• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

nicolaskuhn

nicolaskuhn

Journaliste, scientifique et musicien.

Tableau de bord

  • Premier article le 29/06/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 12 43
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 20 juillet 2007 13:55

    Vous n’avez pas remarqué le succès du tramway ? à chaque fois que je passe du côté de la cité universitaire, je vois la fréquentation du tramway augmenter...

    Vous avez vu que, sur plusieurs lignes de bus dans Paris, la fréquence de passage a été augmentée (j’ai notamment testé avec bonheur le 96) ?...

    C’est bien simple, plus une ville est grande et peuplée, plus l’automobile représente un moyen de transport individuel encombrant, polluant (même les motos polluent moins), dangereux pour les piétons, et lent... Dans une ville comme Paris, l’idéal pour se rendre sur son lieu de travail reste le réseau de transports en commun, enrichi aujourd’hui des vélos en accès libre.

    En gros, les seuls trajets pour lesquels la voiture est justifiée concernent les déplacements de marchandises ou les transports d’objets encombrants ou lourds.

    Ah si, j’oubliais... La voiture est très utile pour ceux qui ne veulent pas se mélanger à la population des transports en commun... Pour ceux-là, la voiture en ville, c’est susrtout « parce qu’ils le valent bien »... C’est normal, hein, au-delà d’un certain niveau social, on n’a pas à circuler avec la plèbe...



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 20 juillet 2007 13:26

    Personnellement, je ne suis pas du tout mécontent ni de l’aspect visuel des Vélibs, ni des bornes de stationnement. Quant au service, voilà ce qu’il fallait mettre en place depuis longtemps. J’ai encore pu éviter de prendre un taxi hier soir après avoir manqué le dernier métro.



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 16 juillet 2007 18:26

    1- Le vélo ne consomme aucune énergie polluante, ne rejette aucun gaz toxique, et ne contribue pas à l’augmentation de l’effet de serre.

    2- En ville, le vélo est en moyenne aussi rapide que la voiture.

    3- Le vélo occupe une surface moins importante que la voiture sur la chaussée et est plus maniable que les deux roues motorisés, ce qui limite son implication dans les embouteillages.

    4- Le vélo n’émet pas de nuisances sonores.

    5- Les accidents de vélo sont en moyenne moins graves que les accidents de voiture ou de deux roues motorisés (surtout pour les piétons).

    6- Une promenade en vélo est plus agréable qu’une promenade en voiture ou en transports en commun pour découvrir Paris, et fait moins mal aux pieds que la marche.

    7- L’utilisation régulière du vélo pour ses déplacements permet de lutter contre le risque cardio-vasculaire.

    8- La possibilité d’alterner entre les transports en commun et le vélo en libre accès permet de limiter la nécessité des « changements » dans les couloirs du métro et peut ainsi « désenclaver » certaines zones mal désservies par le métro aujourd’hui (par exemple dans le nord-est de la capitale).

    9- La mise à disposition de vélos en libre service rend la capitale plus attrayante pour les activités touristiques

    10- Le principe du vélo en libre service permet de limiter l’encombrement des logements ou des parties communes des immeubles parisiens avec des vélos privés. Le fait de ne pas avoir à le porter jusque chez soi rend possible son utilisation par les personnes âgées.



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 11 juillet 2007 16:53

    Il ne s’agit effectivement pas d’une connexion directe entre le cerveau et le membre articulé. Voici ce que j’écris dans l’article à ce propos :

    « Dans le cas des prothèses développées par APL, la commande du bras robotisée ne passe pas par une connexion directe au cerveau. Ce sont les nerfs sectionnés du bras, qui sont réutilisés, et, par une technique appelée TMR (Targeted Muscle Reinnervation - ou réinnervation musculaire ciblée), connectés sur certains muscles du patient (en l’occurrence, des muscles de la région pectorale). Le patient apprend petit à petit à exciter correctement les nerfs détournés de leur fonction première pour commander les mouvements qu’il souhaite effectuer. Le bras robotisé détecte alors les commandes envoyées par les nerfs réinnervés grâce à des capteurs de l’activité musculaire positionnés précisément sur les muscles cibles de la région pectorale. »

    Ce type d’interface non invasive (le patient peut « débrancher » sa prothèse quand il le souhaite) permettra pourtant à terme un contrôle fin des articulations du bras et des doigts, y compris avec un retour sensoriel. Il est en effet possible de réinnerver par cette technique plusieurs dizaines de fibres musculaires, et d’exciter en retour des zones de la peau dédiées au contrôle de la prothèse.

    A plus long terme, je ne pense pas que les implants cérébraux seront nécessaires pour améliorer encore les prothèses robotisées, mais plutôt une meilleure connaissance des fibres nerveuses et de la technique de réinnervation. Après tout, cette « connectique » naturelle du nerf au cerveau est bien plus efficace pour le contrôle de la motricité qu’une connexion au cerveau par des implants (ce qui nécessite une cartographie de la région motrice du cortex d’une précision que nous n’avons pas). Je précise que j’ai également enquêté sur des travaux sur les implants cérébraux chez le chimpanzé (travaux de Miguel Nicolelis notamment).

    Je rappellerais également les succès de l’implant cochléaire, qui est une prothèse auditive connectée directement au nerf auditif. Les informations sonores captées par un microphone sont transformées en excitations nerveuses du nerf auditif. Ces excitations sont ensuite traitées au niveau du cerveau comme si elles provenaient de la cochlée (le capteur naturel qui transforme les sons en excitations nerveuses dans le corps humain).

    Pour conclure, je pense que, pour toutes les fonctions musculaires ou sensorielles, le plus judicieux, et le plus efficace restera la connexion aux nerfs, qui sont après tout les meilleures voies pour accéder aux zones du cerveau qui pilotent aux fonctions à remplacer.

    En revanche, l’interface cerveau-machine, qui peut être invasive (électrodes implantées dans le cerveau) ou non invasive (capteurs de l’activité cérébrale, à la surface du crâne), est surtout prometteuse pour inaugurer un nouveau mode de contrôle des machines, et notamment des machines dites « intelligentes » comme les ordinateurs. Il ne s’agira donc plus de remplacer des fonctions existantes du corps humain (un membre ou un sens perdu), mais de gérer des fonctions nouvelles, des extensions artificielles du corps.

    Ces interfaces qui n’existaient jusqu’à aujourd’hui que sous des formes indirectes (le clavier, le joystick,la souris, l’écran tactile, le volant, le « eyetracker » qui suit le mouvement des yeux) connaît aujourd’hui ces premières formes directes, comme l’interface d’Hitachi (mais d’autres ont déjà été présentées depuis plusieurs années).

    Ce type d’interface, conjugué aux interfaces que nous connaissons déjà (l’écran notamment) permettra par exemple de naviguer plus rapidement sur internet ou d’accéder à des données sur un disque dur à la vitesse de la pensée. C’est en cela que j’évoquais la capacité future d’une extension de certaines capacités cérébrales. Et cela ne nécessite pas une compréhension exhaustive du fonctionnement du cerveau. L’essentiel des connaissances techniques pour le faire est presque déjà à notre disposition...



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 6 juillet 2007 17:39

    Et si certains commençaient à ne plus acheter de voiture en pensant à la planète et à nos petits-enfants ?...

    Eh ! C’est peut-être ça le truc...

    On va peut-être bientôt entrer en décroissance...

    Pour le bien de tous !...







Palmarès