• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Petrus Amritam Romanus

Petrus Amritam Romanus

La morte n'existe pas, le mort n'existe pas.
"Je suis mort", "je suis morte" sont donc des propositions absolument fausses.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 85 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Petrus Amritam Romanus Petrus Romanus 9 mai 2014 19:42

    En quoi, pour une commune, cesser de financer une association politisée serait-il un dérapage ?

    Ne serait-ce pas plutôt le financement d’une association politisée qui le serait ?



  • Petrus Amritam Romanus Petrus Romanus 8 mai 2014 01:57

    Et puis mille pardons, Jelena, d’avoir ainsi converti dans l’erreur, le péché vos chiffres qui me semblent romains en mots français.

    Mon petit doigt [et non celui de Vladimir Vladimirovitch, lequel ne bouge pas, quel talent de maîtrise, on constate les effets de la pratique des arts martiaux] me disaient bien que cela n’avait pas de sens « quarante deux » pour cette portion d’esprit aussi arrêtée.

    92, cela colle beaucoup mieux pour ce qui pourrait être l’année de naissance (au siècle dernier) d’une encore (et surtout en esprit) adolescente aujourd’hui.

     smiley



  • Petrus Amritam Romanus Petrus Romanus 8 mai 2014 01:49

    @Jelena quarante deux :

    Ce propos ne sort-il donc pas de la bouche sous cache-nez de Jelena quarante deux au commencement :

    « ce sont les ricains qui sont venu vous délivrer » ?

    L’utilisation de « soi-disant » pour se remémorer les dires de Jelena quarante deux serait-elle à ce point incompréhensible qu’on puisse se sentir fondée à attribuer les propos à l’esprit que l’on voit autre ?

    Au passage qui est encore ce « vous » que les « ricains » seraient ainsi venus « délivrer » ?



  • Petrus Amritam Romanus Petrus Romanus 8 mai 2014 01:34

    Du gué au gué, haut gai, vive la rose smiley



  • Petrus Amritam Romanus Petrus Romanus 8 mai 2014 01:30

    Se battre n’est, quelque soit le parti, qu’une erreur, un péché.

    >> Jamais aucun parti pris ? Aucun idéal ? Pas de religion, ni quoi que ce soit ?...

    Bien sûr, Une religion, la seule, l’Unique...

    >> En fin de compte, vous êtes entrain de me dire que vous êtes une enveloppe vide qui n’éprouvez jamais rien.

    Ce n’est pas ce que j’étais ni ce que je suis [en train de (vous) dire]. Il s’agit, là encore, d’une projection [de votre « part » (parti pris)].

    >> Dans ce cas, désolée cher monsieur, nous sommes trop différents pour nous comprendre.

    Il n’y a pas plus différent que l’esprit qui décide de se croire différent. Et pas plus sourde que celle qui ne veut pas entendre.

    Le diable est l’esprit de celui qui divise.

    Ne pas éprouver de haine ou de séparation est certes être vide de haine ou de séparation mais n’est pas être une enveloppe vide.

    Enveloppe vide, je souris, cela me fait penser à l’ensemble vide, de quelques arrogants qui croient détenir la Logique (mathématique) alors que tout leur édifice est fondé sur un non-sens, ce fameux ensemble vide, leur dogme fondamental, indéfendable et pourtant défendu smiley

    La Vérité n’a nul besoin d’être défendue puisqu’elle Est.

    Et l’amour complet n’a nul besoin d’enveloppe puisqu’il est ouverture totale...

     smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité