• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Mwana Mikombo

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 199 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Mwana Mikombo 20 juin 2013 17:21

    Sur la photo publiée avec le texte, on peut distinguer trois genres d’individus. En premier lieu, les arabo-touaregs ou magrébo-touaregs, de race blanche et mulâtre, reconnaissables par leurs grands gandourahs et leurs coiffes enturbannées couvrant les oreilles, les tempes, les joues, le menton, roulées autour du cou et retombant sur les épaules et la poitrine, ne laissant voir que le visage et les mains. En second lieu, sur le côté gauche, deux individus de race blanche habillés en costumes sans doute des militaires français car l’un d’eux porte une veste claire galonnée sur l’épaule. En troisième lieu les gens de race noire habillés de costumes sauf pour la dame au premier plan à gauche avec un foulard africain sur la tête et une cape bleue sur les épaules.

    Ainsi, ce panorama haut en couleurs et en modes cache à peine la turbulence qui secoue le Mali et en général le Sahel africain. D’un côté, on a le peuple malien, une proie exsangue en voie d’achèvement, de l’autre côté on a deux prédateurs rivaux, l’un presqu’autant ancien que l’autre. Autrement dit, d’un côté l’impérialisme judéo-chrétien français et de l’autre côté les seigneurs mahométans arabo berbéro-touaregs du Sahara, héritiers des razzieurs sahéliens de la traite négrière, tête de pont de l’impérialisme mahométan. Ces derniers forment une nébuleuse islamique qui regroupe des mouvements terroristes mahométans aux dénominations variées. On dénombre ainsi : le MNLA (Touareg), ANSAR DINE (Défenseurs de la religion), MUJAO (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest), GSPC (Groupe Salafiste pour laPrédication et le Combat), AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) , HCA (Haut Conseil de l’Azawad, HCUA (Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad), MAA (Mouvement Arabe de l’Azawad), MIA (Mouvement Islamique de l’Azawad), FIAA (Front islamique arabe de l’Azawad), CTSP (Comité de transition pour le salut du peuple), etc.

    La tenue des discussions et l’accord de Ouagadougou au Burkina Faso ne sont qu’une mise en scène imposée à l’impérialisme mahométan arabo-touareg conquérant par l’impérialisme français maitre des lieux. Il va sans dire que l’impérialisme mahométan arabo-berbéro-touareg militairement faible et vaincu, pour ne pas définitivement perdre, ne peut que saisir la chance de négocier que lui tend l’impérialisme français tout puissant. Pour l’impérialisme arabo-maghrebo-berbéro-touareg, Ouagadougou est une aubaine pour survivre et se requinquer afin de pouvoir repartir à la conquête du Mali le moment venu, voire du Sahel en général. Cela a toujours été sa tactique. Pour le peuple malien, Ouagadougou est un marché de dupes.




  • Mwana Mikombo 13 juin 2013 01:24

    Si le problème n’est pas d’avoir été colonisé comme l’auteur Archibald déclare vouloir dire aux Noirs, cependant le problème est bien de demeurer toujours colonisé voire esclavagisé et de l’ignorer ou de feindre de l’ignorer comme Gaston Kelmann. Le pire esclave c’est l’esclave qui ignore qu’il est esclave et vit dans l’illusion qu’il est libre. Rien qu’à constater qu’un Noir porte fièrement un nom comme « Gaston Kelman » en se faisant passer pour écrivain français né à Douala-Cameroun de père et de mère NOIRS des plus naturels, on comprend tout de suite que celui-là est un être sans identité propre, un esclave, un bien meuble appartenant à l’homme blanc dont il arbore le nom avec une si grande fierté.




  • Mwana Mikombo 11 juin 2013 16:49
    @l’auteur______ D’accord avec le constat que vous dressez concernant la politique impérialiste de la France sur le Continent Noir. Toutefois un bémol à propos d’Amnesty international, Human Rights Watch et autres organismes du monde blanc soi-disant de défense des droits de l’homme. Vous semblez accorder une confiance sans réserve aux bilans macabres apparemment neutres et apolitiques de ces officines coloniales dont la mission consiste à accompagner les conquêtes et les campagnes de pacification dans les empires coloniaux par des litanies humanitaires. Cela vous amène à entretenir la confusion sur la réalité de la situation du Mali. Ainsi, tout comme ces missions humanitaires occidentales, vous semblez mettre dans le même sac d’un côté les victimes maliennes et de l’autre côté le sort mérité des arabo-touaregs, ces pirates négriers du sahel, dépeceurs du Mali et de la région. C’est le côté désagréable de votre article qui ne manque pourtant pas de pertinence pour tout le reste.



  • Mwana Mikombo 1er juin 2013 13:55

    Bel exemple de disputes des élites néocoloniales pour le partage des prébendes octroyées par leurs négriers. Boni Yayi Thomas, Talon Patrice, Houssou Angelo et Cie, toute cette élite intellectuelle politique, économique et culturelle néocoloniale africaine, c’est de l’ivraie cultivée et entretenue en Afrique par les négriers occidentaux, par les Blancs pour parler clairement.

     



  • Mwana Mikombo 1er juin 2013 11:34

    @Monsieur Mustapha __Vous êtes à féliciter pour votre article plein de vérités. Toutefois deux petites remarques :

    1- L’Union Africaine n’a pas 50 ans, mais 11 ans car « L’Union africaine (UA) est une organisation d’États africains créée en 2002, à Durban en Afrique du Sud en application de la déclaration de Syrte du 9 septembre 1999. Elle a remplacé l’Organisation de l’unité africaine[] (OUA) ». Si donc ces gens-là fêtent les 50 ans de l’UA ou même de l’OUA, c’est une preuve supplémentaire que ce sont des guignols.

    2- L’UA et son parent l’OUA ne sont rien d’autres que des états généraux coloniaux du Monde Blanc sur le Continent Noir.


Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès