• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Monica

Tableau de bord

  • Premier article le 11/11/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 186 271
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Monica Monica 10 janvier 2010 11:17

    à Ecomata,

    Je n’ai pas du tout posé la question franchouillarde de qu’est-ce qu’être français...

    Donc, vous parlez en général sur le débat de Sarkozy, je suppose ?



  • Monica Monica 10 janvier 2010 11:10

    Cher Blé,

    Je n’oublie pas les problèmes socioéconomiques - loin de là - mais j’avais choisi un focus : tenter de penser certaines questions sociales dévoyées par Sarkozy dans nos termes, en intégrant la lutte contre le racisme, le sexisme et pour la laïcité.

    Les motivations de Sarkozy étant ce qu’elles sont - je les avais définies en préalable - cela ne nous empêche pas de penser, nous aux problèmes du « Vivre ensemble en France ».

    C’est ce seul objectif que j’ai tenté de remplir, avec les trois termes (antiracisme, antisexisme et laïcité) en même temps.

    Merci de votre lecture positive.



  • Monica Monica 10 janvier 2010 11:02

    Mr Peachy Carnehan

    Si votre mission est de me disqualifier, je vous en prie, accomplissez votre mission.

    Vos façons de procéder sont assurément très constructives pour débattre.

    Mais le débat est-il un objectif de votre mission ?

    Ce commentaire s’autodétruira dans 5 minutes

    Signé : le scénariste de Mission impossible, car à l’impossible nul n’est tenu.
     smiley



  • Monica Monica 10 janvier 2010 10:54

    Chère Colre,

    Je cite le début de mon texte, qui a été lu, relu et commenté sur mon Blog par plusieurs personnes avant d’être proposé à Agoravox.

    "Nous avons été nombreux à refuser de participer à ce « débat » organisé par le gouvernement, vu la dénomination même du Ministère dirigé par Mr Hortefeux, et vu la politique de Sarkozy. Ce « débat » semble en effet avoir, parmi ses objectifs, celui d’exacerber les tensions entre diverses composantes de la nation et, en confrontant immigration et identité nationale, de rallier des électeurs tentés par les thèses du FN.

     
    Mais nous sommes quelques-uns à avoir pensé également que certaines questions soulevées, de façon explicite et implicite, par ce prétendu « débat » devaient être posées ailleurs et dans nos termes. Car nous savons que toute question évincée ou forclose devient encore plus pernicieuse".
     
    "Il est indéniable que Sarkozy détourne et biaise des questions, dans une stratégie qui n’est pas seulement d’enfumage, mais, plus grave, d’engluage. Sarkozy dévoie des termes, des notions, des personnes, des références, des thèmes, conduisant la gauche à s’en défier, voire à les rejeter, à les lapider. De ce fait, la gauche entre doublement dans la glue de Sarkozy, puisqu’elle ne pense plus dans ses termes à elle.« 

    Je ne vois aucune ambiguïté dans ces propos. J’annonce clairement ce que j’ai tenté de faire. Et je ne m’occupe pas dans ce texte de l’ »être« français, défini par Maschino par la carte d’identité, mais du »se sentir français« et du »vivre en France".



  • Monica Monica 10 janvier 2010 10:37

    A PJ A et Colre

    L’islam n’est pas une globalité, mais une infinité de courants religieux. Rappelons également que certains musulmans sont laïcs.

    La religion musulmane a sa place en France comme toutes les autres religions : ni plus, ni moins.

    Le problème est le refus de certains courants musulmans très actifs, encore minoritaires, les salafistes, de s’adapter aux principes démocratiques des pays, parce qu’ils ont une vision politique de la religion, qui est aux antipodes de certaines des valeurs de notre pacte social.

     Les femmes porteuses volontaires de burqa, dans une pays qui refuse l’effacement d’un être humain, son visage surtout, derrière une bâche, peuvent apparaître comme les chevaux de Troie de cette logique salafiste qui est, de fait, radicalement contraire à deux principes de base de notre démocratie : l’égalité homme/femme et le primat de la laïcité sur la religion.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès