• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pierre R. Chantelois

Pierre R. Chantelois

Après avoir oeuvré une dizaine d’années dans le secteur privé des communications (radio-télévision), je me suis orienté vers le secteur de la Fonction publique du Canada et du Québec du 1970 à 2005. J’ai occupé des fonctions de conseil, de gestion et d’analyste. Je me suis particulièrement intéressé à la télédiffusion des débats parlementaires, aux services en ligne gouvernementaux et aux communications stratégiques gouvernementales. J’ai touché au domaine des relations internationales et du développement international au sein du gouvernement du Canada et auprès d’une importante université francophone du Québec. J’ai oeuvré enfin auprès d’une société internationale d’informatique à titre d’analyste-conseil avant de prendre ma retraite en 2006.

Tableau de bord

  • Premier article le 18/01/2007
  • Modérateur depuis le 07/02/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 111 1350 6999
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 8 3 5
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 1er novembre 2010 13:39

    Ali8


    Les États-Unis, comme Israël, n’ayant pas adhéré au Statut de Rome, il sera difficile de traduire devant un tribunal pénal international Georges W. Bush pour qu’il rende des comptes sur son règne à la Maison Blanche. Et je vous rassure. Georges W. a peu de chances de faire un séjour à Guantanamo ou dans une prison similaire pour présidents ayant menti plus de 1000 fois à leur peuple pour parvenir à leurs fins.


  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 1er novembre 2010 13:31

    Fkarakaya


    Faut-il rappeler les constations d’Amnistie Internationale : Depuis fin 2001, les États-Unis mènent un programme de détentions secrètes et d’interrogatoires géré principalement par l’Agence centrale du renseignement (CIA). Dans le cadre de ce programme, des violations des droits humains ont été commises, dont des crimes relevant du droit international, comme la torture et les disparitions forcées. Des responsables de la CIA ont affirmé que ce programme avait concerné un peu moins d’une centaine de personnes ; on ignore toujours l’identité et le sort d’une grande partie d’entre elles. Les informations sur les lieux où elles ont été détenues et la manière dont elles ont été traitées demeurent ultrasecrètes. Au moins 16 des prisonniers « de grande valeur » de ce programme se trouvent maintenant à Guantánamo et ont été détenus au secret et à l’isolement pendant une période pouvant aller jusqu’à quatre ans et demi avant d’être transférés à la base navale. Parmi eux, au moins trois ont été soumis à la technique de torture dite du « waterboarding », ou simulacre de noyade. D’après une note du ministère de la Justice récemment rendue publique, l’un de ces hommes a été soumis à cette technique 83 fois en août 2002, et un autre 183 fois en mars 2003. Parmi les autres techniques d’interrogatoire autorisées dans le cadre de ce programme secret, on peut citer la nudité forcée, le maintien dans des positions pénibles, l’aspersion avec de l’eau froide, la privation de nourriture solide et l’enfermement dans de petits espaces confinés sans lumière.

    Près de 800 personnes ont été détenues à Guantánamo depuis le 11 janvier 2002, la plupart d’entre elles sans inculpation ni perspective d’un procès équitable, sans accès ou presque à un avocat, et sans visites de leur famille. Cela au pays de Barack Obama, qui se faisait le champion toutes catégories des valeurs républicaines et démocratiques. 

    Le changement est arrivé en Amérique, claironnait Obama le soir de son élection. Une des nombreuses promesses qu’il n’a pas su tenir. 


  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 1er novembre 2010 12:33

    Viktor


    C’est en effet une parodie de procès. Et s’il était démontré un jour, devant une autre instance judiciaire, qu’il était innocent des crimes dont il s’est accusé ? Les États-Unis ont prévu le coup dans leur entente avec les avocats de Khadr : Des détails de la transaction pénale d’Omar Khadr, aussi dévoilés dimanche, garantissent que l’homme ne tentera pas de pénétrer aux États-Unis ou dans l’espace aérien américain après son départ de Guantanamo. Il s’est aussi engagé à remettre tous les profits qu’il pourrait tirer de son histoire à Ottawa.

    « Le gouvernement américain comprend aussi que la sécurité publique est au sommet des éléments à prendre en considération dans toutes les décisions ».

    « Cette entente ne peut pas obliger les autorités canadiennes à accepter ma demande de transfert »


  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 1er novembre 2010 12:06

    Il devrait exister un paradis pour les chats car avoir vocation, comme celui-ci, de marquer par l’humour l’hagiographie de l’Église catholique mérite le ciel. Que le ciel tant c’est un bonheur de lire cet article.



  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 27 octobre 2010 22:56

    Bobby


    Ce qui se passe à Guantanamo n’aurait jamais dû être. D’un pays comme les États-Unis qui revendiquent le droit de donner des leçons, c’est une honte. Et le Canada qui a cautionné ce qui s’y passe participe de cette même honte. 
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité