• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

olivier cabanel

olivier cabanel

militant anti-nucléaire de toujours, je suis aussi à l'origine (avec 2 autres militants), de la première centrale photovoltaïque reliée au réseau, mais aussi un artiste, chanteur, compositeur, peintre, et journaliste citoyen.
découvrez mes chansons sur mon site : http://olivier-cabanel.fr
je vous propose un lien pour écouter 4 chansons :
http://www.info-groupe.com/oliviercabanel/
ou celui ci pour découvrir ma bio et d'autres chansons :
http://chansonrebelle.com/les-chanteurs/cabanel-olivier.html
je prépare un nouvel album dont toutes les chansons seront en 432.

Tableau de bord

  • Premier article le 27/12/2006
  • Modérateur depuis le 17/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1207 44470 135857
1 mois 5 126 579
5 jours 1 9 43
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1447 1291 156
1 mois 5 2 3
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2007 16:42

    bien, je suis un imposteur. soit : et vous avez la science infuse. vous savez tout ! vous avez réponse a tout, et vous etes persuadé de détenir la vérité. pour ma part j’ai toujours pensé que l’attitude responsable d’un scientifique était toujours nuancé d’incertitude. vous avez donc raison contre le reste de grands scientifiques dont la liste serait un peu longue a énumérer. mais vous avez raison, le nucléaire français est propre, sans danger, et nos frontières sont étanches. mais savez vous que lorsque tchernobyl a éclaté, les responsables de malville se sont empressé de téléphoner a leurs proches pour leur conseiller de ne pas sortir ? ouvrez les yeux, la réalité n’est pas celle que vous voudriez et votre arrogante certitude est bien triste.



  • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2007 16:37

    vous etes encore loin de la vérité, car la centrale en fin de compte, malgré les affirmations de la cour des comptes a consommé plus d’énergie qu’elle n’en a produite. ce qui est un comble pour une centrale qui devait au contraire se nourrir des dechets qu’elle produisait (pour faire simple). la fuite dont vous parlez etait sur la seconde cuve : je décris cet accident grave dans une réponse plus bas... les probabilités d’une telle fuite étaient de une sur 100 000.



  • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2007 16:33

    quand les premiers ennuis ont commencé a malville, les promoteurs du projet ont inventé le concept « normal, c’est un prototype ». ce qui est totalement faux. le prototype existait déja, et il était à Marcoule. il s’appele phénix. le défaut de superphénix, c’est qu’en tentant de refaire phénix en plus grand, on a mal modelisé l’expérience. le métal de la cuve, et de la cuve intermédiaire ont mal supporté la chaleur produite, et des milliers de micro-fissures se sont produites. d’ou fuite de sodium. ne comprennant pas d’ou venait cette fuite, la centrale est arretée, et la fuite s’arrete, puisque le sodium s’est refroidi ! alors on redemarre et la fuite recommence. ce manège a dure pres d’un mois, avant que les ingénieurs (sic) ne finissent par constater la réalité de la fuite. normal, pour un surrégénérateur, il avait donc une fuite surrégénératrice... qui renaissait de ses cendres à chaque fois. d’autres incidents plus ou moins graves se sont produits, et la place risquerait de manquer s’il fallait en faire la liste. cette plaisanterie a couté très cher, et continue de couter cher, puisque le chantier de démantelement est loin d’etre achevé comme je l’ai dit plus haut.



  • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2007 16:23

    non, helas, le sodium contenu dans les circuits primaires et secondaires de creys malville n’est pas froid. froid, il ne poserait que peu de problemes. il est maintenu chaud, donc liquide, afin de pouvoir purger les circuits. une usine est en cours de finition, sur le site meme, pour purger définitivement le sodium contenu dans les circuits. et tant que cela n’est pas fait, la région rhone alpes court un risque majeur : à la moindre fuite, le sodium s’enflammerait au contact de l’air, et exploserait au contact de l’eau. une poudre (marcalina) a été mise au point pour éteindre un feu de sodium d’une tonne max, mais en cas de rupture guillotine d’une canalisation, ce serait soixante dix tonnes qui partirait ds l’atmosphère, avec les conséquences qu’on peut imaginer, puisque le plutonium est toujours sur le site.



  • olivier cabanel olivier cabanel 2 mai 2007 17:21

    il y a eu de nombreuses études épidémiologiques en angleterre et aux états unis qui ont prouvé que plus on se rapprochait d’une ligne a tres haute tension, plus le nombre de cancer était important. en france edf a conduit une étude semblable, il y a plusieurs années, et nous attendons toujours les résultats !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès