• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Salade75

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 621 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Salade75 23 février 2010 12:56

    Ne serait-il pas normal qu’un électeur fasse son choix en se basant sur un programme et sur ce qu’il sait de la capacité / l’envie du candidat de le réaliser ?
    Le passé du candidat est un élément important dans l’évaluation de cette capacité et de cette envie.
    Tous les candidats de la république devraient communiquer sur leur patrimoine et leur casier judiciaire (on peut être élu et utiliser l’argent public avec un casier judiciaire chargé, mais on ne peut pas être agent SNCF !).
    A chacun ensuite de faire son travail d’analyse pour se décider.
    Cela dit, un casier judiciaire chargé semble plutôt être un bon point pour se faire élire (Cf post Imhotep, + bien d’autres !).



  • Salade75 17 février 2010 13:27

    Vraiment à très long terme alors !



  • Salade75 6 février 2010 01:28

    Nous avons l’UE et le dogme de ’la concurrence libre et non faussée" d’un côté, et l’affairisme centripète des syndicats et partis de gauche de l’autre : pas besoin de complot !
    Mais si vous pensez sincèrement plaider un tant soit peu pour la cause de la SNCF et en général des services publics, je pense que vous passez à côté de votre objectif !
    Il suffit de lire les commentaires liés à chacun de vos articles pour le contater.

    C’est d’autant plus dommage que le sujet sur les retraites par exemple, pourrait vraiment être intéressant et, sinon fédérateur, tout au moins générateur de réflexions permettant d’aller au delà du discours dominant, si il était traité avec recul et prise en compte de l’environnement.
    Beaucoup de posts sur ce site en témoignent.

    Enfin, ou parlez vous dans l’article ci-dessus des difficultés du dialogue social ?
    Vous ne parlez que de disputes de CRS et d’étudiants sur le comptage des manifestants ! Cela ressemble au « combat » social des années 60/ début 70, mais pas à un dialogue : seulement une caricature pathétique de la « gréviculture » décrite par F. Regniault dans son livre de louanges sur l’autre président (celui de la SNCF).



  • Salade75 5 février 2010 17:00

    Qui êtes vous vraiment M. Aufrere ?
    Chacun de vos articles, de par leur tournure, déchaîne des torrents de haine anti-SNCF.
    On dirait qu’ils sont conçus pour cela !

    Membre de l’AFRA ?



  • Salade75 4 février 2010 19:55

    Je partage vos analyses, sauf sur un point : vous rejetez la responsabilité de la situation sur les gouvernements et les pleutres du privé (je suppose que vous n’insinuez pas que les fonctionnaires se tirent aussi une balle dans le pied).

    Or je pense que vous oubliez 2 composantes : les syndicats et justement les fonctionnaires eux mêmes !.

    Dans les années 60/70, chaque combat, mené individuellement ou collectivement, amenait un gain pour tous. Il y avait des grèves locales ou générales, qui aboutissaient tôt ou tard sur des avancées sociales générales.
    Puis le contexte a changé. Le chômage a touché ceux que vous appelez les veules et les rêves créés par les « utopies » ont disparus avec elles.
    Ni les Syndicats, ni les Fonctionnaires (SF) n’ont compris la terreur créée par cette nouvelle situation, ni les chantages faits aux « veules » pour qu’ils arrêtent les combats. Tous « protégés » par leur statut, les SF n’étaient pas concernés !
    Si les luttes des SF s’était focalisée sur les combats « pour tous », ou au moins la défense collective des acquis (vous conviendrez j’espère qu’il est plus facile de faire grève quand on ne risque ni son emploi, ni son augmentation, ni son évolution statutaire), les autres auraient pu se sentir soutenus et revenir dans la lutte.
    Mais les SF ont continué sur des combats de progrès social ciblés dont maintenant ils devenaient les seuls bénéficiaires.
    Chaque victoire des SF était alors vécue par les non SF comme une défaite ou un déclassement social.
    Les gouvernants et libéraux ont eux bien compris la fracture, et se sont jetés dedans pour effectivement transformer une nation unie dans le progrès en micro groupes aux intérêts divergeants : diviser pour régner !
    Contrairement à vous, je pense donc que le manque de clairvoyance des syndicats et des fonctionnaires a été le tapis rouge présenté aux libéraux pour casser l’unité sociale, et maintenant démanteler les acquis qu’elle avait su générer.
    Et que tant que les positions des SF resteront figées, le démantèlement se poursuivra pour le grand profit des actionnaires, et les beaux hochets des politiques.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité