• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

oncle archibald

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 15/09/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 13450 118
1 mois 0 75 0
5 jours 0 11 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • oncle archibald 16 mars 17:52

    @Aristide qui reprend une affirmation de Fergus : « Comment et pourquoi leur dénier ce choix dès lors que leurs souffrances s’inscrivent dans une vie qui n’a plus de sens et n’est plus porteuse d’aucun espoir ? »

    Vécu : A la fin de la guerre 39-45 l’abbé Pierre venait tout juste de fonder les communautés Emmaus qui regroupaient des gens sans revenus et mal logés construisant eux-même et pour leur usage de petites habitations. Il croise un certain Georges Legay, désespéré et au bord du suicide, essaie de le persuader de renoncer à son projet d’autodestruction, n’y arrive pas. En argument ultime il lui dit que bon, c’est bien beau tout ça, mais qu’il y a des gens à coté qui sont dans la merde et se construisent un abri, qu’ils ont besoin d’un coup de main, et donc puisqu’il est vachement costaud, qu’il veuille bien les aider à manipuler une grosse poutre pour la mettre à sa place sur les murs et qu’après il pourra aller se suicider tranquille avec la satisfaction du devoir accompli. Finalement il s’est engagé à fond aux cotés de l’Abbé Pierre, juste parce qu’il lui avait redonné un espoir.

    Ben moi je préfère ce genre de discours à tiens voilà une boisson qui va régler ton problème en deux minutes. Ça oui c’est une « avancée sociétale » et ne venez pas nous seriner avec des observations du genre « dès lors que l’on reste dans le cadre strict de grandes souffrances induites par une pathologie incurable » tant il est loisible de chipoter sur la définition très variable suivant les individus de « souffrances insupportables » et de « vie sans espoir » surtout si on essaie de donner une définition légale à ces notions très intimes .

    Une loi qui autorise l’intervention de tiers dans un geste létal ne peut être qu’une mauvaise loi, qui sera inévitablement détournée de son objet, et servira tôt ou tard à « pousser vers la sortie » des individus qui pourraient encore vivre quelques jours quelques mois ou quelques années « dignement » car là encore il est carrément impossible de définir ce concept. Devient-on « indigne » dès lors que son corps se détériore gravement ? Et s’il s’agit d’une grave maladie mentale ? Où est le point sur le curseur qui va dire ici « digne » et ici « indigne ». Contestez que l’on puisse influencer un grand malade dans la perception de ce qu’il ressent ? Et qui sera « habilité » à constater cet état ? Qui pourra dire si le postulant au suicide a été ou non influencé ?

    Dès lors ne venez plus nous parler de « cadre strict de grandes souffrances induites par une pathologie incurable » qu’il faudra bien définir dans le détail pour faire « une loi » applicable ! Des médecins-experts « hautement qualifiés » en seront peut-être chargés, véritables détenteurs du pouvoir de délivrer ce qui ressemblera quoi qu’il en soit à un « permis de tuer » ? Berk !

    D’ailleurs quelques uns sans doute plus « avancés sociétalement » que vous, veulent étendre ce « droit » au suicide assisté à quiconque qui pour une raison ne concernant que lui, souhaiterait en finir avec sa vie mais sans que ça saigne parce qu’il ne supporte pas cette idée ! Pourquoi pas ? C’est sa vie après tout, il en fait ce qu’il veut et par « compassion » il faut bien lui venir en aide non ?



  • oncle archibald 16 mars 16:15

    @Jean Dugenêt :

    Ah décidément entre François Mitterand et Louis Auguste Blanqui, YAPAFOTO !

    Le bon Auguste qui avait déjà transformé les églises de Paris en d’aimables « cercles de réflexion » voire en guinguettes bar dancing restaurant t’aurait foutu tous ces curetons en jupon contre un mur, et on aurait vu qui allait faire la classe aux gniards des bourgeois pour leur coller les bonnes idées dans la tête, non mais !



  • oncle archibald 15 mars 12:33

    @Fergus : "Compte tenu de son âge, cela revenait à une forme de maladie irréversible dont il souffrait moralement. Cela justifiait le suicide assisté dont il a voulu bénéficier.« 

    Ça y est, on commence déjà, avant la loi, à interpréter ! Chacun va y aller de sa petite chanson .... avec les meilleures intentions du monde évidemment.

    Je cite à nouveau l’article donné en lien : »à affaiblir les repères les plus fondamentaux de l’agir humain, ne mettons-nous pas en danger tous ces soignants auxquels nous confions, ou abandonnons, les grands malades, les mettant ainsi en rapport quotidien, et dangereux, avec la mort ? "



  • oncle archibald 15 mars 11:32

    @Fergus :

    « je vous rappelle qu’il existe désormais des lois de légalisation dans 23 pays et 5 états américains ». Faut-il faire des conneries juste parce que d’autres autour de nous en font ? Bien sûr que non !

    Une loi, fut-elle extrêmement précise et croyant avoir tout prévu, est toujours plus ou moins « interprétée » par ceux qui ont à l’appliquer. Quand cette loi traite de la vie et de la mort les conséquences sont irréversibles et peuvent le cas échéant être monstrueuses. Et plus généralement, à titre personnel, j’aimerai bien qu’on légifère sur l’obligation d’aider à vivre les personnes en détresse plutôt que sur celle de les aider à mourir, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit.

    Que pensez vous de ce passage extrait du lien donné plus haut ?

    "Mais leurs propos (leurs = ceux qui font l’apologie du suicide, fut-il assisté) peuvent contribuer à faire basculer l’existence de ceux qui doutent de leur propre valeur ou de l’attachement de leur entourage, ou de ceux qui s’estiment invités à faire le sacrifice de leur vie. Combien de fois n’entendons-nous pas désormais des personnes avancées en âge dire : « Je ne sers plus à rien ; je suis devenu un poids pour vous et pour la société. » Allons-nous approuver leurs propos, et pousser ainsi « délicatement » vers la mort ? Ou bien encouragerons-nous tacitement les médias à exprimer quelque chose que nous n’oserions pas dire explicitement, mais que chacun penserait tout bas ?"



  • oncle archibald 15 mars 11:10

    @Fergus : « d’autant plus qu’elle ’est inanimée, et par conséquent dans l’incapacité de faire valoir les motivations de son acte ! »

    Oui mais si elle avait laissé bien en évidence les motivations de son acte, pourquoi lui refuser le « droit à la fin de vie » à l’heure qu’elle a elle même choisie ?

    Ce serait immoral de ne pas l’aider non ? En contradiction avec " oui, mille fois oui, chacun doit pouvoir disposer de son corps comme il l’entend en restant maître de l’heure et des conditions de son décès."

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Aléas

Publicité



Palmarès

Publicité