• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

olivier cabanel

olivier cabanel

militant anti-nucléaire de toujours, je suis aussi à l'origine (avec 2 autres militants), de la première centrale photovoltaïque reliée au réseau, mais aussi un artiste, chanteur, compositeur, peintre, et journaliste citoyen.
découvrez mes chansons sur mon site : http://olivier-cabanel.fr
je vous propose un lien pour écouter 4 chansons :
http://www.info-groupe.com/oliviercabanel/
ou celui ci pour découvrir ma bio et d'autres chansons :
http://chansonrebelle.com/les-chanteurs/cabanel-olivier.html
je prépare un nouvel album dont toutes les chansons seront en 432.

Tableau de bord

  • Premier article le 27/12/2006
  • Modérateur depuis le 17/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1178 43888 133380
1 mois 6 105 434
5 jours 1 19 82
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1411 1261 150
1 mois 6 6 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 2008 16:27

    Krolik,

    pas seulement çà,*

    il s’agit bien d’une interdiction de consommer l’eau des nappes du tricastin,
    et non pas d’un conseil de ne pas en boire.
    la nuance est importante.

    ceci dit, on peut aller plus loin,
    j’ai travaillé sur le dossier des dioxines, et j’ai découvert que les normes étaient très variables d’un pays à l’autre.
    par exemple aux USA et au Canada, qui connaissent bien le problème, les normes sont cent fois plus contraignantes qu’en France.

    est-ce a dire que les Français sont plus résistants ?
    bien sur que non,

    il y a des gouvernements qui sont plus responsables que d’autres.

    je vous rappele que l’amiante a été autorisée en France alors que beaucoup d’autres pays en avaient arrété l’utilisation,
    et qu’aujourd’hui la laine de verre est considérée "sans danger" dans notre pays, alors que les experts mettent en garde son utilisation.

    donc pour revenir à la norme (dépassée) il est probable que des normes inférieures à celles tolérées par l’OMS soient bien trop optimistes.
    la réaction des etres humains aux radiations nucléaires sont très différentes suivant les individus.
    certains vont déclencher un cancer pour des doses moindres, et d’autres accepterons des doses supérieures.

    mais qui veut jouer à cette loterie ?

    ni vous, ni moi j’imagine.



  • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 2008 14:26

    Krolik,
    vous etes tétu, et vous ne voulez pas lire ce qui est écrit,
    il y a une interdiction de boire, utiliser, se baigner,
    interdiction décidée par les autorités,
    pourquoi vous enteter à dire le contraire,
    c’est absurde,
    j’ai prelevé au passage plusieurs communiqués de presse,
    et je vous les livre, afin de lever tout doute.
    et je vous suis reconnaissant de ne plus tenter d’émettre des doutes sur ce qui s’est réellement passé.
    Il en va de votre crédibilité.


    "
    La consommation d’eau issue des réseaux d’eau courante reste autorisée. La pêche, la consommation de poisson et les activités nautiques et de baignade sont interdites dans les cours d’eau de la Gaffière, la Mayre Girardes et du Lauzon (bien : Lauzon) ainsi que les étangs du Trop-Long, du Baltraces et des Girardes. L’irrigation issue des trois cours d’eau est interdite.
    Libération - mercredi 9 juillet 2008
    Aux termes de l’arrêté du 16 août 2005, la SOCATRI ne doit pas rejeter sur un an, dans le canal de Donzère-Mondragon, plus de 71,7 MBq en isotopes de l’uranium.
     
    La fuite qui s’est produite a donc conduit à un rejet dans l’environnement plus de 100 fois supérieur à la limite annuelle (128 fois sur la base d’une hypothèse qui n’est absolument pas maximaliste).

    Les rejets, occasionnés par l’accident, seraient 6000 fois supérieurs aux quantités autorisées. "Ce n’est pas un incident banal.
    La consommation d’eau potable issue des captages privés est interdite, tout comme l’irrigation agricole, les activités nautiques et la baignade sur les plans d’eaux du secteur. La pêche est également suspendue
    Selon Thierry Charles, de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), une partie de la solution a été récupérée par l’industriel, la société Socatri qui intervient sur le site du Tricastin pour la maintenance de matériels contaminés par de l’uranium et le traitement d’effluents uranifères. Une autre partie s’est largement diluée dans les cours d’eau et la troisième n’a pas atteint la nappe phréatique. « A l’instant T, il n’y pas de problème car les gens ne peuvent plus pomper les eaux de cette nappe. » L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a affirmé de son côté que la concentration en uranium mesurée dans une des rivières polluées, la Gaffière, « a été de l’ordre de mille fois [ce qui est] habituellement relevé
    La préfecture a tout de même décidé d’interdire pêche, irrigation, baignade, activités nautiques et consommation d’eau aux alentours"

    espérant vous avoir donné des informations précises et vérifiables.


  • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 2008 08:29

    Krolik,

    votre affaire de rhumatisme soignée de bien curieuse manière dans d’anciennes mines aurifères est peut etre interessante,

    mais je crois que pour le coup, elle sort complètement du sujet,

    vous qui avez la plume facile, devriez nous proposer un article la-dessus, article que je lirais surement avec interet,

    par contre, je reprend un paragraphe de votre texte qui à mon avis est une contre-vérité :

    "De plus, à ma connaissance la DRIRE locale n’a pas interdit la consommation, ils ont envoyé des lettres mettant en garde. Une mise en garde n’est pas une interdiction. Les gens de la DRIRE savent bien que la valeur 15µg/l est absolument pifométrée même si l’OMS la donne comme "valeur guide".

    communiqué de presse :

    Pascal Reynaud exploite 50 hectares de céréales dans la Plaine, à Bollène. Mais le coeur n’y est plus : "J’ai perdu confiance", lâche-t-il en remontant sur sa moissonneuse-batteuse. Sous ses pieds, les prélévements effectués dans la nappe phréatique ont révélé des taux de contamination à l’uranium au-dessus des normes.
     
    Jusqu’à 17 microgrammes par litre alors que l’OMS a fixé la barre à 15 microgrammes. Victime lui aussi du rejet d’uranium par la Socatri : "On nous a dit qu’il pourrait s’agir de contamination naturelle. Pourquoi l’eau serait contaminée ici et pas un peu plus loin ? C’est bien la preuve que la pollution est due à l’uranium déversé par la Socatri".

    plus loin :

    8 juillet,
    la préfecture prend des mesures d’interdiction de baignade, et de consommation de l’eau des captages.

    voila,
    il semble qu’un épisode vous avait donc échappé,
    vous qui habitez le secteur, j’espère que vous ne consommez plus cette eau ?

    cordialement,


  • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 2008 08:12

    krolik

    effectivement, votre chapitre sur les eaux thermales m’avait échappé,
    vous aviez dit dans un commentaire précédent, que tout avait été dit,
    je n’en suis pas sur,
    disons que nous avons survolé, sans nous convaincre mutuellement, mais que beaucoup de sujets ont été abordés,

    il manque pour conclure le débat l’analyse sur l’eau de badoit, comparée a celle du tricastin,

    je n’ai pas trouvé de réponse très nette de votre part sur les solutions que vous envisagez pour le traitement des déchets nucléaires,

    enfin, nous n’allons pas refaire le débat, le lecteur finirait par trouver tout çà un peu lassant,

    a+ donc



  • olivier cabanel olivier cabanel 26 septembre 2008 23:00

    krolik,

    ne le prenez pas mal, mais votre commentaire est tellement confus, qu’une chatte n’y retrouverait pas ses petits,

    vous attaquez à tort, et méchamment mon ami Jonas,
    il est non seulement sincère, mais en plus son commentaire est argumenté, et ne doit pas etre pris à la légère,

    pour ne pas faire trop long, ce que des internautes pourraient a juste titre me reprocher, ainsi qu’ a vous, je dirais qu’un seul mort, c’est un mort de trop.

    je n’aime pas trop cette "épicerie" qui compare le nombre de morts par ceci, ou par cela,
    le nucléaire tue,
    il tuera encore,
    tant que nous ne l’aurons pas arreté,

    la route aussi, le pétrole aussi, la liste est longue, mais le débat ne porte que sur le nucléaire, alors arretons de comparer.

    s’il tue, il faut l’arreter.

    cartésien, non ?

    quand a l’analyse d’eau de badoit plus dangereuse que celle des nappes du tricastin, soyez gentil, attendez les résultats de l’analyse avant de porter un jugement sur la criirad,

    ce serait quand meme déontologiquement plus acceptable.

    et excusez ma franchise, non partisane, soyez en sur.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès