• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

paluard

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 21 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • paluard 20 mars 2010 16:44

    Comme tous les gros balourds de droite qui, faut pas trop leur en demander, après tout si on est de droite c’est bien parce qu’on n’a pas envie de se casser la tête, Lucilio confond ouvertement et volontairement déterminisme génétique et social.

    Certes les hommes ne naissent pas égaux, ils n’ont pas tous le même potentiel : il y a des Victor Hugo et il y a des B.H.L, il y a des Ava Gardner et des Nadine Morano, Il y a des Alexandre et Napoléon et il y a des Nicolas, il y a des forts, des faibles, des intelligents, parfois des génies ! et des crétins complets. C’est vrai, et c’est tant mieux ; un monde entièrement composés de beaux ou de laids, de génies ou de crétins, supprime de fait les concepts de beauté ou d’intelligence.

    Mais il y a une énorme différence entre ce déterminisme génétique auquel nul ne peut échapper, et l’inégalité sociale qui elle ne répond d’aucun autre déterminisme que celui que nos chers maîtres nous imposent.
    Lucilio mélange tout ; c’est normal, c’est son rôle : entretenir la confusion dans les cervelles. Notre rôle doit donc être de répondre à cet enfumage systématique et de rappeler la vérité des faits : il y a des gens biens et des crevures ; devinez où se situe Lucilio ?



  • paluard 20 mars 2010 14:11

    Lucilio est un malin !

    (T’affoles pas l’ami, je ne t’ai pas dit “intelligent”, seulement “malin”.)

    Il maîtrise parfaitement les techniques de manipulation, ici il s’agit de semer la confusion.

    Apres un texte ou il se faisait le porte-parole de la justice, de l’égalité et des p’tits oiseaux qui chantent, après nous avoir bien enfumés en nous faisant croire que : si ! si ! il est libertaire, le voici qui embraie de plus belle dans ses délires ultra-liberalistes.

    Certains esprits influençables se laisseront piéger, et se diront qu’un gars qui était aussi ouvertement altruiste ne peux changer d’avis, et que donc son nouveau texte DOIT également être altruiste, et s’ils ne l’ont pas compris ainsi c’est parce qu’ils se trompent, et donc en fait les idées de ce dernier texte SONT elles-aussi altruistes… Et voilà comment on trompe les gens et on les amène à agir à l’exact opposé de leurs croyances.

    Lucilio est dangereux !

    Lucilio écrit trop vite et trop bien pour être seul : Lucilio est un agent provocateur  ! L’adresse I.P de ses détracteurs est récupérée, en temps voulu on s’occupera d’eux.

    Lucilio est une ordure !
    Tu écris bien certes, tes arguments sont raisonnables et ton discours se tient ; je l’ai déjà indiqué ailleurs dans ce texte essentiel qu’il faut lire et relire : la gauche a beaucoup de défauts certes, mais entre une droite dont le discours peut se réduire au final a un « Mon ! Moi ! Mien ! Ma gueule ! », et une gauche qui se cherche, se plante, se relève, propose, essaie d’avancer... bref : entre les reptiles et les humains, il faut choisir son camp. Lucilio l’a choisi, tachez de faire de même.



  • paluard 14 mars 2010 13:19

    Super, un nouvel article de Lucilio !
    On va encore bien rigoler.

     



  • paluard 6 mars 2010 09:51

    « L’unique société qui se base sur une éthique comme celle que propose Rand est celle des marchands, qui vivent en paix… et qui ne se consacrent pas à l’extorsion ou à la criminalité… » Euh, vous etes sérieux quand vous écrivez ça ?

    C’est sur, quoi de plus honnête qu’un marchand ? Un mafieux peut-être ? Puisque, après tout, eux aussi échangent « des biens contre des biens, de la valeur contre de la valeur, […] se fient à la parole donnée, […] travaillent dur pour progresser… »

    Bon, il y a un peu de vrai dans toute cette daube ; je vous conseille de lire ou relire ce manifeste pour essayer d’en prendre conscience en toute objectivité (d’accord, l’auteur était tout de même plus proche idéologiquement de Timothy McVeigh que de Chomsky, mais au moins il s’est bougé le cul lui !).

    Mais tout de même, c’est lorsqu’on lit des aberrations telles que votre « vertu de l’égoïsme », que l’on comprend à quel point nous sommes déjà loin sur la route de l’inversion des valeurs. On n’est plus très loin d’un bon « Viva la muerte ! ».

    (Encore une fois, et parce que rien n’est simple en ce bas monde, il faut lire Paul Diel pour comprendre la valeur de ce qu’il appelait « l’egoisme essentiel » ; a opposer au faux altruisme, au paraître, a ce que nous appellerions aujourd’hui le politiquement correct, et qui est en train de ravager les esprits.)

    Alors pour remettre les pendules a l’heure je vais vous donner la définition profonde des valeurs de droite et de gauche ; il s’agit de mon interprétation personnelle a moi, j’en suis très fier, et je l’ai même déposée a la SACEM.

    Si en général la droite a plus de partisans, plus de succès que la gauche, c’est parce qu’elle s’adresse au plus petit dénominateur commun en l’homme : le cerveau reptilien. Son discours est réductible au plus simple : mon pays ! mon boulot ! ma maison ! ma femme ! ma thune ! ma voiture ! mes gosses ! mon ! moi ! mien ! ma gueule !!!

    Et ce discours de reptile, eh bien il est aussitôt compris par tous, y compris moi-même, car tous nous avons un cerveau reptilien ; un cerveau inquiet et apeure autant que violent et meurtrier.

    Le message de la gauche en revanche s’adresse a l’homme ; et cette espèce-la est malheureusement beaucoup plus rare que l’espèce reptilienne, car elle suppose d’avoir un cortex, de savoir réfléchir, et de comprendre ce très étrange fait de l’existence : tout ce que je fais a l’autre, en bien comme en mal, je me le fais a moi aussi. Quand j’abaisse un homme, je m’abaisse aussi ; quand je le traite avec respect, je deviens respectable.

    (Et relisez Paul Diel pour comprendre que le seul échappatoire a cette implacable légalité, c’est de s’extraire de la condition humaine ; de devenir rat, porc, vautour ou requin, comme le montrent si bien les tenants du capitalisme.)

    Alors certes, il y a des ratés : réfléchir n’est pas chose aisée, et le cortex n’a pas l’ancienneté du cerveau reptilien, il lui faudra encore quelques updates avant de fonctionner sans accroc ; mais c’est a vous de choisir votre camp : les reptiles ou les hommes. Lucillio, après « le libre commerce des organes » et aujourd’hui « Ayn Rand », laissez-moi vous suggérez quelques prochains articles : « Pour booster l’économie, libérons le travail des enfants ! », « Le servage est-il préférable au salariat ? », « Tout est à vendre ? J’achète votre âme ! »



  • paluard 1er mars 2010 16:28

    Toutes mes confuses pour le moldo-slovaque en bas de texte...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès