• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nuccia

Nuccia

            LE PROFESSEUR 
 Mais c'est vous qui n'y êtes pas mon pauvre ami !
            L'ELEVE HAMLET 
    C'est exact , monsieur le professeur 
Je suis " où " je ne suis pas 
Et , dans le fond , à la réflexion , 
Etre "où" ne pas être 
 C'est peut être aussi la question 
 ( Paroles , Prévert )

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 82 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Nuccia Nuccia 4 mai 2013 17:18

            Oui , quelques degrés de plus et tout change : les océans vont monter et , dans l’exigence d’y faire face , métaphoriquement ou non les foules en houles se muer ?!
    Un petit rappel historique , au passage :
    Produire et croître sont les deux mamelles de la sacralité social-libérale !


  • Nuccia Nuccia 26 avril 2013 20:39

      Grand Bal du Printemps Mélodie de l’Hiver ..

    disait Prévert
    Aujourd’hui comme avant 
    la fête des viveurs n’est pas celle des vivants 
    ...................................................................... ...........
    Quel billet doux !
    Ces jeunes 
    font ils le tour de leur prison ?


  • Nuccia Nuccia 30 mars 2013 10:46

     

           Je ne résiste pas à l’envie de citer un de ses détournements , lisible et fécond :

    « le spectacle est une guerre de l’opium permanente pour faire accepter l’identification des biens aux marchandises ; et de la satisfaction à la survie augmentant selon ses propres lois . 
     Mais si la survie consommable est quelque chose qui doit augmenter toujours , c’est parce qu’elle ne cesse de CONTENIR LA PRIVATION .
     S’il n’y a aucun au-delà de la survie augmentée , aucun point où elle pourrait cesser sa croissance , c’est parce qu’elle n’est pas elle-même au delà de la privation , mais qu’elle est la privation devenue plus riche » 


  • Nuccia Nuccia 27 mars 2013 15:17

           Outre l’incarnation majestueuse et véridique des deux personnages par les acteurs principaux on sort de ce film marqué par la véracité du propos . Rien de daté dans le scénario et les dialogues mais une simplicité qui touche au symbolique en permanence . 

    Le lien avec l’actualité est rapidement noué : Sarkuzac / Santenocito rejoignent les grandes figures de petits traîtres qui peuplent de tous temps le théâtre ; quant au juge Bonifazi , sa quête immodéré et hardie rappelle dans son débat intérieur final ( que nous ne révélerons pas ) les pièges et ambivalences de la vertu ...
           Comme toute grande comédie elle interroge le réel sur son statut , agite ce monde tissé de codes pour initiés , de règles sans cesse déjouées , de promesses trahies , d’arbitres suspects ...et évoque le programme consistant à « s’émanciper des bases matérielles de la vérité inversée ... » ( Debord )


  • Nuccia Nuccia 21 mars 2013 12:19

         Travailler moins pour travailler tous ( cf la proposition Rocard /Larroutouru ) me paraît une bonne piste . 

    Il faut en effet mesurer le coût humain que représente le chômage de longue durée : dépressions , maladies négligées et aggravées , suicides , addictions ; sans parler des répercussions sur les enfants , la famille : la liste est lourde ! 
    Ce coût humain a aussi un prix , une pesanteur économique que le RSA alourdit encore ( bien qu’il puisse figurer , en le modifiant , parmi les mesures de sauvegarde des individus ) .
    Il faut oser penser la réduction radicale de la durée du travail ET la réduction radicale - conséquente- du coût de la misère sociale . 
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité