• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

lolo

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 54 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • lolo 23 juin 2011 13:41

    Pour moi l’Europe est déjà morte. Il n’y a qu’à lire les journaux, ou l’on voit les européens du nord (Allemands et français) expliquer la cause des malheurs des pays du sud par leur faible productivité. Bref on les traite de fénéants surpayés et on leur demande de se mettre au boulot. Ces propos racistes sont à peine dissimulés, et passent comme une lettre à la poste, y compris dans l’opinion.
    Pourtant que je sache même avant la crise leur niveau de vie était plus faible que ceux du nord. Leur productivité est faible, mais c’est bien normal l’agriculture (fruit, huile d’olive) est très gourmande en main d’oeuvre et fournit peu de marge aux producteurs. Donc forcément leur productivité est faible (quand on vend une mercedes ou fait du trading, on rentre plus d’argent et plus vite, mais on a pas travailler plus pour autant). 
    C’en est à se demander si c’est argument pointant leur soit disant faible productivité n’est avancé volontairement pour casser l’Europe...En tous cas, avec des salaires tournant en Espagne ou en Grèce déjà autour de 600euros par mois, je ne vois pas vraiment comment on va arriver à mettre les gens au travail pour ces salaires de misère...A mon avis, les grecs, espagnols, italiens et portugais ne vont pas tarder à bruler des drapeaux européen dans les rues.



  • lolo 17 juin 2011 12:12

    Le SMIC est trop bas sans aucun doute, mais à l’évidence les politiques Français, de l’UE et du FMI pensent le contraire.
    Quelle solution ont-ils proposé (voir même ordonné) à la Grèce, au Portugal et à l’Espagne ? Réduire les salaires, et supprimer l’indexation des salaires sur le cout de la vie (ce dernier point est déjà en place en France). Aussi bien, que l’Espagne (ou le salaire minimum doit tourner autour de 700euros net) a le mois dernier autorisé les entreprises à payer en dessous des salaires négociés par branche.
    Sous les conseils Allemands et ce afin de les rendre plus compétitifs, l’Espagne doit aussi faciliter la fluidité du son marché du travail jugé trop rigide (entendez, licenciements facilités pour les entreprises et baisse du cout du licenciment) et définitivement supprimer l’indexation salaire/cout de la vie. Et c’est un gouvernement socialiste qui est train de faire tous cela sous conseils our ordre d’Angela Merkel.
    Vu les solutions que proposent le FMI, et l’Europe pour les pays en crise, franchement j’ai bien peur que leurs remèdes ne soit plus toxiques que le mal, saigner les population pour payer des intérets sur la dette aux banksters est leur unique option, et je crains que tout cela finise mal. Très bientot ils viendront voir la France pour en faire autant, ces rapports sur la suppression du SMIC français pour la rendre plus compétitive ne sont certainement qu’un début...Un peu de patience, et bientot ils nous proposeront de travailler gratuitement contre du pain et de l’eau pour la compétitivité du pays (que je qualifierai plutot de rentabilité pour les accionnaires).



  • lolo 19 mai 2011 13:58

    Bon article qui résume bien la situation actuelle...

    En tous cas, cette génération maudite de précaires et chômeurs, ou génération perdue (42% de chomage chez les jeunes en Espagne, et 21% dans la population totale) est en train de faire d’elle en Espagne ces jours-ci. Je parle du mouvement du 15M de jeunes, chomeurs et précaires qui remplie la Puerta del Sol depuis quelque jours à Madrid et qui ne réclame rien d’autre qu’un changement de système et une démocratie réelle...Leur slogan est « democracia real ya » (pour une démocratie réelle). Ce mouvement m’a l’air bien parti pour s’amplifier...et leur campement sur la puerta del sol commence à faire penser sérieusement aux révolutions arabes. C’est un signe que socialement ce que l’Europe tente d’imposer aux pays périphériques ne pourra pas tenir.



  • lolo 10 mai 2011 00:16

    Monsieur, au cours de vos études auriez-vous à un moment donné appris à réfléchir par vous même en dehors des paradigmes que l’on vous a sommés d’apprendre par coeur ?

    Avec un peu d’honneteté force est de constater que depuis que nous sommes passé à l’euro tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. L’industrie à déserté l’Europe (à part l’Allemagne qui est sur un marché industriel pour le moment intouchable de la haute technologie et la machine outil), notre savoir-faire industriel s’en est allé avec les multinationales apatrides à l’étranger, les salaires réels on chuté (des cadres à 1500euros par mois qui dorment dans leur voiture, c’est désormais monnaie courante), nos exportations s’effondrent, notre recherche scientifique a foutu le camp aux USA ou en ASIE, le populisme et le racisme montent en flêche, et notre dette explose. Le seul pays de l’Union pour qui tout va bien, c’est l’Allemagne. Si le but de l’euro c’était de concentrer toute l’industrie en Allemagne et couler tous les autres pays pour en faire des parcs à thème pour touriste, alors là oui l’euro a réussi.
    Que va exiger maintenant l’UE et le FMI de la Grèce ? Privatiser le peu d’actifs qu’il lui reste pour diminuer légèrement sa dette, en les vendant à vil prix aux divers fonds d’investissement, aux banquiers et aux chinois. Que vont-ils privatiser maintenant, les plages, les monuments, voir les grecs eux-mêmes pourquoi pas non ? J’aimerai bien voir votre tête quand des banquiers allemand viendront voir la France pour lui demander de privatiser ses plages et ses monuments pour payer sa dette...

    La question est de savoir comment réindustrialiser l’Europe et rétablir une économie saine, avec un partage des richesses plus favorable au travail qu’au capital. S’il faut sortir de l’euro pour cela, alors sortons-en.
     



  • lolo 21 mars 2011 14:05

    Si le spéculateur ne prenait qu’un petit bénéfice et faisait ses paris sur la base de données rationelles, à la limite son rôle pourrait être bénéfique. Le problème est qu’ils amplifient des mouvements de hausse, créent de la volatilité...et pire la part qu’il s’octroient est si grande qu’ils découragent les producteurs de produire (agriculture non rentable...)
    Et pour courronner le tout, les banques spéculent en faisant marcher la planche à billet (crédits avec effet de levier monstrueux, renflouement des états)...et là ce n’est plus de la spéculation, c’est de l’accaparement. Et il n’y a rien de plus nuisible.

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité