• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Orélien Péréol

Orélien Péréol

Auteur, essayiste, écrit nouvelles, pièces de théâtre... Acteur. Ex enseignant, participe de la sociologie de l'Analyse Institutionnelle...

Tableau de bord

  • Premier article le 09/12/2008
  • Modérateur depuis le 26/03/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 260 756 3839
1 mois 2 5 22
5 jours 1 1 15
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 122 92 30
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Orélien Péréol Aurélien Péréol 10 décembre 2008 15:35

    Toutes les lois ne sont pas bonnes parce qu’elles sont la loi. La loi qui demande un préalable à l’entrée à l’école n’est pas une loi républicaine. L’école républicaine est ouverte à toutes et à tous.
    Ce qui fait la République et la Démocratie, c’est que tout le monde collabore à la loi, à de nouvelles lois, pose des problèmes qui font apparaître (parfois) des lois ou des modifications des lois anciennes... Ce processus évolutif et commun s’applique à toutes les lois, à tous les secteurs de la vie sociale et politique.
    La loi sur le CNE a été retirée (ou n’a pas été votée, je ne me souviens plus et n’ai pas trop le temps d’aller voir) ; actuellement des citoyens sont en lutte contre la politique éducative du gouvernement. Pourtant Darcos a été nommé par un Président élu au suffrage universel et qui dirige en accord avec une Chambre des députés qui a la même couleur politique que lui... on pourrait dire : c’est la loi... le peuple a voté, cela s’applique...

    Il faut lutter contre cette loi qui trie les bons et les mauvais citoyens et accorde le bénéfice de l’école à ceux qu’elle estime bon. Ce processus de tri n’est pas un processus républicain.

    Je ne vous connais pas, mais j’ai des amis qui raisonnent comme vous et n’arrivent pas à s’interroger sur le fait que la conception de la loi qu’ils mettent en avant contre mon point de vue n’est pas la leur pour toutes les autres lois, absolument toutes.
    Bien souvent même, ils voient dans toute nouvelle loi qui augmente leur contrainte, un scandale, la destruction de toutes les règles sociales, une volonté terrifiante de nuire, de détruire... mais quand il s’agit d’imposer une contrainte aux croyants d’une certaine religion, tout se renverse : la loi est la loi et il n’y aurait rien d’autre à dire.

    Eh bien si, il y a d’autres choses à dire. Il faut penser droit : la laïcité est une obligation pour l’appareil d’Etat de réguler les religions dans une indifférence positive à toutes. Ce n’est pas un instrument de contrainte de l’Etat sur des citoyens.
    C’est ce que c’est devenu, il faut d’urgence se reprendre et penser correctement et républicainement.



  • Orélien Péréol Aurélien Péréol 9 décembre 2008 22:05

    Vous écrivez : "Soit C1 le comportement autorisé d’un individu I1". Qui a autorité sur le comportement d’un citoyen (et non d’un individu) ? En République : lui-même.

    Il ne faut pas nuire à autrui, bien sûr.

    Certains commentateurs considèrent comme un trouble à l’ordre public le fait de se mettre un tissu sur la tête. Je ne sais que leur dire....



  • Orélien Péréol Aurélien Péréol 9 décembre 2008 21:22

    Pourriez-vous argumenter ?
    Vous me dites que mon "article est une intreprétation (...) qui va à l’encontre de l’esprit de la loi et des droits de l’homme (universels, cela va sans dire)."

    Trouvez vous qu’interdire l’accès à l’école à des citoyennes est conforme à l’universalité des droits de l’homme ? Universalité veut dire (d’un point de vue fonctionnel) "qui convient à tous". "Convient" se comprend comme "va avec" dans le sens positif (profite) et négatif (oblige).
    Universalité des droits de l’homme signifie que les droits de l’homme, fondements de l’Etat républicain, profite à tous les citoyens (et, vous allez peut-être être surpris, même aux non-citoyens, aux sans-papiers par exemple, voir RSF...)



  • Orélien Péréol Aurélien Péréol 9 décembre 2008 20:51

    Vous m’écrivez : "la liberté de chacun commence par ne pas imposer à tous son appartenance à une "religion" ou un "groupe"."
    J’essaie de comprendre : mettre un T chirt " "A bas le nucléaire" ou " Vive le PSG" est-il imposer à tous son appartenance à un goupe (je reprends intentionnellement vos termes) ; si je mets un T chirt avec un Mickey ou avec la montagne Saint-Victoire parce que je suis né à Aix-en-Provence ou parce que je suis un admirateur de Cézanne, est-ce imposer à tous son appartenance à un goupe (je reprends intentionnellement vos termes) ?

    C’est la première question à laquelle je souhaiterai votre réponse.

    La deuxième porte sur le fait que des jeunes filles qui se mettent un tissu sur la tête n’écrivent pas sur ce tissu "Vive l’Islam" ou des choses de ce genre avec lesquelles on n’est pas obligé d’être d’accord ni avec lesquelles on a envie de discuter. Elles se mettent un tissu sur la tête.



  • Orélien Péréol Aurélien Péréol 9 décembre 2008 20:33

    Vous m’écrivez : "Mettez-vous ça dans la tête."

    Ce sera fait dans peu de temps.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès