• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Louis Dalmas

Louis Dalmas

 
Ecrivain et journaliste.
Auteur de
Le Crépuscule des élites
Le bal des aveugles

Les fossoyeurs de l'Occident

Tableau de bord

  • Premier article le 22/01/2011
  • Modérateur depuis le 21/02/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 46 92 1048
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 27 avril 2011 12:19

    Difficile, en effet, cher Pierre Régnier, d’échanger des commentaires dans le climat actuel, où n’est tolérée qu’une forme bien encadrée d’expression, cette « pensée unique » qui imprègne l’esprit des gens au point qu’ils ne savent défendre leurs préjugés qu’à coups de poncifs ou de propos injurieux.
    Sisyphe, par exemple – que je remercie de me reconnaître quelques « vraies réflexions » – s’arrête au credo ambiant sans faire l’effort de creuser davantage. Il qualifie mes remarques de « galimatias », ce qui évite de les réfuter.
    Milosevic, par exemple, n’a jamais été un dictateur ; il a été trois fois élu démocratiquement aux postes qu’il a occupés ; il n’a jamais limité l’action des partis politiques ou l’autorité du parlement ; une vingtaine de nationalités ou ethnies différentes cohabitaient en ex-Yougoslavie et cohabitent toujours en Serbie ; il a accepté tous les plans de paix occidentaux proposés pour mettre fin à la guerre en Bosnie ; la dernière fois que j’ai été à Belgrade sous son gouvernement, j’ai dénombré dans un kiosque 23 journaux d’opposition et 3 organes gouvernementaux.
    Les initiatives de Kadhafi sont remarquables : l’eau, l’électricité, les soins médicaux étaient gratuits en Libye, l’essence ne coûtait pratiquement rien, l’Etat accordait des aides financières aux jeunes mariés, aux acheteurs de logements, aux créateurs d’entreprises. Il a fait construire un extraordinaire réseau 4.000 km (!) de pipe-lines souterrains qui alimentait en eau tout le nord du pays, etc. Sa « jamarihiya » était une tentative de démocratie directe comparable par certains côtés à l’auto-gestion dans l’ex-Yougoslavie, et aussi intéressante à étudier que la démocratie parlementaire occidentale.
    Gbagbo n’était sans doute pas un « gentil garçon », mais il était loin d’être le pire des chefs d’Etats africains soutenus par les Français ou les Occidentaux, et il avait (comme Kadhafi) le souci de l’indépendance de son pays et de la résistance à l’exploitation de ses richesses par le colonialisme étranger.
    Ce sont des faits, faciles à vérifier. Et jeter, comme le fait Mondion, une brassée de noms dans la poubelle des « dictateurs » n’est qu’une simplification abusive qui trahit la réalité.
      



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 26 avril 2011 19:48

    Le malheur pour vous, cher Mondion, c’est qu’à propos de Milosevic et Saddam (l’affaire Kafhafi a éclaté après sa mort), c’est mon ami Gallois qui a écrit lui-même ce « tissu de stupidités »...



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 26 avril 2011 16:16

    Tout à fait juste, cher Gaijin. Désinformation, décrédibilisation des parias et débats parttaux ou faussés font partie de la censure molle que vous appelez “brouillard médiatique”. C’est bien trouvé.
    La “pensée unique”, cher Zelectron, est la vulgate adoptée à la fois par le pouvoir et les intellectuels qui dérivent avec le courant majoritaire du moment, à gauche ou à droite. Les méthodes de mise à l’écart des dissidents sont les mêmes et survivent dans notre société soporifique aux changements de gouvernements.
    Oui, cher Slipent.’air, la Chine a cherché à affranchir le Tibet d’une féodalité religieuse comme la Russie a voulu dans le temps moderniser k’Afghanistan (ou comme l’a fait jadis Kemal Ataturk avec la Turquie). Les moyens et les buts pratiques sont sans doute discutables, mais la fin d’ensemble objective était de sortir un peuple d’un passé paralysant, de faire un pas en avant, de progresser dans l’Histoire.
    Ce n’est pas moi qui ai choisi le terme de “terrorisme intellectuel”, cher Voxagora. Cela dit, il vise le domaine (la pensée) et la méthode (la censure molle), pas les victimes. Il ne diabolise ni l’intelligence, ni les intellectuels. Il dénonce une certaine façon actuelle d’agir sur eux en leur imposant le contenu ou l’orientation de leurs discours.
    Pardonnez-moi de ne pas vous avoir citée nommément comme auteur de l’intéressant texte original, chère Aliciabx, mais je me référais explicitement au vif débat qu’il a provoqué, et je pensais que la source allait de soi. Je n’avais en tous cas nullement l’intention “d’exploiter un sujet sans mentionner l’auteur”.
    Quant à Morice, non seulement je n’ai pas de “particule déguisée” (mon nom figure par exemple en entier sur Wikipedia ou sur Facebook), et je signe sans pseudo mes interventions (ce que ne fait pas mon interlocuteur), mais je le mets au défi de relever la moindre trace de “fascisme” dans mes livres ou mon journal. Je pense avoir le droit d’écrire sous le nom que je veux, et celui de relever les faits et les documents qui rectifient la fausse image de Milosevic et de Mladic sans pour cela être taxé d’extrême-droite (ou même de droite).
    Louis Dalmas. 
     
     



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 4 avril 2011 10:09

    On est effaré de voir la politique étrangère de la France dirigée par un matamore épileptique « coaché » par un pseudo-philosophe mentalement dérangé, et on est écœuré de voir cette politique plonger notre pays dans une nouvelle guerre aussi injustifiable que celles de Yougoslavie, Irak et Afghanistan. Heureusement la bulle soit-disant « humanitaire » semble se dégonfler. Les « avances » de la très douteuse opposition à Kadhafi ne font plus la « une » des médias. De plus en plus de gouvernements s’inquiètent du soutien apporté à des islamistes infiltrés par Al Qaeda et les Frères musulmans. Espérons que le « coup » électoral de Sarkozy lui reviendra en pleine face comme un boomerang, et nous débarrassera de la délétère présence de Bernard-Henri Lévy. 



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 30 mars 2011 09:48

    Le tract est excellent, cher Robert Gil, mais il faudrait corriger les fautes d’orthographe !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité