• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jjwaDal

jjwaDal

Un petit bonhomme d'une curiosité exceptionnelle qui considère la recherche de la réalité comme une des plus belles expériences de la vie.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/06/2008
  • Modérateur depuis le 02/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 23 2704 1081
1 mois 0 63 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 286 220 66
1 mois 4 4 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • jjwaDal jjwaDal 24 juin 20:15

    Ce documentaire ne vole pas bien haut mais quelques témoignages sont touchants. On a cependant encore du chemin à parcourir pour admettre que si personne ne choisit d’être hétérosexuel , personne ne choisit d’être homosexuel. Comme le dis l’une des personnes « Ce n’est pas mon choix, je suis comme ça c’est tout ».
    Il se trouve qu’on a pas plus de courage à regarder en face la probable cause majeure de cette « épidémie » en cours qu’on n’en a à admettre qu’un objet volant qui passe de 9000m à 15m en 0,78 seconde n’est pas un engin fabriqué ici.
    On sait sur l’animal (et le système hormonal est très très ancien, quasi identique de la souris à l’homme) qu’une certaine pollution du cerveau du foetus à un moment critique de son développement par un perturbateur endocrinien, décidera de son orientation sexuelle, peu important son sexe biologique et ses chromosomes. Tout indique que les mêmes causes entrainent les mêmes effets sur l’être humain.
    Cela peut aussi survenir naturellement, quoi que plus rarement.
    On sait fabriquer des souris lesbiennes à la commande et des rats homosexuels comme on veut. On a vu dans la nature des épidémies d’"homosexualité, lors d’épisodes de pollution sur des populations entières, etc...
    Et on regarde ailleurs pour un tas de raisons, dont la peur d’admettre que nous sommes pilotés par nos pulsions bien plus que nous ne les pilotons et accessoirement que nous avons gravement pollué notre environnement et que cela impacte l’orientation sexuelle de certains d’entre nous.



  • jjwaDal jjwaDal 24 juin 05:12

    L’Etat de droit est bien ce corps législatif créé dans le dos des peuples pour servir essentiellement les intérêts des dirigeants et non du peuple ?
    Depuis quand exige-t’il une consultation populaire avant d’entrer en guerre ouverte ou non déclarée contre un pays ou un individu ?
    On a sous les yeux un exemple de tentative de destruction d’un individu qui ne cherchait qu’à informer sur des pratiques d’Etat et qui illustre bien la criminalisation en cours des contestations de l’arbitraire étatique. Car c’est une chose de pondre de la législation liberticide pour camoufler le marigot des pratiques immorales des Etats et c’en est une autre de s’exonérer de son propre droit pour aller plus vite et plus loin.
    Demain, ce qu’on fait à Assange sera parfaitement légal et donc s’arcbouter sur la « loi » piétinée équivaut à accepter de perdre la guerre, pour le plaisir de gagner une bataille (Victoire à la Pyrrhus).
    Détruire un individu, même s’il a diffusé des informations inexactes (ce qui n’est pas son cas, semble-t’il) est sans commune mesure avec le préjudice subi.
    Où sont les « # On est tous »Assange " ? Pas dans les grands médias en tout cas. Cela n’a rien de surprenant.



  • jjwaDal jjwaDal 24 juin 05:12

    L’Etat de droit est bien ce corps législatif créé dans le dos des peuples pour servir essentiellement les intérêts des dirigeants et non du peuple ?
    Depuis quand exige-t’il une consultation populaire avant d’entrer en guerre ouverte ou non déclarée contre un pays ou un individu ?
    On a sous les yeux un exemple de tentative de destruction d’un individu qui ne cherchait qu’à informer sur des pratiques d’Etat et qui illustre bien la criminalisation en cours des contestations de l’arbitraire étatique. Car c’est une chose de pondre de la législation liberticide pour camoufler le marigot des pratiques immorales des Etats et c’en est une autre de s’exonérer de son propre droit pour aller plus vite et plus loin.
    Demain, ce qu’on fait à Assange sera parfaitement légal et donc s’arcbouter sur la « loi » piétinée équivaut à accepter de perdre la guerre, pour le plaisir de gagner une bataille (Victoire à la Pyrrhus).
    Détruire un individu, même s’il a diffusé des informations inexactes (ce qui n’est pas son cas, semble-t’il) est sans commune mesure avec le préjudice subi.
    Où sont les « # On est tous »Assange " ? Pas dans les grands médias en tout cas. Cela n’a rien de surprenant.



  • jjwaDal jjwaDal 23 juin 15:14

    @Ouam
    « lorsque un vote démocratique et du plus haut niveau n’est plus respecté ». Oulah... Il est vrai que le recours au référendum est une pratique démocratique qu’ils vont éviter encore un peu plus, mais le rejet du TCE n’avait pour résultat que de consacrer notre constitution qui est un projet abouti d’asservissement du peuple et qui le prive de tous les outils pour choisir son avenir. La preuve étant que les Traités européens s’en accommodent parfaitement en réduisant notre souveraineté et toute possibilité de débats démocratiques majeurs sans que cela la contredise.
    La raison est simple : Aucune constitution dans le monde ne donne aux peuples le droit de débattre et choisir leur avenir en commun et le type de société qui leur convient le mieux. Je n’ai pas le souvenir qu’on ait consulté un seul peuple avant d’entrer en guerre par ex.



  • jjwaDal jjwaDal 23 juin 11:44

    Il faut impérativement continuer à voter, sous peine de perdre ce droit, tôt ou tard. Le plus grand danger de dissonance cognitive pour le système et les grands médias est un taux de participation record et 90% de votes blancs ou nuls.
    Personne ne peut plus dire alors que la politique n’intéresse plus les français et que le vote électronique (aisément bidouillable) est la solution. Par contre quelqu’un élu avec 5% des suffrages des votants ET 80% et plus de taux de participation, cela poserait un problème difficile à escamoter.
    C’est la même classe sociale qui mine le simulacre de démocratie que nous avons connu depuis la fin de la seconde guerre mondiale, qui dans le passé a amené les guerres et le fascisme, pas les peuples. Elle nous enverra dans les décors à nouveau sans états d’âme, vu qu’elle dispose des moyens de surnager quoi qu’il arrive.
    La participation massive sans appui d’aucun candidat est l’unique façon non violente dont nous disposons pour faire entendre que nous savons que les élections ne servent plus à rien dans le contexte des traités de l’UE, car élire des gestionnaires de régions n’est pas élire des chefs d’Etats souverains et encore moins avoir le pouvoir de décider du type de société dans laquelle nous voulons voir nos enfants grandir.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité