• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

paulau

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 27/10/2012
  • Modérateur depuis le 04/07/2020
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 465 195
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 294 167 127
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • paulau 20 juin 2020 17:14

    « « le ministre de l’Intérieur a déclaré : « L’émotion dépasse les règles juridiques. » »
    Il s ’agit là de la négation même de la civilisation qui est justement la capacité de se distancier de ses émotions et de s’imposer des lois rationnelles qui les supplantent.
    Obéir aveuglément à ses émotions, c’est l’état même de barbarie. Un état primitif, férocement égoïste car privé de toute distanciation envers ce qui blesse.. On est fâché, on tue. Sans réfléchir. Une société ne peut espérer prospérer et se complexifier avec une vision des choses aussi primaire.



  • paulau 15 juin 2020 11:25

    Un texte à lire :

    http://www.profession-gendarme.com/message-dun-policier-message-de-tous-les-policiers-a-ceux-qui-ne-savent-rien/

    extraits :
    "
    .................Enfile mon uniforme de policier et monte dans un véhicule sérigraphié « Police  », floqué de nos trois couleurs nationales et tu y découvriras une dure réalité….

    Tu commenceras ta journée par devoir apposer un scellé sur le cercueil d’un nouveau-né. Cela s’appelle une vacation funéraire.
    Ton café du matin prendra tout de suite un goût particulièrement amer.

    Mais ne te démonte pas, cela fait parti du quotidien et d’autres choses t’attendent…

    Tu iras ensuite sur un accident de la route, et tu y verras un gamin de 18 ans, le crâne fracassé sur le tableau de bord, le corps si déformé que tu peineras à croire que ce n’est pas un mauvais rêve. Tu iras sonner, à l’heure du déjeuner, à la porte d’une famille heureuse, qui t’ouvrira avec un sourire se mélangeant aux effluves d’un repas préparé généreusement par l’amour d’une mère pour son foyer ; afin de leur annoncer qu’ils viennent de perdre l’être le plus cher à leurs yeux.
    Tu feras face aux hurlements de douleurs de cette maman qui te tombera dans les bras, à la limite d’une hystérie humaine dont l’existence t’étais jusque-là bien inconnue.

    Tu repartiras et iras prendre ta pause déjeuner, devant malgré tout garder la tête haute et rester lucide, car d’autres gens comptent sur toi…

    Un appel radio t’enverras récupérer une gamine violée dans une cave, te regardant avec des yeux dans lesquels brille une lueur mêlée de honte et d’humiliation, au reflet d’une âme vidée par la violence et l’inimaginable abomination qu’elle vient de subir.
    Il te faudra trouver les mots pour lui apporter une once de chaleur qu’elle sera de toute façon incapable de recevoir…

    Tu te dirigeras ensuite dans un bel immeuble, à la façade raffinée et à l’intérieur somptueux, frapper à la porte d’une personne âgée, dont les proches n’ont plus de nouvelles.
    En pénétrant à l’intérieur, tu découvriras, au sol, le cadavre d’un homme de l’âge de ton grand-père, décédé dans la solitude la plus totale car délaissé par ceux qui l’entouraient, en état de décomposition avancée. Vision d’un corps que même les films d’horreur les plus crus n’osèrent jamais te montrer.
    Les photos aux murs et les souvenirs en tout genre te feront parcourir malgré toi le fil de sa vie. Tu plongeras au jour de son mariage, verras les photos de ses enfants et petits-enfants, les anniversaires passés et multiples joies de sa vie, tout en étant l’unique et privilégié témoin de sa fin la plus triste.

    Puis, sortant de l’immeuble, tu iras en soutien d’autres collègues, pris sous les projectiles de jeunes gamins de 15 ans. Tu sais, ces « chances pour la France », à la violence sans cesse légitimée par leur pauvreté et leur discrimination quotidienne.
    Tu leur feras face, et te feras insulter, toi ainsi que toute ta famille, pour une raison que tu ignores, hormis le fait de représenter un pays pour lequel ils n’éprouvent que haine et désir de vengeance, mais dont les aides sociales leur assurent la tranquillité de la vie qu’ils n’auraient certainement pas dans le pays dont ils revendiquent leurs origines…

    Des boules de pétanque et des machines à laver pleuvront des toits d’immeubles, manquant de te fracasser le crâne à la moindre inattention de ta part, t’assurant une mort certaine en cas d’impact soudain.

    Tu prendras des crachats au visage, te réduisant à l’état d’animal pour ces jeunes qui n’hésiteront pas, lorsque l’occasion se présentera, à te brûler vif dans ton véhicule de service.
    Tu tenteras malgré tout d’en interpeller un, avec la violence que cela implique et qui n’est que la seule réponse possible face à ce que tu reçois.............. "



  • paulau 14 juin 2020 12:01

    Violences policières. Ainsi sont qualifiées les blessures ou la mort de personnes fuyant un contrôle de police.
    Pourquoi fuient-elles ? Elles sont recherchées, elle viennent de commettre un délit, elles sont porteuses d ’une bonne quantité de drogue ....
    Ne voulant être contrôlées et fuyant le plus vite possible elles commettent des erreurs : voitures lancées à très grande vitesse par exemple, avec comme conséquence , trop souvent , un choc contre un mur ,un arbre. S ’ en suit des blessures , voire la mort du fuyard.
    Il n ’y a pas dans de tels cas responsabilité de la police , il n ’y a pas « bavure ». La police a fait ce que pourquoi on la paye : poursuivre les délinquants. Ceux qui crient à la « bavure » veulent délégitimer l ’action de la police pour pouvoir plus tranquillement mener leurs activités interlopes.




  • paulau 7 juin 2020 06:28

    4 noirs américains tués par les émeutiers

    https://quebecnouvelles.info/au-moins-quatres-americains-noirs-tues-durant-les-emeutes-par-des-pilleurs/

    Le refus de la médiatisation de ces morts prouve bien que la vie des noirs n ’intéresse que dans certains cas .

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Homosexualité PMA Mariage GPA

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité