• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le Gaïagénaire

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 904 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Le Gaïagénaire 21 avril 2014 17:53

    Pourquoi se focaliser sur la psychologie pour comprendre l’être humain en société ?    

    En effet, pour Miller[129] :

    "On peut considérer que le « trait de génie » de Hitler consista à donner aux Allemands, éduqués si tôt à la dureté, à l’obéissance et à la répression des sentiments, les juifs comme objets de leurs projections [voir les pages 99 et ss. concernant le mécanisme de dissociation et de projection]. Mais l’utilisation de ce mécanisme n’avait rien de nouveau. On a pu l’observer dans la plupart des guerres de conquête, dans l’histoire des croisades, de l’Inquisition, et même dans l’histoire la plus récente [je me risquerai ici à dire : le génocide rwandais]. Mais on n’a guère pris la peine de voir, jusqu’à présent, que ce que l’on nomme l’éducation de l’enfant repose en majeure partie sur ce mécanisme et, inversement, que l’exploitation de ce mécanisme à des fins politiques ne serait pas possible sans ce mode d’éducation. Le trait caractéristique de ces persécutions est qu’elles relèvent d’un domaine narcissique. C’est une partie du moi que l’on combat, et non pas un ennemi réellement dangereux, comme par exemple dans le cas d’un réel risque de mort."

     

      Je terminerai sur le point de l’Allemagne d’Hitler, en revenant sur la sensibilité en tant que faculté permettant de refuser de faire le mal. Le passage suivant des écrits de Miller est, encore une fois, éloquent à ce propos[130] :

     

    "Des êtres sensibles ne se laissent pas transformer du jour au lendemain en exterminateurs. Mais dans l’application de la « solution finale », il s’agissait d’hommes et de femmes qui ne pouvaient pas être arrêtés par leurs propres sentiments parce qu’ils avaient été éduqués dès le berceau à ne pas ressentir leurs propres émotions mais à vivre les désirs de leurs parents comme les leurs propres. Enfants, ils avaient été fiers d’être durs et de ne pas pleurer, d’accomplir « avec joie » toutes leurs tâches, de ne pas avoir peur, autrement dit, dans le fond : de ne pas avoir de vie intérieure."

     

    Quand elle remet en question l’éducation des enfants, Alice Miller s’oppose à la « pédagogie noire » qu’elle considère être rampante dans toute philosophie de l’éducation de l’enfant. Son livre C’est pour ton bien – Racines de la violence dans l’éducation de l’enfant rend bien compte de la complexité de ce phénomène. Je me bornerai donc à reproduire quelques paragraphes clés de son explication pour tenter d’y initier le lecteur[131] :

     

    "Le mépris et la persécution de l’enfant dans toute sa faiblesse, ainsi que la répression de la vie, de la créativité et de la sensibilité en lui comme en nous-mêmes, s’étendent à de si nombreux domaines que nous ne les remarquons presque plus. Les degrés d’intensité et les sanctions varient mais on retrouve presque partout la tendance à éliminer le plus vite possible l’élément infantile, autrement dit l’être faible, dépourvu et dépendant qui nous habite, pour que se développe enfin l’être puissant, autonome et actif qui mérite le respect. Et quand nous rencontrons ce même être faible chez nos enfants, nous le poursuivons avec des moyens analogues à ceux que nous avons employés pour le combattre en nous-mêmes et nous appelons cela l’éducation. (…)

    Les moyens de l’oppression du vivant sont les suivants : pièges, mensonges, ruses, dissimulation, manipulation, intimidation, privation d’amour, isolement, méfiance, humiliation, mépris, moquerie, honte, utilisation de la violence jusqu’à la torture."

     

    "Un simple regard de mépris peut suffire à faire comprendre à l’enfant qu’il lui est interdit de réagir naturellement à un abus. Or, s’il ne peut vivre dans la prime enfance, les « réactions adéquates [pour lui] aux vexations, aux humiliations et aux violences - au sens le plus large du terme », comme par exemple par la colère, la tristesse ou les cris, il ne pourra intégrer de telles réactions à sa personnalité, et refoulera ses sentiments malgré l’insatisfaction du besoin de les exprimer. Cela se manifestera à divers troubles, voire même dans les rêves, l’art (littérature, musique, etc.), et la ferveur à défendre des idéologies politiques dogmatiques[132]."

     

    Le Québec d’aujourd’hui échappe heureusement à un degré de désensibilisation des enfants par l’éducation aussi élevé que celui ayant prévalu en Allemagne à une certaine époque (il serait intéressant, d’ailleurs, de vérifier comment le tout a évolué).

     

    Néanmoins, la peur des étrangers, et notamment celle du « méchant musulman terroriste » bien souvent fort injustifiée (je le dis pour avoir dans mon entourage des musulmans pour qui j’éprouve la plus haute estime), est présente à un niveau alarmant ici même. Cela donne lieu à un racisme structurel (systémique), dont la démonstration n’est plus à faire. Si nos enfants sont « protégés » par des institutions étatiques telles que le Directeur de la protection de la jeunesse, et que le châtiment corporel n’est plus envisagé comme allant de soi, comment alors expliquer de telle névroses collectives qui nous empêchent de célébrer la différence et d’en tirer le maximum de richesse humaine ?

      https://www.facebook.com/gaiagernaire ?sk=notes# !/note.php?note_id=279773792067882

    [129] A. Miller, C’est pour ton bien, supra, note 96, p. 110-111.

    [130] Ibid., p. 101.

    [131] Ibid., p. 77.

    [132] Voir notamment, A. Miller, La souffrance muette, supra, note 113, où l’auteur traite du refoulement des souffrances dans l’art et la politique.





  • Le Gaïagénaire 10 avril 2014 13:57

    Bonjour monsieur Bibeau,

    Vous venez de décrire le climat familial de votre enfance qui vous étouffe encore. Comme Lenine, Marx et Mao. 

    Bonne journée.



  • Le Gaïagénaire 10 avril 2014 01:36

    Monsieur Bibeau,


    Il manque un élément. Les abstentions sont calculées à partir des inscriptions à la liste électorale. Cela ne tient pas compte de ceux qui n’y sont pas inscrits par dégoût. Faudrait connaître le nombre de ceux qui ont 18 ans et plus et soustraire le total des votes. Nous serions mieux avisés du taux d’abstention.

    Je désire aussi attirer votre attention sur ce qui n’est pas mentionné nulle part et que tous devraient connaître :

    - la loi des mesures de Guerre de 1970 et ses conséquences, en pleine élection municipale à Montréal ; l’attaque du caporal Lortie de l’Armée canadienne contre l’Assemblée Nationale durant le règne du gouvernement du Parti Québécois ;

    -Un supposé « accident » alors que le premier ministre est au volant ;
    -une bactérie « mangeuse de chair » qui fait perdre une jambe au futur chef du parti Québécois, Lucien Bouchard ;

    -l’attaque de Bain au Métropolis non sécurisé alors que la première ministre élue Marois célébrait, en décembre 2012, a traumatisé TOUT LE QUÉBEC en restimulant le traumatisme TOTAL du massacre de l’école Polytechnique de Montréal en 1989 par un musulman au nom de Lépine-Gharbi ;

    -j’ajoute la destruction inexpliquée du centre ville de Lac Mégantic par un train-fou transportant des produits chimiques explosifs ;

    -C’est très connu en éducation la programmation neuro-linguistique : l’engramme suivi plus tard de la barrure de l’engramme.

    Le résultat apparemment incompréhensible du vote d’avril 2014 s’explique en partie (10 à 15%) par ces attaques de guerre psychologique du gouvernement fédéral du Canada contre la population canadienne-française indépendantiste de la Province de Québec.

    Salutations. smiley


Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès