• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pierre Chaillot

Pierre Chaillot

Citoyen excédé par les fausses lois économiques relayées par des soi-disant "experts" médiatisés qui concourent au modèle de pensée unique et nous envoient droit dans le mur.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/04/2017
  • Modérateur depuis le 17/04/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 12 146 748
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 32 16 16
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Merci Macron le chômage va enfin baisser !

  Merci Macron le chômage va enfin baisser !

1660 visites 26 jan. 2018 | 0 réaction | Pierre Chaillot  










Derniers commentaires



  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 12 juin 21:40
    Je remercie tous les commentateurs qui apportent leur point de vue sur cet article.
    Je remercie ceux qui m’encouragent et aussi ceux qui apportent du débat.
    Par contre, je bloque systématiquement ceux qui se contentent d’insulter les autres, même quand c’est pour aller dans mon sens.
    Bien à vous...
    Pierre


  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 12 juin 21:36

    @Yaurrick

    pitié pas l’ifrap...
    Je veux bien discuter avec des gens qui ne partagent pas les mêmes valeurs que moi. Au contraire on avance et on peut même trouver des points de convergence plus intéressants que lorsqu’on reste dans l’entre-soi. Par contre, je ne peux pas discuter avec des gens malhonnêtes comme on trouve à l’ifrap. Leurs analysent partent du résultat qu’ils souhaitent atteindre : défendre bec et longue le « marché libre ». Ils passent leur temps à trafiquer les chiffres pour que ça aille dans leur sens...Pourtant, en tant que statisticien, je reçoit tout le temps la critique qu’on fait dire ce qu’on veut aux chiffres... Je me demande donc pourquoi certains s’emmerdent à les bidouiller à ce point...

    Pour le reste, un monopole de droit (qu’il soit public ou privé) n’est jamais garant d’un bon fonctionnement,
    Entièrement d’accord

    seule la concurrence (qu’elle soit entre public et privé) permet d’améliorer le fonctionnement.
    Non, ce qui permet le fonctionnement c’est le contrôle par une entité externe. Ce contrôle est (en théorie) en exercice lors d’une mise en concurrence. Il est facile de voir dans la pratique que c’est faux : n’importe quel humain de QI supérieur à une poule sait qu’il est plus rentable de s’entendre avec son voisin que de se battre contre lui. Très vite, des ententes ont lieu, une non-concurrence se met en place, le service se dégrade et les prix montent. Sinon, le plus fort absorbe le plus faible et on est reparti pour de l’oligopole ou du monopole.
    Dans le cas du service public, l’entité externe doit être le citoyen. C’est peu connu, mais ça existe pour la SNCF, des comités de ligne existent et décident des trajets et horaires au niveau local. Ce pouvoir n’est à mon sens pas assez fort et implique des élus à la place des citoyens en direct (à l’heure d’internet c’est dommage). Ce n’est d’ailleurs pas les petites lignes qui ont créé le déficit, mais les ministres qui ont manigancé pour la création de lignes TGV un peu partout pour relier leur petite bourgade à Paris au détriment des vrais gens.


  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 12 juin 13:02

    @Yaurrick
    Le problème du « gratuit » est que cela déresponsabilise les utilisateurs et que le cout réel est caché : en bref cela n’incite absolument pas à une gestion optimale et mène à la gabegie que l’on constate que trop régulièrement (et cela ne se limite pas aux transport en commun) .
    C’est un argument que j’entends souvent. Il semble découler du bon sens mais je ne vois pas d’exemple qui le justifie ni dans les pays très libéraux, ni dans les pays plus régaliens.
    Le fait de payer ne présage en rien du non-gaspillage. Le plus souvent, les tarifs sont dégressifs avec la quantité utilisée et ils autorisent un gaspillage incroyable pour la population aisée. Prenons l’exemple des piscines. Si vous avez de quoi vous en faire construire une, le prix de l’eau est complètement ridicule par rapport au reste de l’installation. Il n’y a pas de surcoût à votre surconsommation qui pourtant, pénalise tous les autres.
    Les gens moins aisés sont extrêmement pénalisés par le non-accès à l’eau potable pour boire, se laver, faire fonctionner leurs toilettes alors qu’il est néfaste pour tous les citoyens d’avoir des voisins en mauvaise santé et vivant dans des conditions d’hygiène dégradées.
    Et encore ici, on ne parle de de la face révélée de l’iceberg, le seul vrai problème de l’eau étant l’agriculture intensive de certaines plantes céréalières et du bétail.
    Inversement prenez le cas de pays proposent à leurs citoyens des denrées de base gratuites, cela n’entraîne pas de surconsommation de ces denrées et la revente est carrément impossible puisque tout le monde y a accès...
    Je ne dis pas que c’est ce qu’il faut faire, mais il faut se méfier de ce qui à l’air du bon sens et qui n’est bien souvent rien d’autre que du conditionnement...

    Malheureusement , les pannes et retards ne sont pas que l’apanage de la RATP, c’est le réseau ferroviaire dans son ensemble qui est concerné : mes 3 derniers trajets en train se sont révélés à chaque fois ponctués de gros retards (plus d’une heure) et autres aléas. Et je ne suis absolument pas un cas isolé.
    Oui et ça s’empire avec la séparation de l’entreprise du rail et de celle des lignes. Les dysfonctionnements (et les morts) constatés ailleurs en Europe sous statut privé sont bien plus nombreux.

    Sauf que le réseau de train français est plus accidentogène que le britannique tandis qu’il transporte moins de passagers au km.
    Nous n’avons visiblement pas les mêmes sources, je lis l’inverse.



  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 12 juin 11:14

    @Yaurrick
    70 euros c’est le tarif affiché, pas le prix réel... il me semblait avoir lu que l’usager ne payait qu’environ 1/3 du prix. Le reste c’est des subventions (vous faites donc payer ceux qui ne l’utilisent pas) et de la dette (vous faites payer vos enfants).
    Oui, en effet c’est le principe d’un service public, si on allait jusqu’au bout, ce transport devrait même être gratuit.
    Les automobilistes profitent allègrement de ce service, ils ont moins de monde sur les routes.
    Les citoyens en général bénéficient d’un air moins pollué également.
    Nous bénéficions également d’une meilleure balance commerciale puisque ça nous fait des économies d’importation de pétrole.
    L’argument de la dette ne tient pas la route. L’investissement initial est une dette et doit le rester, seul le fonctionnement courant doit être financé.
    La dette est le fonctionnement normal de la monnaie, elle ne doit pas être annulée. Il faut cesser d’agiter cet épouvantail.

    Et je ne parle pas de la « qualité » de service pour ceux qui utilisent le RER (pannes et retards récurrents).
    Justement le record de pannes et de retard en France concerne la seule ligne francilienne privatisée. Qu’en déduisez-vous ?



  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 11 juin 21:13

    @Spartacus

    Belle inversion de la réalité.Le marché est citoyen. L’étatisme est totalitarisme..Je comprend votre point de vue mais ça n’est qu’une question de valeur, pas une question de « réalité ».Je ne considère pas un sdf d’un pays libéral comme « libre ». Il est libre de crever dans la rue. je considère qu’un membre d’une nation avec des devoirs est plus « libre » que lui si cette nation lui permet d’aller plus loin que tout seul.

    Bien au contraire le marché est l’ensemble des choix anonymes des citoyens et se il se dirige naturellement vers la demande citoyenne dans la paix, là ou l’arbitraire du jacobinisme impose aux citoyens.Vous récitez votre catéchisme. Cela ne correspond à aucune réalité. Sans jacobinisme sur la nourriture, les gens bouffent actuellement de la merde, participant à la destruction de l’espace vital partagé. En effet, le premier qui bouge achète plus cher se fait avoir. C’est de la théorie des jeux du plus bas niveau.Vous pouvez considérer que c’est plus « juste » comme ça. Je préfère la vision de long terme au détriment de la « liberté » de tout casser stupidement. Je ne considère pas avoir raison sur vous. Juste avoir des valeurs différentes.

    Pour le train anglais, le privé assure une meilleure sécurité que l’accidentogénité de la SNCF comparée.
    Vous rigolez ? Même à son point actuel extrêmement dégradé à cause de lobbys libéraux qui intriguent depuis 50 ans pour mettre à mal se service afin de le montrer du doigt et de le dilapider, il n’arrive pas encore à faire aussi mauvais que l’anglais..

    Le coût n’est pas reporté sur la masse des gens qui n’utilisent pas le train et ne laisse pas des dettes pharaoniques. Le service ferroviaire n’est au service de ses obligés accapareurs de privilèges statutaires en monopole, mais bine dans l’intérêt des voyageurs.Oui de mon point de vue il est préférable de forcer au maximum les gens à prendre le train pour se déplacer et surtout à forcer le fret à utiliser le train. C’est une question de sécurité d’énergie, d’entretien des routes et de pollution. Je ne suis pas pour la liberté de circuler de la manière qu’on souhaite sans considération pour les autres. La dette la plus pharaonique est celle de l’entretien des routes.Les automobilistes profitent aussi de l’absence d’autres conducteurs sur la route (donc de ceux qui prennent le train et les transports en commun), ils devraient donc payer pour ce confort supplémentaire.

    L’état est esclavagiste, là ou le secteur privé répond à la vraie demande. Seul l’état à le pouvoir de coercition.Oui. D’ailleurs il n’existe pas d’État libéral, uniquement des États qui font semblant : ils font se gaver une caste préexistante sur le dos de la grande majorité. Il se servent de l’excuse du libéralisme pour bannir toute solidarité verticale mais imposent quand même les gens pour s’armer et piller le reste de la planète. Je préfère donc la réalité : il y a un État, autant l’assumer.

    Précisons que dans une société libérée de l’étatisme, vous pouvez vendre à perte car après tout, ce n’est pas l’argent des citoyens et de la collectivité toute entière prise en otage monopolistique étatique.La tendance naturelle du marché c’est la création de monopoles.Regardez l’histoire (Standard oil compagny, les rockefeller) regardez ce qui se passe aujourd’hui, ne connaissez vous pas les GAFAM ? Vous pouvez considérer l’État, l’assurance, la sécu comme des résultantes du marché d’ailleurs : les citoyens finissent par s’armer contre cette tendance au monopole exclavagiste.

    Vous voudriez revenir au monopoles de France Telecom ?Oui le monopole privé est plus nauséabond que le monopole public.

    Le citoyen est esclave de l’action de l’État.
    Oui, c’est pour ça qu’il faut qu’il puisse en être acteur, sinon c’est la dictature.

    Le secteur privé est donc la solution et pas le problème comme sus présenté de ceux qui choisissent le « petit confort d’un statut » et la contrainte nuisible pour tous les autres.La peur du changement et la peur de perdre des privilèges, et qu’en plus ce soit mieux fait et pour moins cher..
    Non, le secteur privé, n’est pas la solution, il ne fait que déplacer le problème. Je vous rejoins que pour certains c’est la peur du changement qui freine. Ce n’est pas mon cas, ni celui de beaucoup de concitoyens, heureusement.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès