• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

José Peres Baptista

José Peres Baptista


Tableau de bord

  • Premier article le 30/05/2005
  • Modérateur depuis le 02/11/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 13 101 286
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • José Peres Baptista José Peres Baptista 14 février 2007 20:13

    M. Ambiel,

    Je vais pourtant vous en donner une de leçon puisque pour cela vous ne me menacez pas de diffamation.

    Par ce ton péremptoire vous venez de vous discréditer vous-même en tant que spécialiste de la communication et, en ce qui concerne le sujet qui nous intéresse, de plus organisateur d’une émission de débat politique.

    Vous venez de vous discréditer d’autant plus que vous vous adressez ici à de simples citoyens qui n’ont pas les mêmes moyens financiers que vous pour ester en justice. Est-ce là votre sens de l’égalité des citoyens, mot qui apparemment vous importe tant ?

    Vous venez de vous discréditer comme nombre de spécialistes de la communication ou de journalistes qui n’ont toujours pas compris et encore moins analysé le phénomène populaire donc par essence citoyen qui s’est accaparé l’Internet.

    Vous venez de vous discréditer pour toutes ces raisons mais surtout pour la synthèse suivante : le seul moyen de ne recevoir de leçon de personne, c’est d’en donner des incontestables. Rares sont ceux qui le peuvent, et le moins que l’on puisse penser c’est que vous n’en faites pas partie. Les humbles, eux, en reçoivent tous les jours des leçons...

    Soyez bon entendeur.



  • José Peres Baptista José Peres Baptista 12 janvier 2007 11:10

    Bonjour Carlo, bonjour Laurent,

    Bonjour à toutes et à tous,

    Carlo, merci de ce gentil qualificatif à mon sujet mais je ne crois sincèrement pas être quelqu’un de formidable. smiley En tout cas, même si je n’ai plus le temps d’écrire comme je l’aimerais, tu peux voir que je continue à suivre les blogs en général et AgoraVox en particulier.

    Concernant l’article je le trouve globalement assez juste. Toutefois la polémique concernant Loïc Le Meur n’est pas le simple fait de son engagement politique mais aussi de son attitude après les réactions qu’a entrainé la fameuse conférence, attitude qui a indirectement conduit au licenciement et à la démission de membres de Techcrunch UK (http://www.zebraincast.com/blog/archives/130). D’autre part, doit-on considérer qu’afficher ses opinions politiques serait faire preuve de courage ? La valeur courage semble bien dépréciée en ce cas. Personnellement, je n’aime rien de ce que renvoie le personnage Loïc Le Meur , ni sur son blog ni par ses prestations médiatiques. Je ne connais cependant pas la personne et par là même ne puis juger ni de ses qualités ni de ses compétences. Notons au passage que le terme « entrepreneur », à la mode ces derniers temps, ne veut strictement rien dire à mon sens... Il est par contre incontestable que l’acharnement qu’il a subi à la suite de cet évènement était disproportionné, tout comme celui qui l’a animé à plusieurs reprises contre certaines personnalités, son mauvais caractère ayant entrainé des conséquences parfois fâcheuses pour ses cibles.

    La plateforme de blog pour laquelle travaille Loïc est un medium, Nicolas Sarkozy s’en sert donc en toute connaissance de cause en tissant des liens « amicaux ». C’est le même phénomène qui se produit avec les media « classiques ». Est-ce réellement de l’amitié ou une stratégie ? Dans cette dernière éventualité ce serait plus proche du cynisme (tant commercial que politique) que des valeurs humaines. En tout cas nous sommes très loin dans cette histoire de « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ».

    Pour conclure ce commentaire sur AgoraVox, je suis heureux de voir l’évolution de cette plateforme par rapport à ce qui s’en disait sur le blog de Laurent Gloaguen à cette époque. Comme je l’ai écrit plus haut, je regrette de ne plus avoir le temps d’y participer. Je suis sûr que Laurent lui-même n’avait pas imaginé cette évolution même si ses réserves restent entièrement valables.



  • José Peres Baptista José Peres Baptista 14 avril 2006 12:12

    Il ne s’agit pas d’une organisation structurée mais d’une sorte de « marque de fabrique ». Ce sont des groupuscules fanatiques isolés réunis sous des valeurs religieuses radicales parfois identiques mais parfois non. Il n’y a pas d’organisation hiérarchique ou pyramidale comme en comportent la plupart des groupes terroristes constitués comme ce fut le cas pour l’OLP, l’ETA ou l’IRA, entre autres.

    Nous sommes confrontés, au niveau mondial, avec Al Qaïda à une problématique nouvelle qui est celle d’individus qui commettent les pires horreurs au nom d’un Islam radical et d’une haine anti-occidentale. Ce sont les seuls éléments communs et c’est là toute la difficulté de la lutte contre de tels mouvements. C’est un peu comme si toutes les luttes nationalistes sur la planète se revendiquaient d’une organisation commune. D’autre part se greffent dans ces luttes mafias, crimes crapuleux un peu comme pour le mouvement nationaliste corse.

    La formulation « Al Qaïda » telle qu’elle nous est décrite officiellement est donc une tentative de nous faire croire que nous aurions, nous occidentaux, un ennemi commun alors qu’il s’agit de luttes différentes et très circonstancielles. Les mouvements de lutte terroriste indonésiens n’ont rien à voir avec ceux du Cachemire ou avec ceux des Egyptiens ou des Tchetchènes. Leur seul point commun est de s’opposer par les armes à leurs pouvoirs respectifs. Que ces mouvements aient des liens ponctuels entre eux n’a rien d’étonnant, les mouvements nationalistes que j’ai cités plus haut, l’ETA et l’IRA par exemple, échangeaient aussi des contacts et des ressources.

    Effectivement depuis la chute du mur et la fin de l’URSS le « monde » occidental, libéral n’avait plus d’ennemi institutionnel et la présentation d’Al Qaïda sous cette forme a l’énorme avantage d’en fournir un.

    Tous les régimes autocratiques sont aujourd’hui vacillants. La Lybie de Khadafi a acheté sa réintégration dans le cercle des pays « innocents » en acceptant de payer des indemnités pour un attentat qu’elle n’avait pas commis, son pouvoir se mettant ainsi sous protection occidentale. En Afghanistan les « saigneurs » de la guerre n’ont jamais été aussi puissants qu’aujourd’hui alors qu’ils étaient sous contrôle avec le régime taliban. Force est de constater que ces derniers reviennent en grâce auprès de la population pour l’ordre et la sécurité qu’ils apportaient. Qu’on ne se méprenne pas, mes propos ne sont ni caution ni opinion, ils relèvent tout simplement du constat.

    La Syrie comme l’Iran subissent les coups de butoir des organisations internationales parce qu’ils ne veulent pas endosser les responsabilités de la déstabilisation de leur région. Si l’on peut discuter de la démocratie en Syrie, il nous faut bien admettre par contre que l’Iran est un des pays du Moyen-Orient dans lequel elle est la plus avancée. Ahmadinejad a le soutien de son peuple quant à l’affirmation de la souveraineté iranienne et ce, sans artifice ni contestation.

    Nous pouvons parier que des accusation de proximité avec Al Qaïda ne vont pas tarder à être prononcées à l’encontre de ces pays...

    Un des pays favorisant le plus l’intégrisme islamiste est le Pakistan mais il est rentré dans le rang et le giron occidental. Pour combien de temps ? Musharaf a de plus en plus de mal à tenir sa population.

    Remarquons simplement que les Etats Unis et leurs alliés ne s’attaquent pas à résoudre la situation des pays instables mais justement le contraire. L’Irak était bien sous la coupe d’un dictateur mais était stable. L’Iran aussi est stable or ce sont des pays stables qui sont visés par la stratégie américaine. Quel serait alors l’objectif d’une telle macropolitique ? La fausse bannière Al Qaïda s’inscrit dans cette logique.

    Identifier clairement cet objectif c’est assembler le puzzle stratégique américain. Cette volonté de placer les occidentaux au pied d’un mur artificiel construit de toutes pièces ne doit pas nous empêcher d’y voir clair.



  • José Peres Baptista José Peres Baptista 21 mars 2006 11:11

    Rage,

    La rivalité avec Nicolas Sarkozy est effectivement le moteur de Dominique de Villepin. Sa stratégie, calamiteuse non seulement politiquement mais socialement, était jusqu’à présent de doubler Nicolas Sarkozy sur les propositions qu’il envisageait de programmer. Le CNE-CPE était ainsi une première étape vers le contrat unique, une de ses propositions phares. La nécessaire refonte du Code du Travail, credo de l’UMP et des libéraux, était annoncée. Dominique de Villepin, en ne voulant pas attendre pour ne pas être taxé d’immobilisme face à l’activité de son rival, a pêché par orgueil et vanité.

    C’est bel et bien cela le drame de notre pays : nous sommes dirigés par des querelleurs orgueilleux...



  • José Peres Baptista José Peres Baptista 20 mars 2006 11:55

    Fred,

    Sur le caractère non finançable de ma proposition, je ne serais pas aussi catégorique que vous. Associée à d’autres dispositifs, comme asseoir les charges sur la valeur ajoutée par exemple, elle pourrait s’avérer fonctionnelle. Le site placé en lien plus haut sur l’organisation belge présente des documents sérieux qui prouvent qu’un tel revenu n’aurait rien d’utopique. Je suis conscient des difficultés de la mise en place d’un tel système mais surtout de l’importance du rejet psychologique : sortir du modèle « tout travail » représente un choix politique que nos sociétés semblent avoir du mal à envisager tant nous sommes conditionnés par cette valeur. Cependant, en constatant que le le taux de chômage augmente et qu’il n’est pas près à mon sens de baisser, de plus en plus de personnes arrivent à connaître des périodes de plus en plus longues d’inactivité. Cette inactivité représente une perte phénoménale pour la société sur tous les plans. Leur manque de ressources ne constitue pas seulement une source de pauvreté pour eux mais pour toute la société puisqu’ils ne consomment pas. D’autre part ce sont des personnes qui disposent tout de même de compétences inexploitées, c’est un énorme gâchis.

    Lorsque l’on considère, même nos dirigeants le font, la nécessité croissante d’aide ou de services aux personnes on peut tout à fait admettre aussi qu’une telle proposition pourrait alors s’avérer un formidable renforcement de cohésion sociale. Donner pour activité aux jeunes désoeuvrés le soutien aux personnes âgées, par exemple, relèverait de ce registre. Le choix se porterait alors sur le fait de savoir si de telles initiatives doivent être initiées en privé ou encadrées par l’Etat. Ma préférence va au second parce que j’estime que seules les collectivités locales sont à même de connaître au plus près ce genre de besoins.

    Pour en revenir au financement, cette proposition a été analysée par un économiste qui n’y a pas relevé d’incohérence majeure, même si les chiffres que j’ai employés mériteraient probablement d’être affinés. Je dois aussi en discuter avec une députée en fin de mois.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès