• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jesuisunhommelibre

jesuisunhommelibre

Libéral, par humanisme, car je préfère le contrat et l'échange à l'oppression, la spoliation et la jalousie.
Il me semble que la liberté, la responsabilité, la propriété et la dignité sont liées.
La générosité et la solidarité sont des valeurs humaines et non des services administratifs.
Si l'État est un arbitre il ne peut pas être un intervenant, sauf au profit de certains.
Je ne prétends représenter personne que moi même, avec mes erreurs et mes contradictions.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/08/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 1117 119
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 27 janvier 2016 15:50

    @gogoRat
    « L’appât du gain financier a conduit à morceler les effectifs »


    Il ne s’agit pas tant de l’appât du gain que de tentative d’échapper à la diarrhée réglementaire (obligations diverses et variées envahissant les entreprises à partir de 20 salariés, puis 50, puis 200 ...).

    Impôts rognant les marges.
    Impôts grignotant les revenus des actionnaires qui deviennent toujours plus exigeants pour compenser ce que l’état leur prend. Actionnaires que les chefs d’entreprises sont bien obligés de contenter s’ils veulent obtenir des capitaux pour développer leur affaire, les banques trouvant beaucoup plus rentable et moins risqué de financer la dette abyssale de l’état.

    Et tout cela se répercute sur le maillon faible : le salarié : Salaire en berne, et chômage de masse.


  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 27 janvier 2016 15:41

    @tonimarus45
    Il n’y a plus beaucoup de politique libérale menée en France depuis 1910 !


    Avec la progression délirante des impôts, des réglementations dans tout les domaines de la vie, tant privée que professionnelle, je ne vois pas où pourrait se nicher une once de libéralisme.

    Dans les années 70, Giscard, alors au début de son mandat, avait déclaré : « Quand un état dépense plus de 40% du PIB national, ce pays est un pays socialiste ». Et il s’était empressé, dans la foulée, de passer ce cap ! (Avec le résultat toujours constaté de l’augmentation du chômage).

    Où voyez-vous de la subsidiarité, des prises de décisions issues de la base ? L’état n’est plus au service du citoyen, mais c’est le citoyen qui doit servir l’état. On ne parle plus de protéger les citoyens mais de protéger les institutions (cf. l’état d’urgence). Tout ceci est bien à l’opposé de la philosophie libérale.


  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 26 janvier 2016 18:55

    Les libéraux, unanimement, se sont révoltés contre l’état d’urgence et ces restrictions de plus en plus flagrantes des libertés.



  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 26 janvier 2016 18:50

    @Bernard Conte
    Je suis à 99% d’accord avec votre article. Vos observations sont justes. Les résultats (ou l’absence de résultat) parfaitement analysé.

    Seul, l’attribution du problème à un supposé néolibéralisme, est un contre-sens.

    Vous dénoncez exactement les mêmes choses que le font les libéraux : Capitalisme de connivence, clientélisme ...

    C’est bien par absence de liberté, et par l’immixtion de l’état dans tout les domaines, avec le coût prohibitif que cela occasionne, qui est la cause de ce délitement.

    Si l’état s’occupe d’économie, il devient facile pour des grands groupes de demander à l’état d’user de sa violence légitime pour imposer des situation de rente : Banque, assurances, industrie ...

    Quand l’état n’est là que pour assurer la justice et la protection contre les agressions, il est beaucoup plus difficile d’avoir prise sur les hommes politiques.

    Parler de libéralisme, ou néolibéralisme ou ultralibéralisme dans un pays où l’état absorbe 57% du PIB, où il est quasi impossible pour un travailleur salarié du privé ou employeur, de choisir son organisme d’assurances santé ou de système de retraite, est un absolu abus de langage (cf. classement des liberté humaine et liberté économique plus bas).

    Nous subissons plutôt un hyper-étatisme, avec son corolaire que vous dénoncez avec justesse : clientélisme, copinage, paupérisation, rente de situation et, et désaveux de plus en plus évident de la classe politique avec une radicalisation qui ne mène nulle part. Vous oubliez aussi de citer la fuite des cerveaux et des capitaux.

    Enfin, il existe aussi d’autres classements où la France fait pâle figure :

    Liberté de la presse : 38ème
    Liberté économique : 70ème (par la Fondation Héritage) ou 38ème (selon la Banque Mondiale)
    Liberté humaine : 33ème (Human Freedom index du Faser Institute : https://www.fraserinstitute.org/sites/default/files/human-freedom-index-preliminary-report.pdf)
    Index de démocratie : 23ème (https://en.wikipedia.org/wiki/Democracy_Index)
    Égalité de revenue : 39ème (https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_%C3%A9galit%C3%A9_de_revenus)
    Développement humain : 20ème (https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_IDH)

    Etc, etc.



  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 26 janvier 2016 18:00

    Big Brother is watching you !

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Retraites






Palmarès