• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Neymare

Neymare

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 950 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Neymare Neymare 22 septembre 2016 16:32

    @Jean Keim

    « , il est un contenu comme un autre, dans ce même contenu il est possible de faire une place au Je et de souscrire à une définition de sa nature »

    J’adhère à ce que vous dites plus haut sauf que le Je n’est pas dans le contenu c’est le contenant, par conséquent on ne peut définir sa nature, puisque ce qui est définissable est dans le contenu.

    Pour faire une analogie, le Je est l’écran (la conscience) sur lequel passe le spectacle. Le spectacle est ce monde (un monde mathématiquement possible mais qui n’existe pas en dur) vu à travers les yeux d’un moi tout aussi illusoire que ce monde : c’est la pensée qui estime qu’une suite de pensée est un individu.

    L’individu ne se rend pas compte que ce qu’il est réellement c’est le Je, il estime donc que cette suite de pensée est lui meme (le « Je » ne pense pas il est juste spectateur, il n’est pas illusionné car il est totalement immuable et omniscient). Tout comme quand on regarde un film on peut parfois se prendre pour le personnage principal, ou ressentir par compassion ce qu’il ressent.

    Quand on meurt physiquement, le spectacle de ce monde se termine, le film de la vie de moi s’arrete.

    Nous allons dans un autre monde illusoire lui aussi (mais plus sympa qu’ici), ou nous subbissons une 2ieme mort, cette fois c’est l’illusion du moi qui meurt, ne reste alors que le « Je », plus une sorte de mémoire du parcours effectué qui teinte légèrement ce « Je », cette entité repart donc pour une nouvelle expérience (une nouvelle vie) qui est une suite par bien des aspects de la vie précédente.

    Quelque soit le contenu de la conscience ça reste toujours illusoire (comme nous lorsqu’on reve), la seule réalité qui existe véritablement est la conscience, le « Je suis » sans objet de conscience (c’est alors l’extase divine ou le nirvana)



  • Neymare Neymare 21 septembre 2016 16:10

    @Daniel Roux
    Tout à fait d’accord avec vous. L’homme a tellement de progres a faire sur lui meme avant de chercher à changer son patrimoine génétique ! 

    « C’est toujours amusant de voir l’angoisse de la mort gâchée la vie des personnages les plus puissants et les plus riches. »

    c’est sans doute plus angoissant de devoir mourir quand on est riche



  • Neymare Neymare 20 septembre 2016 13:59

    @Phalanx
    L’homme sur terre n’a pas toujours d’ego, puisque la libération des bouddhistes, des indouistes, ou la « christification » (désolé pour le néologisme) des chrétiens correspond justement à une suppression de l’ego.

    Et la clé pour parvenir à cette libération est justement l’Amour avec un grand A dont je parlais ci dessus.

    Je ne vois pas trop le rapport avec l’existentialisme : l’homme libre des valeurs qu’il adopte n’existe pas : celui qui a un ego est influencé par celui ci et le reste de la société (il est totalement manipulé meme s’il pense etre au sommet de la pyramide), sa marge de liberté est quasi nulle, l’homme qui n’a pas d’ego n’a pas de valeurs, ou plutôt n’a plus d’échelle de valeur, car il connait la réalité du monde.

    Alors effectivement il est impossible que l’homme du futur n’ait pas d’ego, car dans ce cas ce monde ne pourrait pas exister puisqu’il est basé sur l’illusion de lui meme, mais il est très vraisemblable qu’il sera atténué sinon, on n’évoluera jamais et on finira là



  • Neymare Neymare 19 septembre 2016 15:48

    « Elle n’est plus prise au sérieux depuis quelques siècles » (en parlant de l’allégorie de la caverne de Platon)

    Je ne vois pas pourquoi. Platon se situe sur un tout autre sujet que la connaissance scientifique dans cette allégorie, plutôt sur la Connaissance ou gnose. La science ne peut accéder à cette gnose puisque celle ci relève du domaine de l’esprit.

    La vision que l’homme a du monde (la vision commune ou paradygme des scientifiques) est le théatre d’ombre de la caverne. L’homme qui se retourne (qui va chercher les réponses dans son esprit) accède à une toute autre vérité sur ce monde. Ce n’est pas qu’il voit avec les yeux un monde différent, c’est que son interprétation du monde et de ses phénomènes est radicalement différente, ce que les bouddhistes appellent la « claire vision »



  • Neymare Neymare 19 septembre 2016 15:37

    @Phalanx
    « L’amour ? Pour un philosophe grec, un bouddhiste ou un empereur romain, cela ne vaut pas mieux que la haine. »

    Pas tout à fait :

    c’est valable pour l’amour humain classique : par exemple j’aime une femme à la folie, mais si elle me trompe je la butte. Ca c’est l’amour humain : une façon de s’aimer soi meme à travers quelqu’un ou quelque chose d’autre. C’est en effet l’amour passion mais qui vaut quand meme mieux que de la haine, ne serait ce que pour celui qui l’éprouve

    L’Amour des bouddhistes ou l’Amour divin des autres religions est différent : j’aime mais sans rien attendre en retour, et surtout sans attachement. C’est très différent.

    L’homme est manipulable par le biais de ce à quoi il s’identifie : une religion, un pays, une tribu, un partie politique, une race, une équipe de foot etc... l’homme met tout ça dans son ego, et si vous attaquez ça vous attaquez son ego donc il part la guerre

    Le mieux, et ce sera l’homme du futur, c’est de ne s’identifier à rien de ce qu’on trouve dans ce monde : ainsi l’homme n’est plus manipulable, il ne fait plus la guerre, ne se bat plus pour des conneries. Il faut évidemment un travail sur soi meme pour arriver à une désidentification totale d’avec ce monde et cette société

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité