• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Luigi Chiavarini

Luigi Chiavarini

Humaniste, Fondateur du thinktank Harmonia Micro-Taxe (www.micro-tax.org) ex-Professeur d'économie et de finance auprès d'Investa Euronext Bruxelles . L'objectif de mes interventions est de donner les clés d'analyses de l'économie afin d'en décrypter les mécanismes pour mieux les maîtriser. 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 30/01/2006
  • Modérateur depuis le 08/03/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 25 86 701
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Luigi Chiavarini Luigi Chiavarini 28 décembre 2014 15:12

    Tout à fait d’accord avec vous , je ne vois d’ailleurs pas ce qui a pu vous faire croître le contraire.

    Si c’est l’allusion a l’Europe en faisant référence à l’équateur comme modèle, je parlait des pays Européen et non pas institution (non démocratique ) européenne. 


  • Luigi Chiavarini Luigi Chiavarini 28 décembre 2014 15:05

    Amusante votre analogie avec le Titanic , pour le reste laissez vos économies en banque, car il faut aussi des gens comme vous, et ne craignez rien il sauront quoi en faire le moment venu.



  • Luigi Chiavarini Luigi Chiavarini 28 décembre 2014 15:02

    @Herve

    Je crains que vous ne confondiez la mutualisation des risques financiers (des pertes) issu de l’avidité du système bancaire , qui a pris garde de privatiser les profits issus de cette avidité, tel que la crise de 2008 en a vu les conséquences et la privatisation des profits tel q u’il est normal de le faire dans le cadre d’un entrepreneur dont le risque d’entreprise n’est supporté que par lui. 

    Quant à la responsabilité , c’est souvent un leurre , elle est comparable à la promesse , toutes deux n’engagent que celui ou celle qui y croit. pas celui ou celle qui la donne ou est sensé l’assumer. Le système d’assurance et financier est basé sur ce principe , je m’explique :
    La finance est sensée faire croître les économies que l’ont lui donne (c’est pour cela que l’on fait des dépôts en liquidités ou achat d’actions) ) , elle en fait la promesse. Mais si cela ne se passe pas ce sera la faute de l’environnement économique , fiscal , crise mondiale , crise du secteur , austérité , taux d’intérêt ,... bref ce ne sera pas leur faute mais vous avez cru dans leur promesse non engageante avec pour conséquence de gérer vos frustrations.
    Avez vous vu beaucoup de responsables de banques ou institutions financières emprisonnés ou pénalisés lors de la crise de 2008 ? Ils étaient pourtant responsables , non ?


  • Luigi Chiavarini Luigi Chiavarini 28 décembre 2014 09:59

    complément à ma réaction précédente : 

    la réponse à votre question centrale « Pensez-vous qu’un régime politique où le peuple serait réellement souverain pourrait rendre mortellement malade la ploutocratie et l’oligarchie financière ? » est mitigée car elle ne sera pas à même de le rendre mortellement malade car la faculté de résilience de l’oligarchie financière est redoutable , multiforme et destructeurs dès lors que leurs intérêts sont mis en danger.


  • Luigi Chiavarini Luigi Chiavarini 28 décembre 2014 09:47

    Mr. E. Chouard analyse la gouvernance politique occidentale de ces 200 dernières années avec une perspective ad contrario de la vulgate « politiquement correcte » . 

    Il apporte une réponse à la question « a qui profite le systéme ? » et dans ce contexte répond : « La situation actuelle est parfaite pour les maîtres que l’on nous demande d’élire en utilisant un semblant de processus démocratique qui valide l’oligarchie de fait ». 
    Dans ce sens j’adhère à la réflexion du Prof Chouard , si il faut changer les règles du jeux il faut que les électeurs se réapproprient le processus démocratique et plus précisément la constitution . 
    Par contre, tout son raisonnement se déforce lorsqu’il essaye d’indiquer la façon dont sa conception de la démocratie doit être organisée : « par tirage au sort des contrôleurs ». 
    La je ne peux le suivre car cette méthode ce rapproche du système que sa réflexion tente de réformer. 
    Ce dont nous avons besoin en Europe c’est d’un homme ou femme capable de porter un projet qui met l’austérité au placard , balayant les proposition des pseudo institutions de contrôle sans aucunes légitimités démocratique tel-que le FMI, les agences de notations, les inst. Européenne , la BCE et autres BRI. L’Équateur est un laboratoire intéressant de la mise en oeuvre de ce modéle. 
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité