• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Laurent Herblay

Laurent Herblay

Passionné de politique depuis tout jeune, gaulliste avant tout, appréciant Philippe Séguin et Jean Pierre Chevènement. J'ai milité au sein de Debout la République. Je tiens un blog politique quasi journalier depuis janvier 2007.

Tableau de bord

  • Premier article le 11/02/2009
  • Modérateur depuis le 17/02/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1338 69 40114
1 mois 9 0 303
5 jours 1 0 33
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 5 5 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 13 décembre 2010 19:31

    @ Bantil


    Votre rappel historique est intéressant mais ne réponds absolument pas à mes arguments et je ne vois pas en quoi cela vous permet de parler de « délire malsain ». Où y-a-t-il un « délire malsain » dans ce que je dis ?

    @ Omar

    Je ne suis pas d’accord sur l’impuissance qu’aurait une action diplomatique. Aujourd’hui, la communauté internationale laisse faire. Si une partie en venait jusqu’à des sanctions économiques, la donne serait peut-être changée.

    En revanche, point assez juste sur les déclarations « éoliennes » et les bombardements et guerres réels que mènent Israël. Cependant, l’Iran n’est peut-être pas pour rien dans certaines actions terroristes.

    Je crois que la voix de la France n’est pas condamnée à suivre celle des Etats-Unis. Nous l’avons vu en 2003.

    @ Ali8

    Certaines déclarations du président Iranien sont tout de même choquantes. Il n’en est pas resté là et à appeler à la destruction du régime Israélien...

    @ Non667

    Ce n’est pas faux. En ne faisant rien, il y a une forme de complicité. C’est pour cela que je crois que la France devrait prendre des positions beaucoup plus tranchées.


  • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 10 décembre 2010 21:27

    @ Helios


    L’euro ne renforce pas l’Europe, il l’affaiblit économiquement comme politiquement. Economiquement, il pénalise la croissance car il pousse aux dévaluations, pousse à la désinflation salariale et revient à adopter une politique unique pour des réalités nationales différentes. En outre, il affaiblit l’Europe politiquement comme on le voit depuis quelques mois. Jamais les tensions n’ont été aussi fortes en Europe avec les pays qui jouent leur partition séparément, la presse Allemande qui invite les Grecs à vendre leurs îles...

    L’exemple de la Tchécoslovaquie est intéressant car il montre que l’entreprise même d’une monnaie unique pour un ensemble aussi disparate que la zone euro est totalement vain. Si l’Etat Tchécoslovaque n’a pas réussi à faire de cette zone une véritable zone monétaire optimale en plusieurs décennies, cela est juste impossible à l’échelle européenne. Résultat, les pays divergent au lieu de converger, les tensions grandissent... Vous pouvez mettre un budget central, cela ne changera rien, sauf que les peuples se révolteront un jour et on reviendra à l’avant 1957. C’est dommage.

    Un euro cher mais pourquoi faire ? Ses partisans ont fait un magnifique tour de passe passe en trouvant l’adjectif fort qui sous-entend qu’une monnaie surévaluée est une bonne chose. Mais la Chine n’a pas de problème avec sa monnaie sous-évaluée, même si elle importe énormément de matières premières. Après, je ne pense pas qu’il faille laisser nos monnaies se déprécier énormément. Une baisse globale de l’euro de 20% le ramènerait à un niveau plus en rapport avec les parités de pouvoir d’achat et il resterait plus élevé que son point bas (0.825 dollar, il faut se souvenir). Ensuite, le franc conserverait sa parité avec l’euro, le mark s’appréciant, la lire et la peseta se dépréciant.

    Lisez mon papier sur l’euro (assez long) si vous voulez en savoir plus.


  • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 9 décembre 2010 22:47

    @ Labulle


    Voici une analyse un peu plus détaillée sur l’euro :


    Je vais retravailler ce papier pour y ajouter quelques arguments supplémentaires pour la semaine prochaine.

    La solution n’est pas très compliquée, revenir aux monnaies nationales de manière à avoir des politiques monétaires distinctes adaptées aux différentes réalités nationales. Idéalement, il faudrait créer un nouveau Système Monétaire Européen et soustraire aux marchés l’évaluation des monnaies. Les parités pourraient naturellement être réévaluées.

    Le retour au franc serait assez transparent chez nous car si le nouveau franc se dépréciait face au mark, la peseta, la lire, la drachme et l’escudo baisserait davantage. Du coup, on pourrait imaginer que le nouveau franc vaudrait toujours environ un euro, quand le mark vaudrait 1,1 euro ou un peu plus alors que la lire ou la peseta passerait à 0,9 euros ou un peu moins.

    @ Helios

    Mais l’euro n’est pas nécessaire pour que l’Europe fasse bloc. Ce que je dis, c’est que l’euro accroît les problèmes économiques de l’Europe parce que la zone euro n’est pas une Zone Monétaire Optimale. Le SME était une bonne chose. L’euro en est une mauvaise.

    Et ce qui est très intéressant par rapport au discours de ceux qui pensent que l’on peut faire de la zone euro une ZMO, c’est que le cas de la Tchécoslovaquie montre que ce n’est pas possible. L’euro ne peut pas marcher structurellement.

    L’Europe peut être utile, mais pas l’union monétaire à l’échelle de l’Europe.


  • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 7 décembre 2010 18:30

    @ Plancherdesvaches


    Je n’ai jamais qu’il n’y avait pas d’autres facteurs expliquant que les gains de pouvoir d’achat ne se retrouvent pas dans les salaires. J’ai écrit de nombreux papiers (dont un sur l’anarchie néolibérale publié ici) qui reprend les thèses de nombreux économistes sur le fait que le libre-échange et la financiarisation de l’économie font que les multinationales sont aujourd’hui en mesure de récupérer l’ensemble des gains de productivité en leur faveur.

    J’ai également fait un papier récemment pour souligner la baisse du salaire médian, qui montre la paupérisation des classes populaires et moyennes.

    Complètement d’accord sur la loi Pompidou / Giscard / Rothschild : il faut l’abroger et que l’Etat reprenne la main sur la création monétaire, qu’il est totalement anormal d’avoir confiée aux banques privées pour leur profit. Soit dit en passant, la gauche n’a jamais remis en cause cette loi. Et on peut voir dans l’indépendance donnée à la BdF par la gauche une soumission de plus à l’ordre financier établi...

    Enfin, j’ai mis dans la conclusion que les dévaluations provoquent de l’inflation.

    @ Peretz

    Notez le vocabulaire que j’emploie. Je ne dis pas que c’est systématique, mais que cela « peut », cela « favorise ». Il est bien évident que les choses sont plus compliquées. Néanmoins, je crois que l’on constate aujourd’hui qu’en Europe, la rigidité des taux de change (via la monnaie unique) pousse à la compression des salaires alors que le fait d’avoir des changes ajustables (via des monnaies nationales) rendait les hausses de salaires plus faciles.

    @ JeanYvesRobert

    D’accord pour revenir au franc. En revanche, une chose est sûr : mieux vaut ne pas avoir de monnaie surévaluée / trop chère / trop forte (adjectif bien choisi pour véhiculer une image positive alors que les conséquences d’une monnaie forte ne sont que positives, loin de là).

    Beaucoup d’économistes attribuent la bonne performance économique de l’Europe à la fin des années 90 au bas niveau de l’euro par rapport au dollar.


  • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 2 décembre 2010 20:07

    Je peux comprendre le vote FN, qui est un vote de désespérance politique contre un système qui ne traite pas les problèmes de notre pays, mais je ne veux rien avoir à faire avec quelqu’un qui trouve du charme aux dérapages verbaux de son père. Il restera toujours un « détail » (qui n’en est pas un justement) entre moi et eux.


    En outre, le FN est devenu l’idiot utile du système, qui prolonge le duopole UMPS en stérilisant des voix d’opposition sans aucune perspective d’accéder au pouvoir (heureusement d’ailleurs).
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès