• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Mwana Mikombo

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 199 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Mwana Mikombo 17 mars 2013 17:20

    « …des esclaves rachetés à leurs maîtres locaux… »

    Ceci suggère que l’esclavage était un phénomène local, un phénomène traditionnel interne aux sociétés africaines précoloniales. Cela est totalement faux. L’esclavage a été introduit et imposé en Afrique noire aux sociétés africaines par les européens et les arabes. L’esclavage est un phénomène d’origine strictement européenne (indo-européen, peuples de la mer, juifs et arabes). L’esclavage a été exporté en Afrique par l’Europe et le monde mahométan.

    « … et même des volontaires ayant une grande diversité d’origines. »

    Des « volontaires » préalablement dressés malgré eux à l’idéologie et à la culture coloniales, très certainement. Mais des « volontaires » par eux-mêmes, par leur propre culture, certainement pas.

    « Les sous-officiers proviennent généralement de l’aristocratie locale. »

    Là aussi, il y un abus de langage. En effet, les razzias et les traites esclavagistes européennes et arabes ayant ravagé le Continent noir pendant des siècles ont complètement bouleversé les structures administratives traditionnelles des sociétés africaines. Les « aristocraties locales » n’avaient plus de « local » que l’apparence physique raciale. En fait, ces « aristocraties locales » étaient montées et chapeautées par les administrations coloniales.

    En réalité, voici un petit aperçu des méthodes d’engagement des « Tirailleurs Sénégalais » :

    « « Le recrutement est fondé sur le décret du 7 février 1912 qui institue le recrutement par voie d’appel « des indigènes de race noir du groupe de l’Afrique-Occidentale française », prévoit qu’ils « peuvent en toutes circonstances être désignés pour continuer leur service en dehors du territoire de la colonie » et précise que « la durée du service actif est de quatre ans »

    Si les proconsuls représentant la France en Afrique ont rapidement proposé plusieurs milliers d’hommes volontaires ou recrutés avec des méthodes proches de celles des siècles précédents (à savoir les rapts comme au temps de la traite négrière) des stratégies d’évitement (envoi de malades, d’estropiés, certaines commissions de recrutement ayant jusqu’à 80 % d’inaptes) puis des révoltes contre l’enrôlement ont éclaté loin des grandes villes d’Afrique, dont la première chez les Bambara du Mali, près de Bamako, qui a duré environ 6 mois, du printemps à novembre 1915, annonçant d’autres révoltes plus importantes. Certaines sont très durement réprimées en juin 1916 par la France, qui fait tirer à l’artillerie sur une dizaine de villages « récalcitrants », tuant plusieurs milliers de civils.

    Comme de nombreuses mutineries plus tardives, ces révoltes ont été cachées pour ne pas apporter d’arguments supplémentaires à la propagande allemande, qui dénonçait sans cesse le comportement de la France en Afrique. La propagande allemande de l’époque décrivait les tirailleurs comme étant des « barbares » d’Afrique venus pour combattre sur les fronts européens. » » (1).

    Il n’y a donc là rien de « volontaire » ni de « local » au sens des traditions africaines. Au contraire, cela témoigne bien de la grande résistance du Continent noir aux intrusions esclavagistes arabo-européennes, résistance continentale dont on ne parle jamais. Rappelons toutefois que l’origine des « Tirailleurs Sénégalais », du côté de la France, remonte au moins à celle des « Troupes coloniales Françaises créées en 1622 par le cardinal Richelieu sous le nom de « Compagnies ordinaires de la mer » (2).



  • Mwana Mikombo 16 mars 2013 11:23

    « L’abolition de l’esclavage a été proclamée à l’initiative de l’abbé Henri Grégoire en 1794. »

    Excusez du peu ! L’abbé Henri Grégoire abolitionniste de l’esclavage, mais apologiste de Bartolomé de Las Casas - aumônier des conquistadors, celui-là même qui avait ordonné la mise en esclavage des noirs pour remplacer les indiens - çà laisse pour le moins perplexe !

    En fait, ce n’est pas par humanisme ou par bonté que les esclavagistes ont « proclamé » l’abolition de l’esclavage. C’est plutôt et surtout à cause du mouvement de révolte des esclaves eux-mêmes. Exemple Haïti. C’est pour cette raison que l’esclavage était très vite rétabli dès que la pression du mouvement de révolte était retombée ou que les conditions de son rétablissement étaient redevenues plus favorables.

    Les « Tirailleurs Sénégalais », c’est tout simplement la fraction collaboratrice des Noirs avec leurs chasseurs blancs (esclavagistes, impérialistes, djihadistes, colonialistes, néocolonialistes, capitalistes etc.). On parle beaucoup des « Tirailleurs Sénégalais » du côté du Monde judéo-chrétien et on oublie souvent les « Tirailleurs Sénégalais » du côté du monde mahométan. En réalité, les « Tirailleurs Sénégalais » judéo-chrétiens et les « Tirailleurs Sénégalais » mahométans (allawouakbaristes, inchallaïstes) sont les deux bras armés d’une même diablerie de brigandage qui broie le Continent Noir depuis des siècles voire de millénaires.

     



  • Mwana Mikombo 15 mars 2013 15:14

    @l’auteur


    « Mais les tirailleurs sénégalais, n’étaient pas que ça. »

    Historique intéressante du corps militaire français des TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS. Il faudrait compléter par les « Tirailleurs Sénégalais » du côté anglais, portugais, italiens, allemands... car chacun de ces conquérants a eu aussi ses « Tirailleurs Sénégalais ».

    Toutefois, cette historique des « Tirailleurs Sénégalais » est partiale quoique l’auteur invite à « regarder les choses en face et ...appeler un chat un chat, sans rien occulter. ». En fait, puisqu’il s’agit du Mali, l’auteur ne voit que les « Tirailleurs Sénégalais » français et onusiens. L’auteur « ne regarde pas en face » et « occulte » les « Tirailleurs Sénégalais » occitano-touarégo-arabo-mahométans. L’auteur est partisan des « Tirailleurs Sénégalais » occitano-arabo-mahométans.




  • Mwana Mikombo 5 mars 2013 13:18

    ERRATUM


    Dernier paragraphe, lire

    « avant l’arrivée des « fous de dieu »... ». Vous confondez ALLAH avec dieu ou Dieu. Allah, alias Yahvé, c’est l’antithèse même de Dieu.



  • Mwana Mikombo 5 mars 2013 13:11

    @gérard luçon

    « …les 6 aticles que j’ai mis sur Agoravox et qui parlent du Mali… ». Vos 6 articles sont de la merde !

    « pour le reste vous démontrez une vision extrêmement partiale de la situation du Mali ». La votre de vision est tellement impartiale que vous préférez doigter les résistants patriotes maliens pour couvrir les envahisseurs berbéro-maghrébo-arabo-pétromonarcho-allahwouakhbaristes vos associés.

    « comme si ce pays n’avait pas eu d’histoire avant l’arrivée des « fous de dieu »… ». L’Histoire du Mali, comme celle du sahel ou du Maghreb, n’a rien à voir avec vos élucubrations.

    « avant l’arrivée des « fous de dieu »… ». Vous confondez ALLAH avec dieu ou Dieu. Allah, alias Yahvé, c’est l’antithèse même de Dieu.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès