• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pierre Chaillot

Pierre Chaillot

Citoyen excédé par le discours économique ambiant. Des lois économiques fausses ou désuettes relayées par des soit disant "experts" médiatisés qui concourent au modèle de pensée unique et nous envoient droit dans le mur.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/04/2017
  • Modérateur depuis le 17/04/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 93 423
1 mois 1 11 84
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 9 6 3
1 mois 3 1 2
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique









Derniers commentaires



  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 12 novembre 11:21

    @biquet
    Petite précision, la valeur ajoutée sert justement à verser des salaires et le reste part en bénéfices.
    Mettons que vous vendez un produit 5€.
    2€ viennent de vos consommations intermédiaires.
    Il reste 3€ de Valeur Ajoutée.
    Sur ces 3€, vous versez 2€ de salaire et il reste 1€ de bénéfice (une partie va à l’investissement l’autre part en dividendes)
    Avec l’investissement vous achetez une machine et vous virez la moitié de vos salariés.
    Vous vendez toujours votre produit 5€.
    2€ viennent toujours de vos consommations intermédiaires.
    Il reste toujours 3€ de Valeur Ajoutée.
    Sur ces 3€, vous ne versez plus que 1€ de salaire et il reste 2€ de bénéfice.

    La Valeur Ajoutée n’a pas bougé, seule la distribution de la Valeur Ajoutée a changé.



  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 11 novembre 13:40

    @eric
    Pourriez-vous préciser votre pensée ?
    Dites-vous que l’ex URSS était autre chose qu’une dictature avec un espèce d’empereur et une oligarchie ?
    Défendez-vous l’idée que la privatisation par cette même oligarchie a organisé un quelconque mieux pour la population russe ?
    Je veux bien élargir des lectures sur votre point de vue mais il faut que vous l’explicitiez.
    Bien à vous.



  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 11 novembre 12:03

    @Eric F
    Bonjour,
    merci pour ces précisions.
    Certains des points que vous soulevez sont justement combattus par les défenseurs de la pensée libérale. L’impôt est mis à mal par chaque gouvernement depuis que je suis en âge de m’intéresser à la question. Le dernier coup en date étant la Flat Tax qui justement fait sortir les revenus du capital des impôts sur le revenu. Elle va créer un énorme trou dans la caisse au profit d’une poignée d’individus.

    Concernant la TVA en elle-même elle a été beaucoup plus progressive par le passé avec notamment un taux majoré à 33% pour certains produits de luxe jusque dans les années 80. Ajoutons que le taux normal a été relevé ou baissé plusieurs fois selon les gouvernements. La dernière hausse en date étant en 2014 sur pression européenne avec l’excuse de « compétitivité » mais qui n’est rien d’autre qu’une application de la doctrine libérale.



  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 11 novembre 11:50

    @eric
    Je suis trop jeune pour avoir connu Staline si c’est ce dont vous parlez.
    Je ne vois pas bien le rapport entre contrôle démocratique et situation russe.
    Au tout début peut-être.
    La révolution de 1917 avait bien pour but de sortir de l’époque des tsars. Je suis même prêt à m’avancer en disant qu’au vu de la situation juste avant, les paysans russes y ont gagné à ce moment précis.
    La prise de pouvoir juste après de Staline a justement détruit le contrôle des citoyens sur les moyens de production. On est repassé à un système plus ou moins impérial avec une oligarchie d’État qui changeait de celles de tsars sur le papiers...
    Je ne connais pas votre point de vue de calviniste là-dessus, considérez-vous vraiment les tsars plus légitimes que le régime suivant ?

    Vous remarquerez avec moi que lorsque les Chicago boys ont bien plus tard convaincu les membres de l’oligarchie russe des bienfaits du libéralisme, ces derniers ont privatisé les installations d’État (des milliers d’usines et de mines) pour leur propre pomme. Cette privatisation n’a eu d’autre effet que de démultiplier leur richesse au détriment des autres russes. En gros ils ont réussi à empirer la situation...
    Je ne peux même pas les fustiger, s’ils ne l’avaient pas fait ce seraient des fonds de pensions américains qui en auraient pris le contrôle, il est donc même possible qu’ils aient sauvé les meubles en pillant eux-même les richesses de leur pays plutôt que de les laisser à d’autres...

    Bref je ne vois pas de « mieux » par l’arrivée d’un soit-disant libre-marché. Sauf à considéré que ce dernier représente le « bien » sans aucune considération pour la situation réelle des gens. Je ne vois pas d’économie soit-disant libérale qui n’aboutisse pas à la domination totale des détenteurs de capitaux sur les autres (notamment car ils ne jouent pas le jeu mais s’entraident contre les autres au total mépris d’une quelconque concurrence).
    Là encore, considérez-vous ces derniers comme légitimes ?



  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 10 novembre 17:22

    @eric
    Pour avoir étudier le sujet, difficile de trouver plus mal payé et condition de travail plus mauvaise qu’un salarié d’association (nb d’heures max non respectées, contrats précaires, pas de visibilité etc...) On pourrait discuter des heures du bien fondé de financer les associations plutôt que de créer des vrais postes si les citoyens sont d’accord pour dire qu’ils sont nécessaires à notre société (pourquoi pas un référendum sur les restos du coeur, l’hébergement d’urgence, le secours pop/catho, emmaus etc...)

    Si une administration envoie quelqu’un réparer votre voiture ou faire votre jardin, le phénomène que vous évoquez est exactement le même. La monétisation des services est une réification, que le service soit privé et choisit par le client ou public et fournit à l’usager.
    Non ce n’est pas le même. Dans le cas de l’activité d’un agent public, il y a utilisation d’un temps de travail rémunéré. Donc argent qui circule.
    L’entraide, l’association (hors salarié) n’amène pas de circulation d’argent, donc pas de besoin de monnaie.
    La monnaie étant contrôlée par les banques privées, l’association et l’entraide sont « libres » de ce contrôle. Elles n’amènent pas d’emprunt et d’intérêt pour fonctionner.

    Je ne défend pas la supériorité d’une production étatique décidée par une minorité de bureaucrates ou d’élus.
    Je suis pour la production décidée par les citoyens en direct. Je défend l’idée que le libre marché n’existe pas et que l’absence de loi et de contrôle vers laquelle le libéralisme nous envoie ne vaut pas mieux que le pouvoir absolu étatique. Il s’agit à mon sens de la même chose. La seule différence est qu’il ne s’agit pas d’élus mais de détenteurs de capitaux. Ils ne représentent rien et ne font pas de choix correspondant aux besoins de chacun mais juste au leurs et ne rendent de comptent à personnes. Ne me parlez pas du choix du consommateur à l’époque des grands groupes privés et des monopoles organisés.

    La production de l’eau par exemple ne devrait pas tomber dans le pouvoir d’un individu. L’eau étant nécessaire pour vivre, celui qui la détient a un pouvoir quasi infini sur ceux qui en ont besoin. Il n’a d’ailleurs aucun besoin de garantir sa qualité. De même l’eau étant nécessaire, il est absurde que la quantité nécessaire pour boire et se laver soit payante.

    de toute façon, lui ou un autre paye à la fin.

    Non justement, il faut tenir le raisonnement jusqu’au bout. on peut en grande partie démonétiser la société. Il ne devrait pas y avoir de monnaie qui circule pour ce qui est nécessaire (et donc un non-choix). C’est stupide de faire semblant de donner de la monnaie alors qu’on sait que ça va finir dans la poche d’un acteur bien connu, logeur HLM, fournisseur d’eau, d’électricité, de gaz, éducation. Ça n’est pas de la liberté, c’est de l’hypocrisie ou pire du racket organisé (puisque les intérêts de la monnaie seront réclamé par la banque prêteuse).

    Nous pouvons très bien choisir une société où les citoyens se réunissent pour définir ce que la société produit et pour cela, personne ne paye rien, on appellerait cela « service public », avec un contrôle direct du citoyen et une remise en cause par voix de référendum en cas de dysfonctionnement. On pourrait remettre complètement à plat par choix citoyen ce qui doit rester public, on serait peut-être surpris.

    Pour résumé, le seule valeur que je défend c’est :
    Le pouvoir absolu pyramidal arrivant dans la société libérale ou en pouvoir absolu étatique par « démocratie représentative » avance masqué sans affichage de valeur ni contrôle possible du citoyen.
    Seule la démocratie de décision et de contrôle permet de mettre « valeur » et « action » en adéquation.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès