• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pierre

Pierre

 Pierre DASSIGNY, Président de NALPA à 40 ans, spécialiste des troubles anxieux, il habite Richeville (Haute-Normandie), il vient de Paris et de Lyon. Master en Sophrologie, hypnose Ericksonienne, T.C.C, hypnose humaniste, Programmation Neuro-Linguistique, il pratique également l’approche cognitive et comportementale, l’entretien motivationnel, l’Intervention Systémique, la psychothérapie analytique ainsi que le Coaching et plus généralement les thérapies brèves. Son approche est intégrative et plurielle : sélectionner dans chaque discipline ce qui est pertinent dans la résolution d’une problématique précise, cela, dans la limite de ses compétences. Il recherche toujours les meilleures méthodes pour aider les personnes en souffrances de ses troubles, l’envie de comprendre ces souffrances et de les « guérir ». Ancien chef de projet, chargé d’insertion sociale et professionnel, il travail depuis de nombreuses années sur les troubles anxieux, l’angoisse, la peur, la gestion de douleur physique autant que psychique, la gestion des émotion, le développement des potentiels, l’accélération des apprentissages, la préparation aux examens, la mémoire et ses troubles, les addictions et le tabagisme et l’alcoolisme, les troubles cognitif et comportementaux. Le parcours personnel de Pierre DASSIGNY s’arrêtera donc ici puisqu’il faut pour être un bon thérapeute se présenté un minimum.
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 08/07/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 34 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Pierre Pierre 27 juin 2008 08:36

     

    Serait-il possible de lire un article sans voir apparaitre le nom : Sarkozy ? Des articles objectifs, certes agoravox demande qu’un article repose sur des faits, une argumentation valide, voir vérifiable. Mais comme nous le savons tous, avec les mêmes faits, les mêmes arguments de base, nous pouvons atteindre des conclusions très éloignées, pour ne pas dire opposer. Et ceci dépend du message que l’auteur souhaite nous faire passer, suivant ses références, ses croyances, ses valeurs, ses archétypes (à prendre au sens Jungien du concept), sa vérité. Et, je pose la question à quand une actualité, actualisée et non perpétuellement en décalage ?
     
    Une transparence, mais une transparence pas uniquement sur le contenu des articles et leurs véracités, mais sur la description, de la direction, de la couleur... etc. Que l’auteur souhaite donner à son article et ceci avant tout début de rédaction et de plus, son état psychologique, émotionnel du moment, dans la verticalité et non linéarité.
     
    Bien que, ceci est-il envisageable, les auteurs auront-ils : les capacités, le désir, le courage de tester (je vais dire pour l’instant, cette expérience). Les modérateurs ne seront-ils pas quelque peu désorientés ? La créativité, l’usage de l’imaginaire est-il d’actualité dans un journal d’actualité ?
    Nominativement, Je n’écris plus sur agoravox depuis le refus : De la difficulté citadine à s’installer en milieu rural, raison : Article avec un problème de droit d’auteur, donc les chiffres de l’Ipos poseraient problème à agoravox (bien que je dois bien le dire l’article n’était pas d’un haut niveau rédactionnel et le contenu ne portait pas vraiment à polémique).
     
    En guise de pseudo-conclusion, la transparence, ainsi que l’actualisation de l’actualité reste utopique, sur un marché à citoyenneté économique. Et avec Monsieur  Olivier Bonnet, nous voilà loin de voir disparaitre le nom de famille : Sarkozy, Sarkozy, la grande manipulation, je vous recommande tous manipulés, tous manipulateurs.
    A quand le changement, à quand le droit à l’expérimentation sur agoravox, où est donc passé la théorie des systèmes, l’approche systémique, que fait donc Joël de Rosnay ?


  • Pierre Pierre 24 juin 2008 10:41

     

    Bonjour, ne pensez-vous pas qu’il faudrait que Joël de Rosnay intervienne plus ?
    Qu’Agovarox joue le jeu de la transparence ?
    N’oubliez pas que nous faisons vivre Agoravox !
    Et si nous mettions en place pour débuter un débat citoyen, afin de nous mettre d’accord de ce que nous attendons d’Agoravox ? Un débat libre, mais sans conflit : un débat citoyen libre !
    Sommes-nous assez adulte pour le faire ?
    Agoravox est-il prêt à l’accepter et à jouer la transparence ?
     
    Quelle est aujourd’hui la finalité, le sens d’Agoravox ?
    Ce mettre d’accord sur la définition d’un journal citoyen ?
     
    Nous parlons et il peut-être temps d’agir !
     
    De nous rencontrer !
     
    Que Joël de Rosnay parle en public !
     
    Si vous avez des idées….
     
    Et si je suis exclu de ce site….nous aurons la réponse d’Agoravox
     
    Bien cordialement
    Pierre DASSIGNY
    Président de NALPA A l’Heure27


  • Pierre Pierre 24 juin 2008 07:51

     

    Bonjour, à la lecture de Iannis Pledel, je suis contristé du niveau d’un Membre du comité éditorial d’AgoraVox et de plus d’apprendre qu’il est chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication dans le cadre d’une thèse sur le journalisme participatif. Ainsi, que ne pouvoir faire autre que de masquer une fébrilité journalistique, littéraire, culturelle, derrière des « conventions sémantiques » afin, que deux utilisateurs d’agoravox du genre humain, et pour peu qu’ils parlent la même langue, puissent échanger des informations sans trop de risque d’erreurs.
    Alors mon cher Iannis Pledel, sens : signification ou direction, tout est une question de savoir, voir de non-savoir. Parce que qu’est-ce que le savoir, « ce qui est important c’est de définir les termes que l’on emploie : "voilà ce que signifient les mots que j’utilise" », une question seriez-vous en quête de sens ? Avec pour savoir, une accumulation de mémoire. Votre direction embauche-t-elle ? En avez-vous connaissance ?
    On vous amène un fait, une expérience et vous voilà à bâtir du sens sur la construction du sens de votre réponse sur le sens. Vous entrez dans un paradoxe qui n’a pas lieu d’être. Aussi, pour ce qui reste une information tronquée relative à une brulure, cette brulure vous permet ainsi de faciliter un processus déclenchant le changement de croyance : le concept du doute constructif.
     
    Bien cordialement
    Pierre DASSIGNY
    Président de NALPA A l’Heure27


  • Pierre Pierre 7 avril 2008 21:40

    Bonjour, je me permets juste un début de ré-flexion et en premier lieu de re-venir sur l’utopie. Utopie du grec ou –topos, « nulle part », « en aucun lieu ». L’utopie représente souvent une critique morale de la politique, mais faut-il encore savoir aujourd’hui de quelle politique dialogue-t-on. Du grec, politikos, « de la cité », ceci ne nous conduirait pas vers la « cité des sciences ». Pour Platon, la politique suppose un savoir théorique et même philosophique. Ce n’est pas pour autant une science pure, mais un savoir tourné vers l’action. L’homme d’espoir ne prend pas davantage son désir pour une « réalité, que la petite fille ne prend la poupée qu’elle berce pour son enfant véritable. Et dans ce cadre de pensée ou si vous préférez « paradigme », nous retrouverons un principe cher à la pensée de Joël de Rosnay : le principe d’incertitude d’Heinsenberg « la réalité dont nous pouvons parler n’est jamais une réalité « a priori », ou dans ce contexte dirions nous une « utopie », le résultat escompté par le chercheur induit sur le résultat de l’expérience présumé.

    Aussi, je m’éloigne quelque peu de l’utopie, bien que…Mr Philippe Lemoine pourrais « a priori » m’en donner son avis… .
    Pierre DASSIGNY
    Président de NALPA et NALPA A l’Heure27


  • Pierre Pierre 6 avril 2008 04:06

     

    Monsieur, vous qui avez un style d’écriture très analytique, je voudrais souligner quelques omissions ou non dits de votre part. Votre réponse nous permettra d’entendre si elles sont volontaire ou pas. Aussi, pourriez-vous avoir la transparence de nous indiquez qui vous a chargé de contribuer à cette mise en œuvre ? « Ayant été chargé de contribuer à la mise en œuvre du projet Maurice, île durable (Mauritius, the sustainable island), ».
    Dans votre acte de communication, il faut toutefois définir au départ le rôle attribué à votre écrit : acte d’expression personnelle libre citoyen, ou acte de communication porteur d’un objectif social, politique, politiquement social, socialement politique ?
    « L’île Maurice qui accusait un certain retard a décidé d’aller de l’avant. Doté d’un exceptionnel « mix » énergétique, le pays prévoit dans vingt ans 65 % d’autonomie : 35 % de combustibles fossiles (charbon « propre » et fuel), 35 % de biomasse et biogaz, 15 % de solaire (thermique et photovoltaïque) ; 6 % d’éolien, 3 % d’hydroélectricité, 3 % de géothermie, 3 % divers (cogénération, vagues, etc.). » Des chiffres oui mais de quelle source ?
    Vous avez du faire un beau séjour à l’île Maurice et ceci pour proposer une théorie n’émanant pas de vous, dans quel état d’esprit étiez-vous lors de votre séjour ?
    Afin, de ne plus parler de vous, vous le faites très bien en vous citant vous-même, qu’en est-il de l’avenir d’Agoravox ? Et votre article aurait-il été publié s’il ne venait pas de vous ?
    Cordialement
    Pierre DASSIGNY
    Président de NALPA et de NALPA A l’Heure27
Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Santé France

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité