• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Mistouille

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 16 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Mistouille 23 novembre 2012 14:42

    Avant de lâcher dans l’arène croyants évolués contre croyants rétrogrades, déjà faudrait-il définir le mot « croyant », que l’on associe comme par fatalité à la religiosité.


    On peut « croire » en des idéaux qui dirigent notre vie sans qu’il faille absolument nommer « Dieu » ce qui constitue notre idéal de perfection. Faut-il absolument pratiquer les rites prescrits par de prétendus « saints » hommes qui ne l’ont pas rencontré plus souvent que vous et moi, leur « Dieu », s’agenouiller comme ceci, se signer comme cela, pour être « Plus près de Toi, mon Dieu » ?

    « On t’a déjà fait savoir, Homme, ce qui est bon, ce que ton Dieu réclame de toi : rien d’autre que pratiquer la justice, aimer avec tendresse et marcher humblement avec ton Dieu ». (Michée, 6, 1-8).

    Ce qui relierait les « croyants » serait donc ceci : Pratiquer la Justice. Je connais bien des athées qui sont plus en règle avec cette loi divine que de supposés « croyants » qui se satisfont du nombre prescrit de prières quotidiennes et de génuflexions dans la bonne direction pour se croire justifiés, par exemple, dans leur haine de leur proche, quand celui-ci s’avère par trop différent d’eux-mêmes. Comme ces hargneux déchaînés capables de tabasser des femmes qui manifestent pour leur droit à vivre selon ce que « le Dieu créateur ? » leur a accordé comme dosage hormonal. Dieu serait-Il susceptible d’erreur ? Il créerait des femmes à demi-hommes et vice-versa pour le plaisir de les voir « pécher » ? Étrange...

    Pratiquer la justice serait déjà fermer sa gueule devant les mystères de la nature et marcher humblement à la suite du présumé fondateur de l’église catholique (étymologiquement assemblée universelle, mdr !), qui lui disait : « Moi non plus, je ne te condamne pas ».

    Je ne suis pas quant à moi assez humble pour ne pas céder à la tentation de donner ma propre définition du croyant « rétrograde » par rapport à « évolué », en commençant par ce dont je suis le moins sûr : 

    Un croyant « évolué » serait sans doute celui qui laisse le plus possible de place à la paix, qui éviterait de juger selon des critères traditionnels hérités d’on ne sait qui et oserait les remettre en question, qui serait capable de mettre en doute ses propres convictions parce qu’il aurait admis que sa science est tout de même fort limitée...

    Un croyant « rétrograde » serait celui qui s’accroche à des dogmes dont il ne sait rien sinon qu’on les lui a vissés dans le crâne quand il était môme (ce qui est valable autant pour les « croyants » que pour les athées, tant il est vrai que certaines pratiques politiques confinent à une religion).

    Rétrograde signifiant « retour en arrière », on n’est plus très loin des bûchers, des anathèmes et des sacrifices sanglants au nom de Dieu et de la Justice ! N’oublions pas que par la voix d’un de ses papes supposés infaillibles, l’église catholique avait admis que les nègres n’avaient pas d’âme, ce qui était fort plaisant pour les trafiquants de « bois d’ébène » et pour les planteurs du nouveau monde.

    D’ici peu, la Terre aura retrouvé sa platitude et le « Royaume du Milieu » sera celui qui aura le plus ensanglanté le monde.

    Amen.



  • Mistouille 19 novembre 2012 19:58

    Arf ! Je comprends à présent pourquoi je me suis toujours méfiée du chocolat : sournoisement addictif, qui vous ronge subrepticement le foie, vous emplit de mauvaise bile pendant qu’il vous fait croire au bonheur... Me doutais bien qu’il y avait là-dessous du complot judéo-atlantido-templier-maçonnique ! 


    Désolé de cette intrusion humoristique dans un sujet aussi sérieux, qui plus est de la part d’un visiteur très épisodique.

    J’ai aimé l’article, dans les arguments duquel je me retrouve souvent. Je n’ai pas trop compris si l’auteur était ou pas un militant UPR, mais peu importe, ce qu’il dit ici me semble parfaitement sensé. 

    Mais est-ce bien raisonnable ? Comment rendre au peuple ce qu’il n’a jamais eu : la démocratie réelle ? La sortie de l’euro et de l’Europe suffiraient-elles ? On peut en rêver... Économiquement parlant, ce serait un début, peut-être, en tout cas un espoir d’autre chose. Mais je rejoins @Jaja, qui n’a peut-être pas été compris de son détracteur : la seule sortie de l’Europe ne changerait pas grand chose au sort des « prolétaires », voici le grand mot brandi, qu’ils soient Français ou Européens. Or, c’est bien de cela qu’il s’agit, si l’on ne veut pas voir l’Europe entière s’enflammer.

    On peut rêver d’une France si économiquement forte qu’elle écrasera du talon de sa botte la Chine et les Etats- Unis, et j’aime bien rêver. 
    Mais soyons réalistes. Oui, la Suède, la Norvège, s’en sortent sans l’euro. Oui, les traités visant à construire l’Europe sur le modèle des Etats-Unis est un miroir aux alouettes.

     Toujours est-il que tant que nous n’aurons pas trouvé le moyen de sortir de ce système suicidaire qu’est le capitalisme, il ne nous restera que le rêve d’un monde meilleur.
    Excusez-moi, mais j’ai une boîte de chocolats qui m’appelle.

    Et puis non, tiens, ce soir, je ne mangerai pas de chocolat et je laisserai se réveiller mes ulcères d’estomac , nés de la frustration de ne pas savoir où et comment agir.



  • Mistouille 26 octobre 2012 20:55

    Bravo Romain, remettons les pendules SNCF à l’heure, qui en ont si souvent besoin aujourd’hui.

    La grève du zèle 5 jours sur 7, de 9 à 18 h sans compter les RTT que tout le monde dénigre mais dont dont tout le monde profite avec jubilation, ça me semble un bon plan. 
    La question est : pourquoi les syndicats qui ont pignon sur rue ne la prônent-ils pas ? 
    Tous les salariés ont les mêmes droits ; si les cheminots titulaires sont encore assez nombreux pour faire pression, par leurs grèves, sur la voracité des actionnaires, bénis soient-ils. Les stagiaires, intérimaires et autres CDD à répétition en bénéficieront peut-être, amen. 
    Il fut un temps « que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître », où les transports en commun, de même que les télé-communications, autoroutes, eau, gaz et électricité, certaines banques, et tant d’autres choses, étaient des SERVICES PUBLICS contrôlés par l’Etat.
    Or, l’Etat, c’est nous. C’est bien nous qui lui permettons, par nos impôts, de subvenir au fonctionnement du service public. Serions-nous donc, nous les contribuables-électeurs, responsables de la gabegie engendrée par les énarques et polytechniciens qui nous gouvernent à ce jour ? Oui, nous le sommes, puisque nous avons élu, donné les pleins pouvoirs, à ceux qui ont vendu au privé le bien commun, ce fameux Trésor Public.

    Or donc, ne rejetons pas sur les salariés de la SNCF, de La Poste ou d’ailleurs la responsabilité qui nous échoit. Nous l’avons voulue, on l’a eue.

    Jamais je ne dénierai à quiconque ce droit de grève que nos aïeux on payé de leur vie, POUR CE CONFORT dont nous jouissons aujourd’hui (congés payés, heures supplémentaires, droit de grève, interdiction du travail des enfants, services sociaux...) 
    N’oublions pas ce que leur vie était, ni ce que notre vie et devenue grâce à eux. 
    A nous de faire en sorte d’honorer leur lutte en poursuivant leurs efforts, pour le mieux-être de notre propre descendance.


  • Mistouille 26 octobre 2012 19:58

    « La sexualité entre personnes de même sexe est strictement récréative »


    Qu’est-ce qui vous en rend si sûr ?


  • Mistouille 26 octobre 2012 19:49

    Quand bien même les pauvres frauderaient-ils, au point où ils en sont, j’attendrais avant de les juger que les exilés fiscaux leur jettent la première pierre...


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité