• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

lolo

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 54 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • lolo 13 novembre 2010 12:48

    Non la France ne fait pas fuir les riches, mais elle fait fuir ses jeunes talents bien formés qui pourraient lui apporter (ingénieur, chercheurs, mêmes les infirmiers...), qui ne partent pas pour planquer de l’argent mais pour avoir un meilleur salaire. La France commence à faire fuir sa classe moyenne bien formée, à cause de la smicardisation rampante des salaires de professions qui assuraient encore il y a peu une vie confortable.
    Je peux vous dire qu’en Suisse, Belgique, Europe du nord, Etats-unis Canada et autres les CV de jeunes français bien formés affluent...A force de presser les salaires vers le bas et de taper fiscalement toujours sur les mêmes, ceux qui peuvent vont voir ailleurs et puis en plus ailleurs c’est mieux...Je n’ai bien évidemment pas de statistiques, mais c’est clairement le ressenti que j’ai en parlant avec les français vivant à l’étranger.



  • lolo 11 novembre 2010 12:17

    Je ne peux que confirmer ce qui a été dit dans cet article, car j’ai exactement vécu ce qui est décrit. Chercheur de profession, travaillant sur Genève (en Suisse donc), j’ai à mon arrivée à Genève fait le tour de appartements à louer en France voisine (la frontière française étant toute proche). Malgré un revenu, dépassant les 3000euros net par mois, impossible de louer le moindre petit studio ou appartement. Les agences françaises m’ont rétorquées que je cumulais deux handicaps. Le premier, j’ai un CDD de 3ans. Le deuxième je travaille en Suisse. Les assurances pour loyer impayé contractés par les propriétaires refusent de couvrir les CDD/période d’essai, et les personnes dont le compte bancaire salaire n’est pas domicilié en France. Et je ne parle même pas de l’accueil super froid et condescendant (voir raciste) des agences immobilières de Haute-Savoie (Annemasse), quand elle voient arriver un jeune, qui en plus est plutôt typé méditteranéen.

    Au final, je me suis logé côtés en Suisse. Et que l’on ne me parle plus jamais de la France, je n’ai plus aucune intention de revenir bosser dans ce pays. Dans ce cas précis la France a perdu des rentrées fiscales (en France j’aurai payé des impots locaux et une partie de mes impots payés en Suisse auraient été reversés à la France selon les accords franco-suisses) et une unité de consommation (puisque j’aurai consommé cotés français). Ce pays marche sur le tête.

    Qu’on se le dise en France désormais pour se loger, il faut un bon revenu (ce qui est de plus en plus rare) et puis être en CDI (de plus en plus rares aussi surtout chez les jeunes). En clair, un pays ou les jeunes diplomés ou non diplomés n’ont nullement leur place. Je ne peux que les inviter à aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.



  • lolo 8 novembre 2010 16:20

    A mon humble avis (je suis scientifique pas économiste), certes les FED achète des bons du trésor américain, mais cela ne correspond après tout qu’à une activation sérieuse de la planche à billet laissant augurer une inflation prochaine.
    Ceci ne serait pas si grave au final (en tout cas pour les USA, pas pour les détenteurs de dette américaine qui vont y perdre des plumes) cet argent était dirigé à l’économie. Or le problème est que cet argent frais va surtout se diriger vers les banques et fonds de pensions et sera utiliser pour les remettre d’aplomb et leur permettre de continuer à spéculer.
    Et là ou on court à la catastrophe est qu’ils se mettent joyeusement à spéculer sur les matières premières (voir le coton par exemple, article du figaro de ce matin http://www.lefigaro.fr/societes/2010/11/07/04015-20101107ARTFIG00226-les-prix-de-l-habillement-vont-augmenter.php...ou encore l’article des échos de la semaine dernière annonçant les débuts de la commercialisation à la City d’actions addossées aux métaux). Spéculer sur les matières premières, voilà de quoi stopper net une éventuelle relance de l’économie. Et puis moralement, imposer un impot privé sur les matières premières en utilisant de l’argent fraichement imprimé, si çà c’est pas du vol de grand chemin de la part de wall street...



  • lolo 2 novembre 2010 12:34

    Le scandale de cette compagnie est le chantage aux subventions qu’elles fait sur les collectivités locales, en leur faisant miroiter des retombées économiques sur la région.
    As t-on demandé l’avis des riverains des aéroports en pleine campagne, et surtout s’ils étaient d’accord pour payer avec leur impots une partie des billets d’avions des futurs touristes et les infrastructures de l’aéroports (ces aéroports avec peu de passagers sont généralement pas rentables) ??? En plus les retombées économiques sont souvent pas si terribles que cela. Dans le sud ouest par exemple, hausse des touristes certes, mais aussi hausse de l’immobilier due aux anglais arrivant en masse qui a fait que les locaux ne pouvaient même plus se payer une maisonette même trés vieille ou à moitié écroulée...



  • lolo 30 septembre 2010 13:48

    Qu’on me dise que l’Espagne, pays produisant des produits à faibles valeur ajoutée, a du mal à supporter une monnaie aussi forte que l’euro je veux bien. Quand on produit essentiellement du tourisme, et des denrées agricoles (fruits et légumes), une monnaire forte est un gros handicap évident pour la compétition avec des pays en développement. Il y y a très peu d’emplois qualifiés en Espagne (voir la quantité de jeunes ingénieurs au chomage).

    Par contre, lire que les problèmes de l’Espagne viennent d’une augmentation trop forte ces dernières années des salaires, je ne suis pas d’accord du tout. Je connais bien le pays, et en terme de pouvoir d’achat pour un salaire de base (1000euros), le salaire réel est en diminution depuis le passage à l’euro. Les moins de 40ans qui restent chez leur parents, car incapables de payer un loyer, ne le feraient certainement pas si les salaires étaient en augmentation depuis 10ans. Le problème de l’Espagne, est qu’au passage à l’euro, le cout de la vie alors qu’il était assez bas, s’est égalisé avec celui du reste de l’Europe (Allemagne, France), et que les salaires sont restés sur la base des salaires avant passage à l’euro. Pas étonnant que les foyers aient du faire appel au crédit pour essayer de maintenir la tête hors de l’eau. Maintenant tout s’écroule, car le crédit devient rare, et que la bulle immobilière refuse de dégonfler.
    Les salaires y sont en moyenne 30% plus bas qu’en France, esssayez de vivre en France avec un salaire 30% plus bas, et vous aurez une ideé de ce que vivent les espagnols...Si vous rajoutez à cela, qu’il y a très peu d’emplois qualifiés, et donc essentiellement des bas salaires...

    Après, je suis assez d’accord sur le fait qu’à moins que l’Allemagne accepte un dévaluation de l’euro ou de prendre en charge la dette des PIGS au nom de l’Europe, l’union monétaire risque fort de se disloquer. De toute façon, réduire les salaires de 25% en Espagne pour redevenir compétitif ne sera pas possible. Il n’y a qu’à voir la grogne sociale qui fait déjà rage en Espagne en ce moment (grève générale hier). Je miserai plutôt sur une sortie concertée de l’euro pour leur permettre de redevenir compétitifs à l’exportation et par la même occasion réduire le ratio cout de la vie / salaire qui socialement y devient intenable.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité