• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pyrrhos

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 215 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Pyrrhos 24 avril 2014 16:32

    Quel déballage, de Sartre à Cahuzac !!! Et sans rire, ces quoi des « patrons à la Zola » ? J’essaie vraiment de comprendre mais je ne vois pas du tout de quoi il peu s’agir (Zola n’était pas un patron que je sache, c’était un écrivain)...

    Quant aux référundums de de Gaulle, franchement ils ne valaient pas mieux que les plébiscites de Napoléon III. La France gaulliste était un régime autoritaire, c’est un fait (allez dire le contraire aux Algériens jetés dans la Seine en 1961 par le préfet de police... Maurice Papon).

    La France marchait bien, était sur la voie du progrès, peut-être ! Mais c’est dû à la conjoncture économique qui était favorable — puisque tout était à reconstruire, la croissance ne pouvait qu’être à la hausse (aussi grâce au plan Marshal d’ailleurs).



  • Pyrrhos 24 avril 2014 16:14

    C’est là qu’on constate que tous les partisans de Poutine sur Agoravox (il y en a beaucoup) utilisent tous les mêmes arguments, comme s’ils se contentaient d’appliquer de « précieuses instructions » et des discours tout faits.

    Je ne rêve donc pas, il y a bien réseau et connivences.



  • Pyrrhos 24 avril 2014 16:11

    Ah, le fameux argument de l’encerclement ! La Russie, encerclée de toute part par les bases américaines, ne fait que se défendre ! Ce qui justifie bien sûr qu’elle occupe ou annexe tous les territoires qu’elle convoite, qu’elle entrave le processus démocratique dans les pays voisins et qu’elle bafoue le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dans des pays aussi éloignés d’elle que la Syrie.

    On m’a déjà servi cet argument aujourd’hui, et à vrai dire il ne date pas d’hier ! Le PCF le sortait déjà dans les années 50... Vous avez quel âge ?



  • Pyrrhos 24 avril 2014 16:08

    Personne n’a dit - en tout cas je ne l’ai lu nulle part- que les « révolutionnaires » ukrainiens étaient des fascistes ; mais tout le monde constate que cette deuxième révolution a été récupérée par des fascisants, grassement aidés par les US

    Ah, enfin une nuance ! J’avoue que je n’y croyais plus...

    Par contre — je le dis sans ironie — je ne comprends à quoi vous faites allusion quand vous parlez de « deuxième révolution ». Par exemple, on peut dire que la Révolution d’octobre était une « deuxième révolution » par rapport à celle de février, puisque Lénine, son instigateur, renverse le gouvernement provisoire. Mais il n’y a rien eu de tel à Kiev entre le moment où le parlement déclare Ianoukovitch, en fuite, déchu de ses fonctions et aujourd’hui ! C’est le même gouvernement transitoire qui est en poste, alors de quelle « deuxième révolution » parlez-vous ? Cela ne se justifie pas.

    D’autre part, pouvez-vous détailler exactement ce que vous entendez par « récupération » ? Je crois qu’on comprend bien pourquoi vous parliez de « deuxième révolution » : vous voulez laisser croire qu’il y a eu « deuxième révolution » ou « récupération » du mouvement constestataire par des groupe nazis. Comme si la transition entre le régime de Ianoukovitch et l’administration Iatseniouk n’avait pas été une transition politique — comme s’il y avait eu une « révolution de palais » qui aurait vu la substitution d’une équipe dirigeant composée de nazis à l’équipe mise en place à la suite du vote des parlementaires, le 21 et le 22. En tenant les propos que vous tenez, vous vous efforcez de nier qu’il y a eu processus politique à l’issu de la contestation populaire — elle-même politique.

    Le problème, c’est que cette « récupération » et cette « deuxième révolution », dont vous parlez, sont tout aussi fantômatiques que les prétendues persécutions subies par les populations russophones de l’est. Alors, c’est un peu comme si les légions spectrales du IIIème Reich avaient fait irruption sur la scène politique ukrainienne — tout droit sorties du chapeau de Poutine. Mais il y a une raison précise à une telle farce : c’est renvoyer tout le gouvernement transitoire d’Ukraine au néant, c’est lui refuser le statut d’interlocuteur valable, c’est se poser soi-même, seul, sur la scène politique et en barrer l’accès à quiconque n’est pas de votre avis.

    Mais c’est aussi une manière de faire l’autruche ! De ne pas admettre les faits ! Vraiment, pour des matérialistes, ces soviétiques n’ont pas le sens des réalités...



  • Pyrrhos 24 avril 2014 14:24

    Justement, qu’il y réponde, ça me permet de soutenir plusieurs discussions en même temps.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité