• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jeanclaude

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 870 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • jeanclaude 11 janvier 13:14

    Dans votre réponse du 10.01.13h56 vous dites :
    "Ecoutez,...t, je n’en ai rien à cirer de ces digressions théologiques !....Ce qu’est ou n’est pas l’Islam, ne me fait ni chaud ni froid. Je souhaite simplement aux peuples qui pratiquent cette religion, comme à toutes les populations qui sont encore sous l’emprise de gourous portant des robes, d’être débarrassés de ces croyances et de ces imposteurs.« 

    C’est bien là où le bât blesse. N’étant probablement pas croyant, vous pensez que le besoin du religieux n’est pas naturel à l’homme, et peut finir par être évacué. Première erreur, à mon sens. Même si vous avez raison, cela ne se fait pas en une génération ; et donc le danger d’un islam expansif, dirigé notamment contre nos civilisations occidentales désenchantées, désacralisées et technicisées va être alimenté suffisamment longtemps (au moins un siècle) pour que la menace soit à prendre au sérieux. Même avec un islam moins primitif, une fraction de population très croyante dans une démocratie occidentale va vouloir étendre ses convictions à l’organisation collective de la société et grignoter la neutralité actuelle de l’état vis à vis des religions et de leurs exigences sociétales.

    La seconde erreur est donc épistémologique. Vous ne pouvez dissocier le fond de la pensée de l’islam, et ses valeurs individuelles et collectives qui en résultent pour les individus, qui seraient par ailleurs des citoyens consentant à vivre dans une nation pluraliste, où chacun est libre d’adhérer et de pratiquer la religion, ou l’irreligion que sa conscience lui a fait choisir, ou adopter, en héritage de ses parents.

    En ce sens, me maccarthysme n’a été qu’un épiphénomène, qui n’a pas menacé la société américaine dans ses fondements, et qui a reflué. L’islam, ce n’est en rien comparable : puisque, par définition, si je suis musulman, je pratique la taquyia, la dissimulation, tant que je suis minoritaire. Mais j’ai un devoir de conscience religieuse d’oeuvrer vers un état non multiculturel, unifié sous la charia, à terme. Et dès que j’en ai les moyens politiques, je pousserai à la roue, dans le pays où je me trouve. Jusqu’à aujourd’hui, à part des cas isolés, je n’ai pas encore trouvé de musulman profondément croyant qui échapperait à cette exigence.

    D’ailleurs les quelques grands philosophes et penseurs arabes plus ou moins libéraux et distants d’une pratique religieuse rigoureuse qu’ont connu les sociétés islamiques au moyen-âge ont toujours été sans aucune influence sur la société réelle et ses dirigeants politiques. Et aujourd’hui, c’est pareil, il n’y a pas de libre pensée musulmane en germe.

    En résumé, vous faites le jeu de l’islam et de son projet final : que toute la planète soit une terre musulmane, avec la loi musulmane. A lire l’enquête qui vient de sortir sur les minorités chrétiennes persécutées dans les pays musulmans à 100 %, il n’y a aucun doute sur ce que soit là une société parfaite pour un musulman : une société où il n’y a que des musulmans. Un objectif à poursuivre, quelles que soient le nombre de générations qui s’y attellent.

    Voir par exemple l’avancée d’un islam rigoureux en Algérie, où en certains lieux une femme ne peut plus sortir sans se plier aux contraintes vestimentaires ad hoc. Un état où pourtant on pense que son »occidentalisation" sous la colonisation aurait dû permettre une distanciation vis à vis d’une pratique rigoriste de la religion.



  • jeanclaude 4 janvier 18:21

    Je suis très dubitatif sur un tel acharnement juridico-constitutionnel à partir d’un seul argument, défendu par un seul expert en droit constitutionnel.
    Faut chercher ailleurs cette conduite...



  • jeanclaude 4 janvier 18:10

    « @McGurk : »Le respect n’est pas dû, il se mérite« . Ambivalent, votre affirmation.

    C’est vrai que le respect au sens moral n’est pas dû.

    Mais le lien entre un policier (ou un représentant des forces de l’ordre, ou un enseignant) ne s’épuise pas dans le seul respect.
    Plutôt, ne devrait pas s’épuiser. Ces personnes ont une fonction, une attribution régalienne (ou quasi régalienne pour l’enseignant, eu égard à la conception de l’école obligatoire de notre république).

    Ma relation à ces personnes, dans l’exercice de leurs fonctions, ne se limite donc pas à des sentiments ; comme citoyen je dois »m’incliner" devant leur tâche, dans la mesure où elle est correcte, et conforme à la loi.
    Autrement dit, le non respect envers l’individu ne devrait pas glisser vers l’irrespect. Sinon c’est le non respect de la loi.

    Il est vrai que les jeunes qui sont en mal avec notre société ne sont pas dans cet état d’esprit. Les comprendre, ce n’est pas les approuver. En même temps il y aurait beaucoup à faire pour que la confiance revienne. En ce sens des propositions comme une formation plus approfondie des policiers sont pertinentes.

    (l’explication de gauche et venue du marxisme, comme quoi si çà ne va pas, c’est toujours la faute à la société, ne fait pas avancer les choses, n’éclaircit pas le débat sur un sujet majeur, la relation dégradée d’une partie des citoyens avec la nation).



  • jeanclaude 26 décembre 2017 13:14

    Merci pour l’article.
    Voilà une dame qui n’aura pas vécu frivolement, comme nous le faisons tous plus ou moins, face aux questions (et réponses) essentielles.

    C’est sûr que la poétique de clavier de @gazpachicos (? !!!) est aux antipodes de celle de Marie-Noëlle.

    Par charité chrétienne j’emploie un métaphore horizontale, et non pas verticale.



  • jeanclaude 24 décembre 2017 18:53

    Bravo pour votre positionnement.

    Un peuple qui néglige sa langue est en déclin ; c’est particulièrement vrai pour la France.
    C’est une des manières de perdre son idendité.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès