• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

nortydal

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 80 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • nortydal 1er septembre 2009 16:40

    Intéressant ces nombreuses attaques contre le secteur bancaire suisse. Quels conséquences si les banques suisse perdent plus de 20% de leur dépot ? Pas étonnant que les listing soient toujours de taille réduite... Passant de plus de 50000 à moins de 5000 pour ubs, derrière cette histoire c’est la stabilité bancaire mondiale qui se joue. 3 petits milliards d’euros, ça fait parler mais bon on va pas plus loin.



  • nortydal 30 août 2009 17:23

    La finance s’est compliqué, très compliqué. « Modèles mathématiques », comptabilité, mondiale, numérisé, politique, un commerce comme un autre. L’essentiel est d’attiré le plus de client pour faire tourner la machine, retraite par capitalisation, assurance vie, placement financier sans risque à taux garanti, placement financier risqué à haut rendement etc... etc...
    L’innovation financière est certe technique, mais peut être que la plus grosse innovation s’est déroulé au niveau du markéting. Ou comment vendre des produits de merde, le plus cher possible au plus grand nombre...
    Pour chaque consommateur attiré sur le marché, par les innombrables moyens, combien de commission pour les intermédiaires ? combien de frais avant de toucher votre « futur gain » ? combien d’argent dépensé en publicité pour venter les taux garanties de l’assurance vie ? Combien de merdias achetés pour donner confiance aux futurs clients ? Combien d’appel de votre banquier pour vous proposer un placement, bon client que vous êtes ? Combien d’emprunt de merde titrisé ?

    Quand j’etais dans un pays en afrique je me rappel d’une grosse campagne publicitaire pour une banque... elle proposait ces actions à moins d’un dollars. « Une bonne affaire d’après mon voisin qui gagnait moins de 40 dollars par mois ».

    ici, avec le livret A qui ne rapporte rien du tout, il ne va pas se passer beaucoup de temps avant que les commerciaux ne trouvent des trésors d’imagination pour vous démontrer par A + B que la bourse ( ou un autre mot technique pour dire la même ) est un placement qui rapporte sur le long terme, le meilleur placement sur le long terme.

    Ce qui est bien avec la finance c’est que la cascade de responsabilité pour une catastrophe est sans fin... du petit commercial au fin fond des ussa qui falsifie les revenus d’un client pour lui filer un crédit de merde, au banquier français avide de bonus qui achète ce crédit, en passant par le petit épargnant qui a pris un placement dans une banque qui elle même le réinvestit sur le marché.
    Tout le monde gueule enculé de banquier, enculé de trader, enculé de politique, enculé de patron, enculé d’actionnaire, enculé de chinois, enculé d’américain.

    "A ce niveau, quel est véritablement l’apport de l’innovation financière au bénéfice de l’économie réelle ? Car alors qu’elle ne bénéficie que marginalement à la société durant les périodes fastes, sa capacité de nuisance est indéniablement catastrophique dès lors que le train déraille"

    Un produit financier est un produit comme un autre, il y a toutes les gammes de prix, et toutes les gammes de clients... si c’est devenu une industrie c’est bien qu’il y a une forte demande, un grand reseau de distribution. Si demain vous trouvez un moyen plus efficace pour attirer l’épargne du kidam dans l’économie réel, la finance reculera...



  • nortydal 28 août 2009 14:29

    « Plus d’état  ; oui, plus que jamais : seule façon d’échapper à la rapacité des vautours du privé. »

    Quel plaidoyé pour l’etat européen ! à croire que certain n’en n’ont jamais assez... fatiguant.



  • nortydal 27 août 2009 20:33

    "Si elle implique tout naturellement une baisse de l’endettement des ménages - en soi une bonne nouvelle pour les familles Américaines -« 

    on parle toujours des ménages de façon générale, ce n’est pas une masse uniforme. Une petite partie des ménages peuvent faire monter vertigineusement le taux d’épargne et pourtant cela est analysé comme un changement de comportement global.

     »à condition bien-sûr que les dépenses et projets lancés par l’Etat soit correctement ciblés."
    Si on prend l’exemple de la prime à la casse, on sponsorise un secteur d’activité au détriment des autres. L’argent des consommateurs dépensés dans ces voitures ne le sera pas pour autre chose...
    Au lieu de laisser le marché se réajuster maintenant on repouse l’échéance, quand la prime à la casse sera terminé le marché auto s’effondrera comme ça aurait déjà du être le cas il y a plusieurs mois.

    tout à fait d’accord avec NPPhalaphanh pour ce qui est de la création monétaire... Quoi qu’il en soit ce n’est pas à l’ordre du jour ici en Europe.
    On verra ce qu’il se passe de l’autre côté de l’atlantique, il y a de plus en plus d’action envers la fed pour qu’elle ouvre ses comptes au public. Il y a une action en justice de bloomberg ainsi qu’une loi en préparation poussé par plus de 200 sénateurs. Si par miracle la fed est obligé de répondre à ses actions, de grand changement son à attendre.Wait and see.



  • nortydal 25 août 2009 17:40

    Donc si je comprend bien, la dette est la seule solution... et bizarrement c’est une solution qui ne marche pas. Les reserves fédérales, les banques, les politiques font les mauvais choix et ce depuis des années. Je ne pense pas que tout ces gens qui loin d’être cons s’acharnent à prendre les mauvaises décisions depuis tant d’années. La reserve federale a tout interet à perpétuer ce scénario, les banques privées qui sont les vrais propriétaires de cette super banque ne se cachent plus pour afficher au grand jour leur pouvoir et leur super profit. Pour gagner il faut être avec le gouvernement et la reserve fédérale... on ne l’est pas on est découpé en morceau et vendu comme le christ pour 10 sous.
    La conséquence pour les populations de cette politique est toujours plus desastreuse, l’accès à la propriété devient toujours plus difficile et risqué, le developpement d’outil d’un production devient illusoire et surtaxé.
    Seule reste une dépendance toujours plus importante par rapport à l’etat qui s’immise dans la vie des citoyens dans tous les domaines, tout en réduisant de fait leur liberté.
    Les etats qui se présentent comme les ultimes sauveurs du système, ne travail en fait qu’a la perpétuation de cette situation injuste... Si demain les peuples reprenaient leur souveraineté, si demain la reserve fédérale perdait le droit d’imprimer de l’argent sans aucun contrôle, une grosse partie du problème serait résolut. La dette en tout cas serait annulé car il n’y aurait aucun interet à verser...
    Si je doit faire des prévisions sur l’avenir, je parie que ça n’arrivera pas de mon vivant... comme vous me l’avez signalé sur un précédent article, la seule solution au programme est toujours l’expansion de la dette.

    Le résultat de cette situation pour les usa est donné par un seule chiffre, 10% des américains les plus riches representent 40% de la consommation du pays, ces 10% voient déjà leur ressources augmenter avec les montés des bourses, ils ne perdent quasi rien sur l’immobilier car ils ont les meilleurs biens et les meilleurs crédits, sans oublier que leur capitaux sont diversifiés dans toute la planete au travers des multinationales. Quand demain la prochaine bulle eclatera ils viendront nous expliquer que l’apocalypse est proche et qu’il est urgent de donner plus de pouvoir à la reserve fédérale pour sauver le monde...

    Si il y a un objectif lointain derrière tout ça, c’est de se rapprocher du modèle économique qui sert le mieux les 10% de l’élite... Le système chinois. Pas de retraite, pas de sécurité sociale, peu de droit du travail, une redistribution minimum, une liberté contrôlé, une presse muselé, un marché économique corrompu reservé aux initiés.

    En France on sent bien qu’il y a des forces qui vont vers cette objectif, et comme par hasard la dette (et surtout les intérêts qu’entraine cette dette) qui est le problème principale de cette descente nous est proposé comme seule et unique solution. Toujours plus de dette pour nous sortir de cette crise, toujours plus de dette pour relancer la croissance.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité