• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Luc DUSSART

Luc DUSSART

Consultant en tabagisme, VALOR Consultants, Neuilly

Une solution clé en mains d’accompagnement non médical de la cessation du tabagisme en entreprise.

Tableau de bord

  • Premier article le 05/06/2006
  • Modérateur depuis le 02/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 93 156
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 92 52 40
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • Luc DUSSART Luc DUSSART 22 juin 2007 23:44

    J’ai entendu dire, mais je ne peux citer ma source, qu’il était aussi prévu de mettre Manaudou dans le grand bain...

    Bravo, j’en redemande !



  • Luc DUSSART Luc DUSSART 22 juin 2007 23:29

    Moi aussi je me suis petit à petit fait une opinion. Et j’ai fini par conclure que Arrêt sur Image est une excellente émission et qu’elle doit continuer.

    Sous un autre emballage et avec un autre présentateur smiley

    Je propose à DS de recycler son blog en critique de blogs. Ca existe déjà, mais il pourrait y mettre sa patte.



  • Luc DUSSART Luc DUSSART 11 juin 2007 18:46

    Merci de cette longue défense du pharmacien. Permettez-moi de corriger : je ne suis pas consultant en tabacologie, vous avez dû lire un peu rapidement. Je m’intéresse à un comportement, celui de fumer, qui n’est pas une maladie que je sache. Je ne me permettrais pas de vous nommer ‘droguiste’. Je suis consultant en tabagisme pour vous servir, merci.

    Vous noterez dans le chapo (c’est une orthographe conventionnelle) que mon billet traite du dénigrement des pharmaciens par les médecins. Logiquement je prends plutôt la défense du commerçant et critique le manque d’honnêteté de certains médecins...

    Le pharmacien est un commerçant : ce n’est pas vénal, et je n’accuse pas cette profession dont le commerce est non seulement utile mais bien apprécié, y compris à titre personnel par l’auteur.

    Et je n’ai pas dénié la compétence du pharmacien, dont le diplôme est acquis après de longues années d’études. Personne ne met ceci en doute.

    OK pour reconnaître au pharmacien la compétence concernant les palliatifs nicotiniques. Selon mon point de vue exposé par ailleurs (notamment chaque semaine sur http://unairneuf.org) ils ne servent à rien. Mais on ne peut en vouloir à un pharmacien de n’être pas familier des problématiques de la dépendance. Ces produits sont homologués par les autorités de santé, et vous vous feriez même taper sur les doigts à contester leur avis (ce qu’un pharmacien du XVIIème arrondissement a pourtant fait récemment).

    Là encore je ne fais pas procès au pharmacien de ville, qui se situe en bout de chaîne et dont on sollicite peu l’avis quand à l’efficacité des drogues qu’il vend.

    J’en veux aux médecins ‘vendus’ à l’industrie qui émettent des avis biaisés par divers intérêts économiques dont la composante personnelle ne peut être balayée d’un revers de main.

    Je souhaite que la médecine retrouve indépendance et objectivité dans l’intérêt des patients. Prescrire et d’autres affirment que ce n’est plus le cas aujourd’hui. Dans l’étroit domaine où j’exerce c’est une évidence sanctionnée par une médiocrité aussi durable que persistante...

    p.s. : Les chiffres que vous citez sont contestés : connaissez-vous des études reconnues établissant le taux d’arrêt avec les palliatifs nicotiniques vendus sans ordonnance et sans suivi ? Méthodologiquement cela semble même impossible à obtenir, le simple fait de participer à une étude modifiant le résultat comme le fait de parler en public altère l’orateur. Toute observation modifie le phénomène évalué. Bravo pour citer la revue Prescrire, dont les avis font référence. Mais ne citez pas de façon tronquée svp. Vos chiffres résultent d’études non indépendantes et travestissent la réalité.

    Les chiffres dont je dispose - et fréquemment censurés même quand ils émanent du National Cancer Institute aux USA !- montrent un taux de réussite de 10 à 12% à un an, minorés encore de 30% à plus longue échéance et il semble que ce soit indépendant du ‘traitement’ pharmacologique. Ceci s’explique mais il serait hors de propos de la faire ici.

    Ce que je critique ce sont les médecins qui bidonnent ou cautionnent des études bidonnées pour faire plaisir à ceux qui financent leurs travaux. La confiance en cette médecine là, et donc des produits qu’elle prescrit, va en s’érodant. Est-ce votre intérêt ??



  • Luc DUSSART Luc DUSSART 30 mai 2007 23:15

    Ao> Effectivement pour l’assuré cela devrait éviter des complications dus à des coktails de médicaments ou à une mauvaise observance.

    A la réflexion, ce que je trouve intéressant de noter dans cette hypothèse c’est que le pharmacien joue un rôle d’arbitre entre les prescriptions des différents médecins généralistes et spécialistes qui ont pu être consultés. Arbitre maître du jeu ?



  • Luc DUSSART Luc DUSSART 29 mai 2007 22:46

    @ Cosmic Dancer

    Faudrait que je t’explique ce qui se passe : la sensation de soulagement que procure la dope et l’entretien par ce moyen de la sensation de manque. Ca c’est pour la période de ’sevrage’ comme on dit, durant les trois premières semaines au maximum.

    Reste ensuite en mémoire le souvenir des sensations positives, mais pas celles de la souffrance du manque : le cerveau conserve durablement cette idée que fumer procure du plaisir, comme l’on se souvient toute sa vie de son premier amour.

    Ce souvenir du plaisir, ce plaisir en potentiel dont on garde l’idée, je le nomme désir. Et nous sommes ainsi faits qu’un jour où ça va mal on décide de ’se faire un petit plaisir’, mais qui ne pardonne pas. Rien à sert de se battre : la récidive est systématique (pour des raisons un peu compliquées à expliquer ici).

    Comment écarter ce désir ? Pas avec une interdiction ! Mais on peut arriver à vivre sereinement avec, sans se prendre la tête. Les anciens fumeurs ne sont pas particulièrement des gens malheureux et frustrés, au contraire. Le fait qu’ils n’aient pas envie de reprendre est bien la preuve que ce désir est une grossière illusion. Grossière, tenace et perverse...

    Tu auras compris que pour ça, les aides médicamenteuses ne sont absolument d’aucun intérêt. Vois la colonne de gauche de mon site unairneuf.org pour les prestataires qui partagent ce point de vue.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès