• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Martin

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 23/04/2022
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 261 201
1 mois 0 46 0
5 jours 0 9 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Martin 2 août 09:46

    @Martin
    Je corrige : cela dans le but de prendre son destin en main, autrement dit sans que le grand frère fouettard ne vienne les enquiquiner.



  • Martin 2 août 09:42

    @Pierre-Marie Baty
    Je complète ici (je me permets d’échanger un peu plus longuement avec vous puisque l’auteur de l’article plus haut n’a plus le temps, nous a-t-il signalé, de répondre aux participants de la discussion autour de son article).
    J’ai bien compris que vous avez étudié la rhétorique et que vous vous appliquez à en utiliser les vertus. Mais sans vouloir vous offensez, il me semble que vous la déballez à tout va et de façon mécanique. La spontanéité vous fait défaut par surcharge de référence théorique. Par exemple quand on discute avec quelqu’un qui dit que pour lui-même tel auteur fait autorité en telle matière, il ne faut pas en déduire que tous ce que dira cet auteur lui convient systématiquement. Si vous me dite, à tel sujet, que Marx fait autorité pour vous, je n’en déduirais pas que c’est de façon mécanique mais plutôt parce que l’ayant lu vous l’avez trouvé pertinent, tout simplement.
    S’agissant d’Amélie Zima, je l’ai écouté sur France cul et ailleurs, elle m’a semblé connaître son sujet. Cependant je n’ai pas moi-même étudié comment fonctionne l’OTAN et quelle fut toute son histoire. Je peux juste croire que Zima semble l’avoir fait et qu’elle a été dans ses études sans doute suivi par un directeur de thèse, et qu’elle a dû être reconnu par d’autres spécialistes (historiens de l’OTAN par exemple). Pour l’heure je n’ai pas entendu qu’un spécialiste lui conteste ses connaissances sur le fonctionnement de l’OTAN. 
    Au sujet de ce qui nous intéresse, vous avez tranché autant que Jean-Dugenêt et moi. Vous affirmez que l’OTAN aurait fait des promesses orales de non extension vers le centre et l’est de l’Europe. Pour ma part je dis que ces promesses sont secondaires eu égard à l’évolution de la Russie (et déjà le premier soutien à des séparatistes russes en 1992 en Moldavie  ne présageait rien de bon), secondaire aussi car nous parlons d’indépendance des anciens pays du bloc soviétique qui n’avaient aucune confiance en la Russie, et qu’il faut bien, lorsque l’on parle d’indépendance, que lesdits pays le deviennent un jour, au même titre que la France, l’Angleterre, ou la Russie. Secondaire enfin parce que de telles promesses orales faites par quelques responsables en dehors des lieux de décisions de l’OTAN sont du vent. 
    En vérité le problème pour la Russie poutinienne n’est même pas en soi l’extension de l’OTAN, mais que la Pologne, la République Tchèque, la Hongrie, et enfin l’Ukraine, aient librement décidé de rejoindre l’union européenne et non l’union douanière avec la Russie. L’intégration à l’OTAN rend juste problématique la volonté russe (la Russie poutinienne) de soumettre ces pays à sa volonté. Ajoutons que la neutralité de ces pays est chose impossible devant un tel empire, car ce serait les vouer à la soumission. Ce fut le cas pour l’Ukraine (et celui de la Biélorussie encore aujourd’hui), qui même après 1991 fut soumise à la Russie. Elle travaillait petit à petit à l’indépendance et quand cela commençait à prendre de la force (début des années 2000) ce ne fut pas supportable pour la Russie qui ne cessa dès lors de la sanctionner, manière qui à force rendit majoritairement le peuple ukrainien désireux de rejoindre l’OTAN, cela dans le but de prendre son destin en main sans que grand frère fouettard vienne les enquiquiner.

    Bien à vous



  • Martin 1er août 22:21

    @Pierre-Marie Baty
    Vous avez sans doute davantage de culture théorique que moi, qui voit alors la réalité différemment. Je pense encore au mot prolétaire ; pour vous, et pas que vous, ce mot désigne tous ceux qui ne peuvent attendre de ressources que de la rémunération que leur alloue celui auquel ils louent ou vendent leur force de travail. Pour moi, quelqu’un qui est dans cette situation et qui gagne beaucoup d’argent (à partir de 2500 euros cela me semble déjà beaucoup) n’est plus vraiment de la même classe sociale que l’ouvrier de base. Par conséquent je ne peux mettre un avocat, un docteur, ou un architecte, dans la catégorie des prolos. Même la retraite d’un instituteur n’est pas si mal que ça (dans le publique ; j’en connais), comparé à celle d’un ouvrier (je pense ici à des proches). Je distingue autrement qu’à partir de la théorie marxiste du prolétariat (mais peut-être en aurait-il une autre différente aujourd’hui sur les prolétaires ?).



  • Martin 1er août 21:52

    @Martin
    Pierre-Marie, je remarque que vous intellectualisez beaucoup là où il faut restez simple. Du coup je me demande si vous n’avez pas un peu trop mis le nez dans des bouquins spéculatifs. Je me trompe ?



  • Martin 1er août 21:41

    @Martin
    Je corrige : J’ajoute que je compare les raisonnements, le votre en l’occurrence (qui ne vient pas que de vous ; vous seul face à ce document) et celui d’Amélie Zima. Je reste cependant maître de mon jugement, je juge de la pertinence de tel ou tel. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité