• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean-Paul Tisserand

Jean-Paul Tisserand

Membre du bureau politique et délégué général aux études du Centre national des indépendants et paysans (CNIP)

Tableau de bord

  • Premier article le 24/12/2018
  • Modérateur depuis le 31/03/2020
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 49 376
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires



  • Jean-Paul Tisserand Jean-Paul Tisserand 16 avril 09:34

    @rugueux
    « Il se dit que » relève tout à fait de la médecine quand les personnes qui s’expriment sont des médecins. Du reste, je vous recommande la lecture d’Aristote et de ce qu’il dit au sujet de ce qu’il nomme « l’opinion commune ».
    En ce qui concerne l’Agence de sécurité du médicament, relisez mon texte et vous verrez que je ne prends pas ses déclarations pour argent comptant ; mais elles ne sont pas FORCEMENT mensongères. Il se pose là, en tout cas, une vraie question, alors qu’auparavant le panorama était le suivant : une situation d’urgence sanitaire + un remède incertain mais unique, dont les effets secondaires peuvent être anticipés (et donc évités) par le médecin de ville. Dans cette configuration, il n’y avait pas à hésiter à permettre au médecin de ville de prescrire, et les atermoiements officiels à l’égard de la chloroquine étaient choquants. S’il s’avère en revanche que les effets secondaires ne peuvent pas être anticipés (la question reste à trancher, mais elle se pose désormais), le raisonnement tombe.



  • Jean-Paul Tisserand Jean-Paul Tisserand 15 avril 21:33

    @Ratatouille 2 le retour
    J’ai suffisamment dit que je ne suis pas médecin, et que pour cette raison je ne me fonde que sur la seule logique. Lisez bien ce texte et mes tribunes précédentes sur le sujet, et vous le verrez. Cette nouvelle tribune est justement due au fait que la communication de l’Agence de sécurité du médicament pose une affirmation sur laquelle je me déclare dans l’impossibilité de me prononcer. Le raisonnement logique peut se fonder sur des propositions d’ordre médical bien établies. S’il y a doute, il devient impossible tant que l’incertitude d’ordre médical n’a pas été levée.



  • Jean-Paul Tisserand Jean-Paul Tisserand 15 avril 21:29

    @rugueux
    Dans le protocole Raoult, la chloroquine est administrée à une dose élevée et, surtout, avec un antibiotique dont il se dit que l’alliance avec la choroquine multiplierait par un facteur très élevé les risques d’effets secondaires, tout particulièrement du point de vue cardiaque. Il pourrait en résulter de graves problèmes, y compris chez des patients qui ne sont pourtant pas cardiaques. Je ne veux pas m’aventurer plus loin sur ce terrain, car je ne suis pas médecin.

    Cette nouvelle tribune vise à prendre en compte une information récente qui, me semble-t-il, empêche désormais de préconiser EN SE FONDANT SUR LA SEULE LOGIQUE une plus large extension de la possibilité de prescrire la chloroquine. Au-delà, cette communication de l’Agence de sécurité du médicament (en laquelle je ne place pas toute ma confiance, mais dont les avis ne sont tout de même pas par nature nuls et non avenus) devrait susciter un débat scientifique. Dans mes précédentes tribunes, je me fondais exclusivement (puisque je ne suis pas médecin) sur un raisonnement logique pour préconiser la libre prescription de la chloroquine par les médecins de ville ; mais ce que nous dit l’Agence de sécurité du médicament pose une question à laquelle je n’ai cette fois aucune réponse d’ordre purement logique.

    Quant à la question de la vente libre de la chloroquine, permettez-moi de revenir un instant à la pure logique, parce qu’ici elle suffit au raisonnement. Il est bon que cette vente ne soit plus libre, parce que la chloroquine, de produit standard qu’elle était, est devenue un produit « à la mode ». Les pires dérives seraient donc à craindre si n’importe qui pouvait s’en acheter et en consommer en tentant de reproduire le protocole Raoult (voire d’en augmenter les doses !), et ce sans aucun contrôle médical (on ne parle même plus de prescriptions par les médecins de ville). Ne le comprenez-vous pas ?



  • Jean-Paul Tisserand Jean-Paul Tisserand 11 avril 15:58

    @Alcyon
    J’entends ce que vous me dites, et je le prends en compte au regard de mes propositions précédentes :

    1) les traitements alternatifs n’arrivent pas ;
    2) on n’a constaté aucun décès provoqué par le protocole Raoult ;
    3) la toute dernière étude de Didier Raoult, qui porte cette fois sur un nombre important de patients, donne des résultats encourageants : en tant que non-médecin, je ne peux que constater que les médecins sont partagés sur cette étude.

    1) Désolé, mais l’absence de traitement alternatif me semble un point absolument déterminant en faveur du protocole Raoult, dans la situation d’urgence extrême que nous connaissons ;

    2) Ici, effectivement, les choses évoluent. Beaucoup d’actes médicaux provoquent des décès, à commencer par les vaccins. Mais si le « rapport vies humaines sauvées/vies humaines perdues » d’un traitement est défavorable, il faut l’abandonner. Or, c’est ce qu’une communication datant de seulement hier soir affirme :

    https://www.bfmtv.com/sante/une-centaine-d-effets-indesirables-en-lien-avec-des-medicaments-contre-le-covid-19-dont-la-chloroquine-1892308.html

    Si l’affirmation du dernier paragraphe se confirmait, le terrain deviendrait bien incertain. En non-médecin que je suis, si je ne dispose pas de faits assez solides pour poser un raisonnement logique, je ne suis donc plus en situation de le faire ;

    3) Je connais un peu moins mal les questions liées aux sondages que celles liées à la médecine, et sais bien que, pour qu’un échantillon soit vraiment significatif, il faut qu’il porte sur au moins mille personnes en vertu de la loi des grands nombres et des calculs d’écart-types (avec cette nouvelle étude de Raoult, nous y sommes), mais aussi que l’échantillon reflète la composition de la population d’ensemble. Sur ce dernier point l’on peut avoir de gros doutes au sujet de cette nouvelle étude, car Raoult n’a pas le loisir de peaufiner des échantillons représentatifs.

    L’article de bfmtv.com cité supra me semble le point le plus important à l’heure actuelle. Je publierai prochainement une nouvelle tribune consacrée à cette information qui, si elle ne me convainc pas pleinement, doit en tout de même inciter à la prudence. Comme j’en faisais la remarque, par ces temps un jour vaut un mois ; la situation évolue très rapidement et je suis très loin, je pense que vous vous en rendez compte, d’être l’inconditionnel d’une personne qui, comme toute personne, est faillible.



  • Jean-Paul Tisserand Jean-Paul Tisserand 10 avril 18:23

    @Lucadeparis
    Merci pour ces précisions ! Je parlais de mémoire, et tous ces faits sont anciens.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité