• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Mordicul

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 75 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Mordicul 22 janvier 2017 10:56

    "Le PRCF et sa commission Luttes apporte un soutien sans réserve à la lutte que mènent les travailleurs précaires pour que le travail soit un lieu d’épanouissement et nom un lieu de mort.« 

    D’accord, j’en parlerai à mon cheval !!

    Le travaille en intérim ou en générale est très épanouissant...ok j’étais pas au courant ?

    Déjà, je pisse à la raie des syndicats qui ne le sont plus que de nom, ne servent à pas grand chose si ce n’est de faire des adeptes puisqu’en vérité ce n’est plus qu’une question de croyance.Ils ne leur reste plus qu’à être canonisé par le vatican comme saint dica priez pour nous.

    Beaucoup de chiffres ...encore et comme d’habitude, ça changera pas ! Cela me rappelle mes années passés au sein de systèmes de sécurité divers en BTP et industrie. On fait des bilans, on palabre pendants des heures et comme au bistro on refait le monde du travaille avec des SI. On se caresse les égos avec douceur, tantôt avec un peu de punch viril mais à part une poignée d’individus moins mathématicien, plus »humain« - pas grand chose sera fait.

    Dans les maisons closes de l’intérim, le problème est très souvent de l’ordre de la soumission, pas celle de la pratique SM ou autres , bien moins morbide d’ailleurs, mais celle de la subordination aux clientélisme que pratique ces établissement. Non seulement il fournissent un travail précaire mais aussi des conditions matériel et psychologique tout aussi précaire. D’après le code du travaille et conventions collectives, celui ci doit fournir les équipements et directives de sécurité individuel à leurs intérimaires, ce qui est rarement fait. Pas beaucoup d’intérimaires osent demander ces équipements qui souvent leur sont refusé , voir jamais proposé par le responsable d’agence qui en fait très souvent l’économie. Cela lui sera rapporté sur sont bilan de gestion comme étant positif sur les frais de fonctionnement de l’établissement.

    La plupart des intérimaires rencontrent des conditions de travaille abominable qu’ils ne peuvent pas dénoncer pour diverses raisons. Beaucoup n’ont aucune compétences dans ce domaine pour le faire correctement et faire remonter les infos à qui de droit. Beaucoup acceptent (parce qu’il sont précarisés) ces conditions sans rien dire de peur de se voir écourté la mission, voir son espérance d’être embauché ou même de pouvoir continuer à travailler pour sa maison close d’intérim qui s’empressera de le remplacer par un autre plus docile (très con) qui à l’habitude (qui tue) de faire des missions chez les laboratoire Pavlov comme cobaye et sponsorisé par la société Beghin Say.
    Les agences intérim ne voient pas d’un bon oeil les intérimaires qui refusent une mission ou les conditions de travaille ne sont pas respectées. Bien souvent elles arrêtent de proposer vos services à leurs clients pour que vous alliez voir ailleurs parce que vous les dérangez. Les syndicats intérim, c’est juste du folklore pour se donner bonne conscience et surtout faire croire que c’est un soucis qu’ils prennent au sérieux. C’est surtout vrai du côté économique car l’agence ou le groupe, pour un taux d’accident avéré peut se voir affublé d’un malus qu’il devra payer auprès de la CRAM sur l’ensemble de sa masse salariale selon le statut déposé auprès des instances publique.
    Ces malus peuvent êtres gargantuesque et provoqué parfois (rarement quand même) le dépôt de bilan de ces entreprises »inconsciente". Comme pour une assurance voiture, ce malus prendra des années sans accidents pour être diminué. C’est sans doute une des raisons pour que certains groupes immenses découpent celui-ci en divers petites entités séparées.
    Ce malus est la charge de la maison close d’intérim si la personne concerné est un de ses esclaves employés. Du coup la société utilisatrice est dégagé de cette responsabilité financière puisque l’intérimaire ne fait pas partie intégrante (administrativement parlant) de ses effectifs. Du coup l’entreprise utilisatrice moribonde peut ne pas se sentir concerné sauf peut être pour amuser la galerie des glousseurs de salon que sont très souvent les institue de sécurité que sont la CRAM, OPBBTP, inspection du travail, syndicats et autres comité d’entreprise à une patte. 
    C’est malheureux mais trop souvent, les accidents de travaille sont autopsié du point de vue financier, et rarement comme le drame humain qu’il représente pour les témoins et la famille des victimes.
    On pourrait aussi dénoncer le coût exorbitant et souvent peu justifié du matériel et équipement (parfois obligatoire) que les entreprises doivent fournir selon le type de chantier qu’elles effectuent.Croyez moi c’est rarement le cas sauf si cette responsabilité est vraiment prise par une personne responsable et compétente qui saura s’émanciper de sa subordination et communiquer correctement avec sa direction pour obtenir les moyens dont elle à besoin pour réduire les accidents. Les arguments forts pour se faire sont très souvent financier avec la direction et services concernés.
    Je vais m’arrêter là car sinon je serrais dans l’obligation d’écrire des tas de pages pour établir un bilan désastreux qui finalement serai une dénonciation de l’hypocrisie générale dite en messe basse des initiés qui bien trop souvent se trouvent entre le marteau et l’enclume du monde du travaille ou le nerf de la guerre sera et restera toujours l’argent.



  • Mordicul 18 janvier 2017 13:22

    @phan

    Pendant une année j’ai eu l’occasion de converser avec quelques canadiens sur cette situation que subissent les peuples originaire de ce pays. La plupart du temps j’ai dut me heurter à l’hypocrisie de certains canadiens qui n’apprécient pas du tout ce sujet qui les oblige à se remettre en question et dont comme ce Mr Bibeau s’extrait d’une part de responsabilité en abordant le sujet avec le mépris sous entendu qu’il a sur les peuples à qui ils ont appris à boire de l’alcool pour les diminué et les montré du doigt pour soulager leur conscience de les avoir corrompu et spolié.
    Soutenir la version officiel canadienne par un discours fallacieux et culpabilisant pour les indiens démontre que l’esprit des colons n’est pas mort en vivant encore à travers ceux qui ne sont pas responsable directement mais dont la complicité n’est plus à faire par le fait qu’ils portent encore en eux les rouages mentaux des colons christiques.
    Dans le panier à crabes des faiseurs de génocides, le canada n’a pas à rougir de la concurrence.




  • Mordicul 18 janvier 2017 12:32

    @Robert Bibeau

    J’adore les contorsions mentale dont vous faite preuve pour faire glisser un discours contraire à vos croyance (parce qu’il ne s’agit que de ça en faite) dans le panier avilissant de vos avis et savoirs nauséabonds. Il est certain que si je vous mordais le cul je ne me souillerais pas la bouche parce que c’est de votre esprit que sortent les excréments que vous nous chier à la figure comme intelligentsia de votre stupidité avéré d’un prof pédant du canada.

    Je vous laisse donc à votre livre de chevet : L’art d’avoir toujours raison de Shopenhauer

    http://www.philo5.com/Mes%20lectures/Schopenhauer%2C%20L’art%20d’avoir%20toujours%20raison.htm



  • Mordicul 18 janvier 2017 11:50

    @mollard lionel

    Avec plaisir , comme celui d’avoir marcher sur tes pas dans cet article que je n’aurai sans doute pas pensé à écrire et c’est très bien que tu l’ai fait. smiley
    Peut être que j’en écrirais un sur la sur-efficience et l’intelligence émotionnel qui est peu connu du grand public si ce n’est les grandes lignes qui ne renseignent pas vraiment sur la réalité de ces aptitudes qui, si elles étaient mieux connu, ouvriraient d’autres portes sur les connaissance des sciences humaine utiles au développement personnel.
    Très souvent l’autodidacte ignore certain moteur qui l’anime et sur-alimente son esprit, ce qui parfois peut causer quelques soucis de compréhension de son entourage, voir de lui même.

    Bonne journée,



  • Mordicul 17 janvier 2017 13:34

    Salut Lionel,

    Je connais bien ce parcours pour en avoir fait mon cheval de bataille une grande partie de ma carrière. Comme tu le sais car tu le laisse sous entendre, ce n’est pas de tout repos d’apprendre de cette façon mais c’est très gratifiant dans beaucoup de domaine.
    Comme toi je suppose, j’ai connu l’époque ou le diplôme n’imposait pas encore sa dictature, ou il suffisait d’un bon entretien avec l’entité responsable d’un établissement pour exposer son savoir faire pour pouvoir travailler et démontrer sa valeur.
    Aussi loin que je puisse remonter, j’ai toujours été autodidacte. La passion doublé d’une curiosité insatiable permet d’arriver à ses fins dans presque tous les cas. Je ne sais pas pour toi ou cela t’a mener et quelles voies se sont présentées à toi ou bien même celles que tu t’es choisi, mais pour moi cela à été un florilège d’expériences et de savoirs très éclectiques. Cela ,que se soit dans le domaine professionnel ou personnel.
    Comme beaucoup j’ai d’abord eu une formation diplômante, pour moi se fut dans le domaine de la métallurgie (BEP CAP mécano soudeur). A l’époque , même fraîchement diplômé il fallait prouver ce que tu valais car chacun évolue différemment ou pas du tout. Aujourd’hui avec les diplômes beaucoup plus présent c’est pareil, peut être même pire parce que des diplômés sans cervelle, c’est comme les feuilles mortes on les ramassent à la pelle. Ce n’est souvent pas de leur faute quand on examine comment on apprend à apprendre aux jeunes d’aujourd’hui, c’est d’ailleurs un vaste débat.
    C’est une formation formidable que d’être autodidacte bien qu’elle a à mon avis un coût en investissement personnel du fait que comme tu le dis et je suis d’accord dans une certaine mesure, il y a une relation passionnel qui elle même est très énergivore et nous entraîne dans une spirale sans fin mais que l’on fini par maîtriser avec le temps et l’expérience.
    La magie de cet état d’esprit d’apprentissage c’est que tout ce qui est entrepris deviens succès que l’on croit être facile parce que l’on oubli à force d’habitude tout l’investissement que nous y avons mis.
    Éternel insatiable il touche presque à tout et d’abord ce qui complète sa formation première comme ce fut le cas pour moi : soudure, métallerie,charpente métallique,chaudronnerie lourde et légère,tuyauterie,forge,mécanique et dérivé, charpentier, maçonnerie (papa maçon), menuiserie, informatique etc.Dans le même temps et rassasié d’un savoir manuel on s’attaquent à son intellect qui parfait l’ensemble pour atteindre des sphères plus hautes et gratifiantes pour nos besoins personnel et toujours insatisfait jusqu’à une phase d’équilibre imposée ou que l’on s’imposent avec l’âge et l’expérience.
    J’ai rencontrer dans divers domaines des autodidactes et je peux dire que souvent, je crois que j’avais à faire à des sur-efficients mentale à différent degrés comme je l’ai découvert pour moi même bien plus tard en étudiant la psychologie comportementale et générale qui est aujourd’hui une de mes occupations parmi d’autres.
    Le monde de l’autodidacte est un monde magique qui n’est pas pour moi sans douleurs et souffrances. Je ne crois pas qu’il s’articule qu’autour d’une aptitude aux savoirs faire par mimétisme exacerbé ou autres mais aussi à une psychologie différente inné parfois et construite aussi dans certain cas je pense, aux rapports que nous avons avec nous même et le monde qui nous entoure et nous fascine au plus haut point.
    Il arrive aussi que l’autodidacte est pourvu d’une intelligence émotionnel au dessus de la moyenne.Aptitude qui lui permet d’évoluer dans la sphère de l’encadrement et d’activité sociale éducatives et diverses.
    Pour conclure je dirais qu’il existe d’innombrables forme d’autodidaxie dont quelques une sont assez poussé selon la personnalité de l’individu.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité