• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Julien Esquié

Julien Esquié

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 223 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Julien Esquié Julien Esquié 10 août 2019 07:26

    @Christian Labrune

    "Les Français décérébrés par le même système médiatique qui fut responsable de l’élection d’un Macron paraissent ne pas s’être encore rendu compte de la gravité de la situation."

    Puisque c’est un électeur de Macron qui l’écrit, c’est sans doute vrai.





  • Julien Esquié Julien Esquié 18 juin 2019 10:44

    @Christian Labrune

    On aura donc censuré mon message, sans autre forme de procès, sans seulement prendre la peine de m’en informer. Au motif que j’aurais insulté C. Labrune. Mais de quoi s’agissait-il ? Ah oui, d’une allusion à son âge (qu’il ne manque pas une occasion d’évoquer, sur ce forum), et à ses conséquences, sans doute inévitables.

    Je passe sur les injures diverses (antisémite, « vieux mégot refroidi au bord d’un cendrier encrassé », etc.), dont C. Labrune agonit la moitié, au moins, de ses interlocuteurs. Il faut croire que le droit d’insulter est à géométrie variable. Ou bien qu’aux éternels baby-boomers, ne pas laisser oublier que le temps passe, est l’incorrection suprême.

    Quoi qu’il en soit, je ne demande pour ma part aucune forme de censure. J’ai même cessé d’espérer qu’on ferait disparaître de ce forum quelques messages dans lesquels l’honorable C. Labrune, s’il ne m’insultait pas (je m’en fous), divulguait, sans vergogne, plusieurs éléments de ma vie privée.

    Quand un gars qu’on a connu honnête se met à user de ces sortes de procédés, on est bien obligé d’en tirer des conclusions. Soit on s’est trompé, et le gars en question n’aura jamais été qu’un salaud. Soit c’est l’outrage du temps. Une troisième hypothèse eût été qu’emporté par sa mauvaise foi, son incapacité à admettre ses torts, l’indélicat ait commis une erreur. Mais si tel était le cas, il s’en serait excusé. Je veux le croire.

    En attendant, mon message contenait quelques arguments, auxquels il ne sera pas répondu.



  • Julien Esquié Julien Esquié 16 juin 2019 11:13

    @Christian Labrune

    J’ai négligé un point.

    Je ne suis pas macroniste. Plus précisément, mon macronisme consiste en ceci que j’ai voté pour lui à l’élection présidentielle. Ce vote n’était que le choix d’un moindre mal. Il n’impliquait aucune forme d’adhésion au programme du candidat. Quelques petits enfants croient encore qu’une élection, dans une démocratie, peut déboucher sur un monde conforme à leurs aspirations.

    J’ai expliqué la chose, en détail à C. Labrune. A la fois dans le cadre de notre correspondance, et sur ce forum. Qu’à tout prendre, mieux valaient 125 000, plutôt que 400 000 suppressions de postes de fonctionnaires. Un jour de carence, plutôt que trois. Et ainsi de suite.

    C. Labrune connaît ma position. Il ment, par conséquent, et me taille un costard.

    Pour mémoire, et ce n’est pas un secret, la nouvelle a été publiée, par C. Labrune lui-même, sur ce forum, notre honorable camarade a quant à lui voté Macron au deuxième tour.



  • Julien Esquié Julien Esquié 22 mai 2019 06:57

    @Christian Labrune

    L’analogie est tout à fait écœurante, comme le sont, très souvent, les comparaisons historiques. Elle amuse aussi, toutefois.


    Au fait :

    L’Allemagne autorise une « mort assistée ».

    La Belgique autorise l’euthanasie active.

    Le Canada autorise l’euthanasie active.

    L’Espagne autorise d’euthanasie passive.

    Les Etats-Unis autorisent l’euthanasie passive.

    La Finlande autorise l’euthanasie passive.

    La Norvège autorise l’euthanasie passive.

    La Suède autorise l’euthanasie passive.

    La Suisse autorise l’euthanasie passive.


    Comme chacun le sait — sinon chacun, C. Labrune — ces 8 états, désormais, sont sous la coupe du national-socialisme.


    Mais tout cela n’est qu’un combat d’arrière-garde, sans grand intérêt. La légalisation de l’euthanasie n’est qu’une question de temps. Elle est inévitable, comme l’a été celle de l’interruption volontaire de grossesse.


    Un C. Labrune, sans doute, nous expliquera que la FRANCE – l’éternel village gaulois – saura ne pas plier. Ce phare du monde. Le même qui, quand il disposera à nouveau de sa souveraineté, après avoir quitté l’euro, saura imposer à l’univers sa loi, et ses intérêts nationaux.

     

    La seule analogie qui vaille, c’est celle qu’il convient d’établir entre les opposants à l’euthanasie – lesquels, hier matin, à les voir et les écouter, piaillant, n’étaient pas, pour le coup, sans évoquer quelques souvenirs douloureux – et les opposants à l’interruption volontaire de grossesse. C’est d’ailleurs le point aveugle du discours de C. Labrune. Les pro-life, comme on dit, ont au moins cette cohérence.

     

    Qui a un tout petit peu de courage, nous dit C. Labrune, saura, le moment venu, se comporter à l’exemple des stoïciens, et procéder à sa propre suppression. Qu’on n’en doute pas, il aura, lui, C. Labrune, ce courage et cette politesse élémentaires. A l’en croire, un V. Lambert, au fond, serait une sorte de dégonflé. Qu’il se lève, prenne un flingue, et se loge une balle dans la tête. Ou bien, comme J. Potocki, polit-il patiemment, en cachette, la boule de son sucrier ?

     

    Ce qui est emmerdant, tout de même, c’est que les gens, avant de demander à mourir, attendent d’être mourants. Les salauds.


    Mais on verra C. Labrune à l’œuvre. Son attitude, le moment venu, décidera, seule, du crédit qu’il convient d’accorder à son discours. On nous casse les pieds avec V. Lambert alors que vit, à Paris, et il est en pleine forme, un nouveau Sénèque.

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès