• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Olivier MONTULET

Olivier MONTULET

Je refuse tout commentaire de mes textes qui sont hors sujet ou qui cherche à attiser la haine et la discrimination. Mon article ne peut servir de prétexte à des débats qui n’ont aucun lien direct avec le sujet de mon propos.
Attention ne pas vouloir débattre, ici, d’autres sujets que du sujet de mon article ne veux pas dire que je ne maintiens pas mes opinions et que je ne suis pas à même de les argumenter précisément et par des ressources plus fiables que celle de Wikipedia.
Je rappelle aussi que la démocratie ce n’est pas lutter contre des individus mais c’est combattre des idées par des idées,des arguments contre des arguments ( et non par des interdits, tabous ou ukases).
Curieux de découvertes et de savoir. J'aime nourrir ma réflexion et échanger les idées.
J'essaye toujours d'établir un raisonnement déductif froid (sans émotion), cohérent et conséquent. A partir d'une hypothèse (tout raisonnement, même scientifique, débute ainsi) j'essaye de tirer les enseignements qui en découllent. Mon propos peut sembler insensible, méritant plus d'approfondisssements ou prérenptoir. Je fais le choix quand je raisonne de ne pas impliquer les affects, je l'assume. Quant au côté perenptoir ou trop bref, il est inhérent à la nature même du support. Quand je m'étends d'avantage on me dit que je suis trop long. Certains se lassent déjà en cours de lecture de mes articles et d'autre se fatiguent au point de, visiblement, oublier certains contenus du texte dont il me reprochent l'absence.
Citoyen qui critique (conteste) les poncifs, idées reçues et aprioris, et plus généralement toutes les certitudes.
 
« Être considéré et traité de la même manière qu' "un peuple assujetti". Être exclu des décisions politiques, être soumis à des règles imposées de l'extérieur, pour aussi raisonnables et libérales qu'elles puissent être, c'est déjà synonyme d'esclavage politique ou, tout au moins, cela en constitue le début. »
Domenico LOSURDO professeur de philosophie à l'université d'Urbino, en Italie, Contre-histoire du libéralisme, La Découverte Poche / Essais n° 416, octobre 2014.

Tableau de bord

  • Premier article le 11/03/2017
  • Modérateur depuis le 22/03/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 15 156 522
1 mois 1 13 92
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Olivier MONTULET Montulet 1er mars 2017 21:40

    (Première partie)

    Il n’y a absolument pas de risque de flambée démographique.

    Premièrement les modèles actuels de croissance maximalistes montreraient en effet une envolée démographique avec une stabilisation autour de 11 milliards d’humains à l’aube du 22è siècle. Les modèles minimalistes envisagent eux une chute de la population rapide au point qu’elle menacerait la subsistance de l’humanité à l’aube du ... 22è siècle.

    Si on prend un médium (le plus vraisemblance il y aura une stabilisation de la population autour de 5 milliards d’individus et ce à l’horizon de 2050, le nombre d’humains devant rester stable ensuite.

    [...]



  • Olivier MONTULET Montulet 1er mars 2017 21:36

    [...]

    Vous direz les déserts sont inhabitable, oui mais ils sont toujours plus habitables et surtout beaucoup plus accessible (notamment pour l’eau) que les planètes rocheuses du système solaire y compris la lune. Rendre habitable et cultivable le désert serait bien moins onéreux et surtout bien plus aisé que de coloniser ne fusse que la lune.

    On peut-envisager peut-être de petites colonies chargées d’exploiter des ressources minérales. Mais même la capture de géo-croiseurs semble moins périlleuse que d’établir ces colonies. Si de telles colonies ont un jour lieu ce sera des colonies de robots mais pas d’humains.

    Notez aussi qu’une guerre mondiale (ce qui n’est pas improbable) pourrait facilement faire tomber la population à 60% de la population actuelle.

    Alors rêvez ce n’est pas interdit.



  • Olivier MONTULET Montulet 1er mars 2017 21:35

    [...]

    5 milliards d’habitants ramenés à la seule surface des USA fait une densité d’habitants équivalente à 5 fois la population de la France actuelle (508,4 hab/km² pour 102,56 hab/m²). Ramenée à la surface totale émergée du globe la population serait de 33,56 hab/m² et ramenée à la surface totale « habitable » 37,31 hab/km².

    La densité la plus forte dans les pays occidentaux (hors les micros états) est aux Pays-Bas et la Belgique, respectivement 395 et 364 hab/km². La densité la plus élevée au Monde est au Bangladesh 1.083 hab/km².

    Certes vous direz que les surfaces émergée et habitable comprennent les déserts et l’antarctique mais la France comporte aussi des zone inhabitables (désert, montagnes, glaciers…).

    [...]



  • Olivier MONTULET Montulet 16 février 2017 17:53

    Cet article, plein de présupposés infondés et surtout non vérifiés, n’est qu’un article idéologique d’une pauvreté affligeante. Conclusion : on ne peut pas avoir un bon article avec un mauvais auteur.



  • Olivier MONTULET Montulet 4 février 2017 17:01
    « L’horreur n’est pas économique, elle est politique » certes si (et seulement si) l’on considère que les politicien(ne)s et médias sans exception ont réduit la politique à l’économique orthodoxe (c’est à dire le néolibéralisme dont une face est le capitaliste) prônée par leurs gourous les économistes dont la pseudo-science n’a de de scientificité que l’allure du à l’usage simpliste (même s’il semble obscure au large public donc, en déduisent-ils, sérieux) du langage mathématique. Le confort de laisser le choix aux « experts » (ce qui vaut aussi souvent pour les juges) est le renoncement innacceptable et anti-démocratique des politiciens à faire de la politique. Tous les problèmes sociaux (au sens le plus large et sur l’ensemble de la planète) contemporains sont du à se renoncement et sa soumission à une idéologie obscurantiste au surplus abjecte puisqu’elle ne sert que les dominants détenteur du capital ou de parcelles de pouvoir (de ne soumettre tout le monde à la docte sacrée). La publicité et le sport, ce qui explique les flots gigantesques d’argent qui les inonde, sont, dans ce monde de bas instant d’égocentrisme et maximalisation amorale de son profit égoïste, les deux principaux vecteurs de l’idéologie, les médias, tous confondus y compris le cinéma, en étant au surplus les relais serviles. C’est donc bien l’économie prise comme un modèle idéologique naturel indépassable qui est seule responsable de tous les désastres contemporains mondiaux, les politicien lui ayant abandonné absolument le pouvoir politique qui est celui de défendre le bien être, au sens le plus large, de tous les citoyens de par le monde, l’économie n’étant pas cause mais conséquence des échanges, et pas que matériels, de la vie sociale humaine. L’économie n’est qu’un fait social parmi d’autre historique et local. Prétendre le contraire est une hérésie fondement de la pseudo-science économique que toutes les analyses épistémologies sérieuses révoquent. Même les fondements et l’usage des mathématiques en économies ont été jugés comme nuls et non-avenus par les épistémologues et philosophes des sciences sérieux. Multitudes de références sont disponibles. C’est sans doute la seule raison pour laquelle les pseudo-scientifiques nommés économistes méconnaissent la pratique de cette discipline, l’épistémologie, pourtant fondement de la recherche scientifique objective. Nous devons cesser de donné le pouvoir aux économistes et aux financiers. Il est urgent de le leur reprendre, c’est peut-être la seule révolution à entreprendre car seule prémisse nécessaire et indispensable pour faire émerger du corps social les solutions aux problèmes actuels (dont environnementaux, problèmes très secondaires aux vu de l’importance des problèmes sociaux et démocratiques).
     
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès