• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

romG

romG

Marin et voyageur, j’ai récemment posé mes valises dans notre belle capitale après avoir pas mal vogué.
Particulièrement touché par les problématiques écologiques, sociales et économiques, j’essaie de porter sur le monde qui nous entoure un regard critique avec une approche "développement durable". Si le fond est idéologique, je m’attache à garder une approche scientifique, pragmatique, mais surtout systémique.
Je suis par ailleurs président d’une association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) que j’ai créée dans le 14e, membres actifs d’associations (éco-construction, jardins partagés) et sociétaire/correspondant local d’ENERCOOP.

Tableau de bord

  • Premier article le 12/06/2006
  • Modérateur depuis le 16/06/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 187 190
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 43 32 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • romG romG 12 juin 2006 15:13

    Entièrement d’accord avec vous eon. C’est pourquoi le bon exemple doit être montré par l’administration. C’est déjà le cas pour un certain nombre de projet. Ainsi, l’OPAC de Paris a-t-elle lancé un projet de bâtiment à énergie positive, des installations de panneaux soalaires thermiques (en réaction à l’augmentation du prix du gaz naturel) ... Alors que les 9/10e des logements de l’OPAC sont des logements sociaux !

    Par ailleurs, je ne pense pas qu’il s’agisse d’opposition entre luxe et écologie, mais entre deux visions de qualité de la vie.

    Enfin, pour que ces projets montrent leur viabilité, il s’agit bien de les replacer dans le contexte de leur cycle de vie complet, ou du moins sur une durée significative. Le retour sur investissement de ces technologies est assez court (souvent aux alentours de 10 ans), mais cela nécessite d’avoir une vision « coût global » et ne pas rechercher le meilleur coût de construction mais le meilleur coût de possession.



  • romG romG 12 juin 2006 15:02

    Merci pour votre commentaire perplexe.

    N’étant pas du métier, je n’ai pas poussé plus que cela l’idée avancée par M. Alain MAUGARD (sur le rapprochement avec les êtres vivants), président du CSTB (http://www.cstb.fr/). Si vous avez des références à me proposer (ouvrages de Gérald Edelman), je suis preneur. Pour ce qui est de l’approche révolutionnaire, le propos était d’Elizabeth LAVILLE, fondatrice et directrice d’Utopies (agence de conseil aux entreprises pour le développement durable) et résonne bien avec les idées des tenants de la Décroissance.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité