des mécanismes type pyramidaux où le dernier entrant prend toute la charge du passé.

    Plus profondément, le système fonctionne à ressources illimitées, or nous atteignons le seuil à ce niveau là. La recherche du profit implique la croissance, donc l’illimité des ressources : nous entrons dans une contradiction fondamentale, il faudra bien y trouver remède. Soit nous trouvons une société non basée sur le profit, soit nous entrons dans un réel chaos avec une situation à la Mexicaine, où les classes privilégiées seront dans des ghettos protégées, où surtout la rareté sera la règle, sauf pour une élite.

    Il y a un autre débat sur Agoravox entre liberté et égalité.

    Si les fondateurs de la république ont ajouté le terme de fraternité, cela n’est pas pour faire rimer, ou la beauté de la trinité, mais car c’est en fait la clef de voûte d’une société démocratique avancée. Sans fraternité, rien ne tient.

    Il s’agit bien d’être humains derrière l’économie, de partage, ou non. Lorsqu’une société se trouve devant un nouveau défi, c’est sa capacité à y répondre qui détermine sa survie.

     



  • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 15 mars 2008 11:27

    L’inquiétant de ces affaires est la perte de transmission qu’elle sous-tend.

    Il n’est pas aisé de devenir un homme adulte dans un monde complexe. De nombreux savoirs, construits par les générations antérieures, et la notre, sont à acquérir. Cela demande un effort, une attention, l’envie de connaître pour plus tard transmettre soi-même. cela demande du temps et des moyens.

    Mais aujourd’hui le culte de la consommation, de l’immédiat (jusque dans les plus hautes sphères) l’emporte. Le savoir nest plus reconnu, seul l’argent rend visible.

    Dès son plus jeune âge, l’homme en devenir est sollicité par les médias, le désir de consommer, le désir d’avoir tout, tout de suite. Si son désir est limité, ou différé, alors il devient violent, dans la mesure où par ailleurs il n’a pas les éléments lingusitiques pour dire son désir, ou ses besoins.

    C’est un problème réel de civilisation. Celle-ci implique l’échange, l’écoute, la transmission, la culture, la possibilité de s’allier à plusieurs pour relever des défis qu’un seul ne peut résoudre. Cette violence physique, immédiate, en est l’exact contraire. La consommation développe l’aire du cerveau reptilien, pas celle du cortex développé.

    Au-delà des mesures coercitives, peut-être nécesaires, des moyens à rétablir (diminuer le nombre d’élèves par classe notamment), je crois que c’est le sens même de l’école, porte ouverte vers la beauté de l’humanité, qui est à retrouver. Laisser l’animal derrière la porte pour tendre vers l’hominisation.

    C’est-à-dire qu’on ne peut continuer à dire que l’enfant doit être au centre du système éducatif, et qu’il faut qu’il s’exprime. Soyons clair, l’enfant doit être formé par ses maîtres, et non l’inverse. L’enfant sans limite est un sauvage à éduquer, non un consammteur omniscient. Si nous laissons les enfant diriger, nous deviendrons un état sauvage. L’école n’est pas un lieu de démocratie participative, c’est un lieu d’instruction.

    Au coeur du système, il faudrait justement trouver la transmission du savoir vers des enfants mis en état d’écoute. Lorsque ceci sera clair, on aura déjà fait un pas.



  • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 12 mars 2008 12:16

    L’énergie risque d’être en effet un enjeu majeur des années à venir, et pas des moindres.

    Combien de temps le monde acceptera-t-il qu’un "états-unien" dépense plusieurs fois ce que la terre peut raisonnablement fournir à un être humain, tandis que des continents entiers sombrent dans la plus totale misère ?

    L’énergie est vitale pour chacun d’entre nous, mais la question est de savoir comment on l’utilise ? Est-ce pour alimenter en énergie un hopital,ou alimenter en pétrole un 4X4 coincé dans un embouteilage monstre avec à bord un seul passager ?

    Ce sont des questions de société majeures où l’efficacité des dépenses est liée à la qualité de vie, aux valeurs, humaines ou économiques, qui sont défendues.

    Il en va de l’avenir et du sens de l’homme sur terre. Sommes-nous des animaux finalement nuisibles avec notre cerveau trop gros, et notre corps inadapté ; ou au contraire utiles, car notre intelligence et le développement des technologies, peut par exemple faire éviter à la terre des collisions détastreuses ?

    Dans le système actuel, seuls les intérêts de quelques uns sont à l’origine des transformations du monde.Ces quelques uns apparaissent de plus en plus comme des parasites dangereux. Il faudra bien finir par ôter leur pouvoir de nuisance.

    Concernant l’énergie, pourquoi ne pas gérer l’énergie grâce à un organisme public, planétaire, qui permette une répartition équitable en fonction des besoins réels, avec des critères humanistes, et en garantissant le moindre épuisement des ressources ? Par ailleurs il pourraît chercher des moyens alternatifs d’économiser et de produire (autres que les agrocarburants qui donnent de la pseudo-essence aux riches en privant les pauvres de nourriture). C’est une idée, il doit y en avoir d’autres.

    Au delà des dénonciations, nécessaires, je pense qu’il est temps, et ce medium le permet, de partager toutes les idées pour dépasser le chaos actuel et voir enfin de petites lumières dans le brouillard.

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité