• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Louis Dalmas

Louis Dalmas

 
Ecrivain et journaliste.
Auteur de
Le Crépuscule des élites
Le bal des aveugles

Les fossoyeurs de l'Occident

Tableau de bord

  • Premier article le 22/01/2011
  • Modérateur depuis le 21/02/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 46 92 1048
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 22 février 2011 19:04

    L’excellent article de Paul Villach a déclenché une discussion passionnante, qui démontre une fois de plus l’intérêt de la tribune d’Agoravox.
    Quelques observations :
    1) Tous les pauvres ne votent pas, loin de là. Les généralisations sont toujours dangereuses, et la question est posée d’une façon un peu lapidaire.
    2) Pour ceux qui votent à droite, il me semble qu’il faudrait différencier les droites. Les partisans de la droite « officielle » (UMP et satellites gouvernementaux) jouent en effet la carte « faveurs ». Cassino dit des choses très justes à ce sujet.
    3) Pour ceux qui choisissent la droite « marginale » (FN), qui s’est située en dehors du système, on peut penser qu’ils jouent plutôt la carte « changement », devant la déliquescence des socialistes.
    4) Le problème concerne une « vraie » gauche. Comment reconquérir ce qui devrait être en grande partie son électorat « naturel » : la partie la plus démunie de la société. Je ne vois qu’un moyen : se battre avec suffisamment de fermeté contre nos « élites » du pouvoir et de la fortune pour convaincre les pauvres d’une transformation possible, à la place d’une droite qui se sert d’arguments « populistes » pour rétablir la réaction.
    En fin de compte, la question de Villach devient "pourquoi les pauvres ne votent-ils pas (ou plus) à gauche ? Réponse : parce que personne ne leur dit clairement qu’il faut défendre l’indépendance nationale contre l’impérialisme, récupérer l’argent des guerres et des fortunes disproportionnées, redistribuer la richesse, corseter les banques, etc. et que personne ne leur explique comment pratiquer efficacement la résistance non violente et la désobéissance civile pour y arriver.
    Louis. 
     



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 22 février 2011 10:55

    Que de réactions intéressantes ! Je vais essayer de préciser quelques points.

    1) Je ne sais pas qui est Morice, mais j’aimerais que trois choses soient bien claires :
    a) Je n’ai rien de commun avec le Bloc identitaire, ni avec « l’extrême-droite ». Je pense simplement, qu’au-delà des étiquettes, il y a des idées à défendre et des arguments utiles de toutes provenance, et si le message vaut la peine, peu importe s’il vient de Marine Le Pen ou de Mélenchon. C’était ça l’esprit du CNR. La meilleure preuve est que je publie dans le prochain numéro de B. I. un texte de Morice lui-même sur le marchand d’armes Geoffrey Taylor, que j’ai trouvé intéressant, et que je continuerai à diffuser ses textes, s’ils sont bons, malgré les accusations stupides dont il me gratifie. 
    b) Mon journal B. I. n’a jamais été un « fervent défenseur de la cause serbe ». Il a simplement cherché à rétablir un équilibre dans l’information sur le drame des Balkans, qui était exclusivement orientée dans le sens de la diabolisation de Belgrade. Vous n’avez aucune idée, Mr Morice, du nombre de falsifications et de manipulations médiatiques que nous avons pu révéler (preuves à l’appui). Depuis, « Balkans-Infos » s’est transformé en B. I., pour traiter de tous les problèmes internationaux, de la même façon indépendante, sans se limiter à l’ex-Yougoslavie.
    c) Les trois livres qu’a publiés notre association « Vérité et Justice » sont fondés sur des documents officiels et des témoignages vécus, dont le nombre ne cesse de croître tous les jours. Je pense qu’ils ont contribué à démentir beaucoup de préjugés et à rétablir quelques vérités.

    2) J’ai été très touché par la lettre d’Owen. Je me fous complètement de toute forme de célébrité, mais si je pouvais transmettre à des jeunes l’état d’esprit de notre combat antinazi, ce serait formidable. Cet état d’esprit était une combinaison de flamme et de camaraderie, dans une résistance commune à l’incarnation totalitaire et pétainiste de la droite traditionnelle. C’est cet état d’esprit qu’il faut ranimer, sans sectarisme, sans idées toutes faites, et sans faiblesse. Bravo à Owen de l’avoir rappelé.

    3) Merci aux correspondants qui ont considéré comme moi qu’il y a bien d’autres sujets d’indignation que la situation dans le Proche-Orient. Mais cette situation suscite tant de fureurs qu’il faut en dire quelques mots (des mots qui vont bien sûr me faire traiter de valet sioniste par les uns et de vil antisémite par les autres) :
    a) Tous les Etats du monde se sont constitués par des guerres, des conquêtes, des exodes, etc. Il me semble à la fois inutile et nuisible de refaire l’Histoire : l’Etat d’Israël existe, son droit d’exister (même si on le considère comme injustement acquis) est un fait, et un fait qu’il faut défendre à tout prix.
    b) Son gouvernement actuel mène une politique détestable. Rabin et Sadate avaient compris l’intérêt d’une entente entre les descendants d’Abraham, les avantages de la paix entre le pays juif moderne à la technologie précieuse et une nation naissante palestinienne aux besoins multiples. Ils ont été assassinés. Netanyahu a adopté une ligne dure qui est celle de l’impasse militaire.
    c) Il ne sert à rien de s’insulter réciproquement. Ou l’on se tait, ou l’on cherche à soutenir les juifs non arabophobes et les arabes non antisémites. Il y en a, et c’est plus positif que d’attiser le feu de la haine.

    4) Enfin, dernier point : je suis bien d’accord avec les correspondants qui s’étonnent de voir Hessel soutenir DSK. Il y a longtemps que je dénonce le monde à l’envers où le candidat « socialiste » serait le directeur du FMI. Ce serait burlesque si ça ne marquait pas de façon dramatique le déclin de la social-démocratie.   



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 22 février 2011 09:21

    Merci à Parkway pour son encouragement. Cela me touche beaucoup.



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 21 février 2011 14:25

    Votre texte est publié dans le prochain n° 163 de notre journal B. I., qui sera envoyé aux abonnés vendredi prochain.



  • Louis Dalmas Louis Dalmas 21 février 2011 14:22

    Je n’ai pas été membre du Parti communiste et j’ai toujours été antistalinien. Mais à la différence de de`beaucoup d’autres, je n’ai pas sauté de l’autre côté du cheval en vieillissant. Sans doute le programme du CNR était-il de son époque. Mais d’une part il n’y a pas d’engagement sans passion (en cela Hessel a raison) et d’autre part les « deux derniers paragraphes » sont pour moi la mise à jour nécessaire des idées de la Libération. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité