• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

phil2nim

phil2nim

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 100 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • phil2nim phil2nim 4 février 2009 17:55

    @ l’auteur
    Ne perdez pas de temps à répondre , il n’en vaut pas la peine. C’est un provocateur qui cherche à se rendre intéressant.



  • phil2nim phil2nim 4 février 2009 07:14

    J’apprends qu’il existe une Ecole de Guerre Economique ???
    Contre qui est elle dirigée cette guerre ?



  • phil2nim phil2nim 4 février 2009 05:14

    Cesse donc de copier coller des trucs auxquels tu n’entends rien !
    Au moins cite tes sources, ça s’appelle l’honneteté intellectuelle.



  • phil2nim phil2nim 3 février 2009 20:15

    Ces crapules fascistes ont encore raté une occaz de s’entretuer.
    Dommage !
    Enfin bon :"Qu’ils crèvent !" (Choron)



  • phil2nim phil2nim 3 février 2009 16:17

    Le Spectacle du Spectacle tente de trouver un sens à son histoire, qui n’est que celle de l’accumulation du capital.
    Là où les mécènes de la Renaissance à la fin de l’absolutisme "investissaient" dans l’Art pour l’Art, pour eux-mêmes, en amateurs éclairés, laissant le populo à sa culture roturière, nos modernes capitaines d’industrie investissent indifféremment dans l’art, les chevaux, l’immobilier, l’industrie... fixant aussi le prix de l’art "populaire", devenu un produit de consommation comme un autre, aidés en cela par le pouvoir politique qui règlemente de facto l’expression libre (musique et spectacle de rue, graph, téléchargement "pirate"...).
    Le Spectacle ne se suffit plus. Il lui faut se contempler lui-même, tant il est beau ! Avalant le regard en monétarisant l’esthètique, la présence du Beau, il exige le tribut à son mérite : le renoncement à la gratuité.
    La médiation financière du Vivant, du Libre, du Gratuit, qui deviennent les ombres d’eux-mêmes, primes "cadeau" ajoutées à l’achat du banal et de la technique.
    Mécénat qui n’est pas une restitution au peuple du Beau confisqué, mais un projet marketing, soin cosmétique de la confiscation, image de marque.
    Articuler image et spectacle, permet de rendre compte de la superficialité de la culture capitaliste, de nos vies inutiles hors de l’activité productive qui n’est plus que la caution de la vie à crédit ; non plus construction de soi, mais dépense continue, anticipée de l’énergie, d’autant mieux contrôlée que le pouvoir investit la personne, que la censure du regard et du sens est calibrée par le télévisuel.
    Effet de surface qui efface toute profondeur à la Vie.
    "Il n’y a plus rien" proclamait Léo Ferré il y a 30 ans.
    Aujourd’hui, même le sens de ce "rien" est vendu, effacé.
    Et l’oppression intégrée nous fait crever.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès