• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Maxime Gouzevitch

Maxime Gouzevitch

Étant chercheur en physique je suis curieux de tout et passionne d’histoire et de géopolitique. Je suis ne en URSS et suivi mes études en France. Je ne fais partie d’aucune formation politique et je me réclame comme un observateur curieux. J’ai vécu durant mes pérégrinations dans plusieurs pays d’Europe (Russie, Israel, Allemagne) et des comparaisons amusantes me titillent souvent la plume... Mon idéal est plutôt de participer a une Think Tank qu’a un parti ou un syndicat. Voici quelque dates de ma vie de pèlerin :
1981 : J’ai vu mon premier jour en URSS, dans la ville de Lenine (Leningrade)

1989 : Je suis admis dans une école avec Français LV1 renforce.
1991 : Mes parents partent travailler en Allemagne
1992 : Suite a la chute de l’URSS notre famille s’installe en France afin de pouvoir travailler dans le domaine qui nous intéressait : la recherche, fille pauvre des la Russie post-Sovietique. Je suis admis presque par miracle directement dans un collège a Paris alors que mon niveau de Français laisse a désirer.
1996-2001 : Je poursuis tranquillement ma scolarité a Louis Le Grand (Paris) et en Prepa Saint-Louis (Paris)
2001 : Je suis surpris d’apprendre que je suis admis des ma première tentative l’Ecole Polytechnique (personne a pars mes parents n’y croyait).
2005 : J’entreprends une thèse en physique des particules sur un accélérateur en Allemagne. J’enseigne parallèlement a l’Universite d’Orsay

Tableau de bord

  • Premier article le 29/03/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 392 440
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Maxime Gouzevitch Maxime Gouzevitch 20 juin 2006 19:07

    Article interessant je partage ses positions. Merci



  • Maxime Gouzevitch Maxime Gouzevitch 20 juin 2006 19:06

    >N’oubliez pas que l’alliance pour le OUI était elle aussi >très hétérogène, alliant des fanatiques du libéralisme, >désireux de ne pass freiner la croissance économique de leur >pré carré, à des socio-démocrates soucieux de faire avancer >l’Europe sociale. Et l’on aurait pourtant évoqué la victoire >du « peuple » français si le OUI l’avait emporté.

    Personellement je crois beaucoup plus a l’homogeneite des partis de OUI que du NON. Les fanatiques du liberalisme n’existent quasiment pas en France (1-2% des supporters de Alain Madelin tout au mieux). Le liberalisme n’existe d’ailleurs quasiment pas en France. La droite Francaise correspond au Labour Anglais ou aux democrates Republicains...

    Les OUIstes etaient en faite les deux partis pragmatiques habituees a etre au pouvoir. Ils reagissaient ainsi au traite du point de vue pragmatique ayant conscience des bloquages que son abscence devait apporter (et qui sont las sous ne yeux).

    Ces partis soit dits en passant sont relativement proches et chassent sur les terres des uns et des autres en fonction des circonstances...

    En revanches les nonistes etaient parfaitement incompatibles rien que entre les nationalistes et les trotsistes, on aurait du mal a trouver un point commun a pars celui du rejet... Somme tout on pourrait les reunir sous la baniere dite : Protestataire





  • Maxime Gouzevitch Maxime Gouzevitch 20 juin 2006 18:34

    >Merci pour ces précisions.

    Au plaisir de partager

    >Il reste malgré tout quelque chose qui ne passe pas vis à >vis de la vaste opération de communication/propagande qui >a été faite autour d’Iter

    Parce que ITER est tout sauf un projet de savant fous caches dans leurs coin. C’est un projet eminement politique, pour la notoriete, mais aussi pour l’emulation scientifique qui s’installe autour et les retombees economiques et industrielles.

    La preuve que ce n’est pas notre lubie Franco-gaulloise est l’aprete avec laquelle le Japon et les USA ont bataille pour recuperer ITER. Ils ont d’ailleurs obtenu de grandes concessions en echange en terme d’autres experiences majeures qui seront installes chez eux (Collisionneur lineaire ?).

    >qui a été en partie une opération de désinformation, où >l’on a en tout cas avancé des contres-vérités pour ne pas >dire des mensonges purs et simples. >Vu le coup deu projet, qu’il soit partagé ou non à >l’échelle européenne ou mondiale ne change pas grande >chose, la pilule a du mal à passer, surtout quand pn >essaye de me duper.

    Tout d’abord je ne crois pas qu’on puisse parler de mensonges. Du preche pour sa paroisse ou de la publicite, peut-etre, mais sens plus. On se rends assez peu compte que meme si c’est 50 ans qu’on promet le thermonucleaire, le chemin deja parcouru est ennorme. On est aujourd’hui capable de tenir 6 secondes de reaction continue et le rendement (energie recuperee / energie fournie) est pratiquement de 1 (>1 pour un Tokamak au Japon) ce qui est enorme compare a ce qu’on pouvait faire il y a 50 ans. Le choix d’ITER etait, donc, de tenter une installation pilote qui franchirait le dernier pas qui manque pour le prototype industriel...

    http://www.nucleaire-info.com/critere_de_lawson.htm

    Ce que voient pas, me semble-t-il, la plupart des gens c’est qu’un projet comme ca necessite des percees technologiques majeures, qui auront forcement des retombees tout autour. C’est donc tout sauf de l’argent jete en l’air meme si l’on se rends compte que finalement une methode plus simple existe pour maitriser cette >technologie (ce qui reste a prouver).

    Ensuite le cout est de 10 milliards d’euros, une somme ridicule du point de vue mondial, surtout au vu du benefice qu’on peut en tirer. Meme pas 10% une annee de guerre en Irak ou 2% du budget de l’armee americaine...

    >Elle a d’autant plus du mal à passer qu’un tel budget >pourrait faire avancer nombre d’autres projets de >recherches, que cela soit dans le domaine de l’énergie >comme dans le médical ...

    La dessus permettez moi de montrer mon desaccord, l’argent consacre a la recherche est une question de la volonte politique... Qu’en France elle manque et on prefere la mettre dans le financement des 35 hr ou le chomage est un autre probleme...

    Je suis donc partisan de de developper et de tester toutes les voies possibles et ne pas se focaliser sur des querelles de claucher parfaitement partisanes (chacun prechant pour sa paroisse) en se balancant des arguments quasi divinatoires....

    Le fait que ca marchera ou ne marchera pas est du domaine de l’hypothese, en faite personne n’en sait rien, on ne peut que craindre et etre sur que ce ne sera pas facile. Mais le jeu de la curiosite et de l’energie a maitriser ne vaut-il pas la chandelle ?

    Pour plus d’infos sur la controverse :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/International_Thermonuclear_Experimental_React or

    Bien a vous



  • Maxime Gouzevitch Maxime Gouzevitch 20 juin 2006 15:43

    Parce que dans notre cher monde scientifique il y a ce qu’on apelle les querelles de claucher. Chacun y va du sien. Un scientifique a de l’experience, mais pas de don divinatiore. Mais il ne faut pas confondre scientifique et devin, pas plus que analyste financier en bourse et kassandre. Pour tout avis il y a une sommite scientifique qui a un avis contraire. La science est tout sauf un processus lineaire.

    http://reacteur.iter.free.fr/de-gennes.htm

    Les objections de Pierre Gilles de Gennes me semble-t-il sont d’ordre purement technique, il emet l’hypothese que l’on n’en sais rien si sa marchera, puisque meme au niveau des installations actuelles plusieurs choses ne sont pas maitrisees et qu’on fait un changement d’echelle considerable. Ces choses sont completement confirmees par les gens qui travaillent sur ITER.

    Certes, il a certainement pas tort, mais d’abord qui ne tente rien n’as rien. On ne sera jamais ce qui se passe a ces echelles si l’on ne tente pas le coup. Il se peut parfaitement que des phenomenes nouveaux y apparaissent dont personne n’as meme imagine l’existence. On a pas attendu la thermodynamique pour faire les machines a vapeur !!! Si ca marche pas tant pis on saura a quoi s’en tenir... Le temps de tout maitriser, on risque d’attendre encore 20 ans.

    Ensuite ces problemes seront largement superieurs pour la mise en oeuvre industrielle de la Z machine, car tel que je comprends le phenomene, on a meme pas encore essaye, alors qu’avec les TAKOMAKS on a quand meme 50 ans d’experience.

    Ceci dit il me semble que la voie de la Z machine est tres prometteuse... De beaux projets sont donc en perspective...

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre France Chômage CPE Étonnant Emploi

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité