• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

savouret

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 07/07/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 86 23
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • savouret 1er octobre 2009 12:07

    je suis d’accord avec votre article.en effet, en dépit de la surmédiatisation dont il fait l’objet, le g 20 n apporte aucune modification fondamentale au fonctionnement du système économique et financier mondial.
    comment pourrait il en etre autrement, alors que tous les dirigeants des pays représentés au g 20 sont plus ou moins imprégnés par la doctrine néolibérale ?
    il est évident qu’il n ’y a aucune volonté réelle de remettre en cause profondément le système en vigueur, et que l’action du g 20 se restreint donc à des mesures symboliques et surtout à des discours incantatoires qui ne sont nullement suivis d ’effet.
    de plus, les interets de ces pays sont bien trop divergents pour que le g 20 puisse s’imposer comme un acteur significatif d ’une gouvernance mondiale.
    comme vous l ’evoquez, c ’est par « le bas »que doit survenir la rupture avec les principes régissant nos économies et nos sociétés.
    je demeure optimiste sur cette possbilité, mais je ne pense pas qu’elle puisse se concrétiser sur du court terme, car les mentalités collectives se caractérisent par une forte inertie, et la grande majorité des populations des pays occidentaux demeure ainsi profondément conditionné par les valeurs inhérentes a l’ultralibéralisme sans en avoir toujours conscience.



  • savouret 1er octobre 2009 09:25

    vous avez certes raison lorsque vous évoquez les facteurs structurels qui contribuent à l’accroissement permanent de la dette.ceci , dit si l’intensification des dépenses liées au vieillissement semble inéluctable je pense qu’en ce qui concerne l’enérgie, il est possible de minimiser significativement son poids dans l’augmentation de la dette a condition bien entendu de remettre en cause significativement nos modes de vie.
    sinon, il me semble qu’il y a également une autre solution pour enrayer quelque peu l ’essor de la dette, il s ’agit d’augmenter les impots sur le revenu, et bien entendu de supprimer le bouclier fiscal.ceci impique neanmoins, une rupture avec les dogmes néolibéraux, et de plus cela requiert un courage politique qui fait cruellement défaut aux partis qui gouvernent les pays européens, ce dont témoigne l ’attitude des partis sociaux démocrates qui dans une logique électorale ont eux aussi prone ou mis en oeuvre une baisse des impots lorsqu’ils étaient au pouvoir.



  • savouret 30 septembre 2009 22:37

    article intéressant qui met bien en exergue l’inefficacité de l ’ump et de son hyperprésident pour gérer le budget de l’etat.
    de plus, cet échec patent dans le domaine budgétaire, que l’on ne peut nullement imputer entièrement à la crise s’accompagne bien entendu d ’une politique totalement inique sur le plan social.
    il convient donc d ’espèrer que l’impéritie manifeste du gouvernement à mettre en oeuvre une politique cohérente et équitable socialement se traduira par des échecs électoraux pour l’ump lors des prochaines écheances.
    toutefois, j ’en doute, en raison des difficultés structurelles de la gauche à batir un projet alternatif(du moins en ce qui concerne son parti le plus influent),mais également parce que l’ump conserve un noyau dur de partisans , ce qui se traduit par un taux de popularité qui demeure acceptable pour sarko dans un contexte de crise polymorphe.
    sinon, je trouve pertinente votre réflexion sur le manque total de pertinence des analyses faites par certains économistes comme baverez.ceci nous démontre bien, qu’en dépit de de la légitimité croissante qui leur a été conférée au détriment d ’autres scientifiques telles les philosophes ou les sociologues,les économistes peuvent commetre de graves erreurs de prévisions, en raison notamment selon moi d ’un manque de mise en perspective historique ou sociologique de leurs travaux et aussi parce que leur raisonnement ne prend pas suffisament en compte le long terme.



  • savouret 30 septembre 2009 12:08

    vous posez un problème intéressant.cependant, j ’avoue qu’il m ’est difficilement concevable d ’envisager une alliance modem europe écologie qui serait réellement viable.
    certes, le modem présente de réelles évolutions par rapport à l’udf dans sa conception de la société.toutefois, il ne remet pas en cause à priori les fondements du système économique en vigueur et il demeure impregné d ’une pensée libérale, ce dont témoigne son alliance avec les libéraux au parlement européen.
    des lors, seule « l’aile droite » d ’europe écologie pourrait réellement concevoir une alliance électorale avec le modem, et je pense que les représentants de « l’aile gauche » d ’europe écologie ou meme les représentants de sa ligne dominante ne sont pas favorables à cette perspective.
    n ’est il pas illusoire de croire que noel mamere et francois bayrou pourraient réellement faire partie d ’une meme liste par exemple ?
    plus globalement, l’idée des primaires est séduisante a condition que celles ci soient destinées aux partis présentant beaucoup plus de convergences que de divergences idéologiques.malheureusement, ceci n ’est pas le cas aujourd’hui à mon avis.
    pour que le projet des primaires devienne crédible, il me semble impératif que le parti demeurant « majeur » à gauche en dépit de ses multiples déconvenues,parvienne enfin à se doter d’un axe idéologique cohérent et majoritaire en son sein.ceci est concevable , mais nécessite un véritable effort intellectuel , car redéfinir une pensée de gauche prenant en compte les principaux défis contemporains n ’est pas une tache aisée, ce dont témoigne la crise de la social démocratie à l’échelle européenne.



  • savouret 28 septembre 2009 21:29

    certes, les régimes communistes productivistes ont eu une empreinte écologique fort délétère, donc historiquement la gauche a aussi eu sa part de responsabilité dans la destruction de l’environnement.
    toutefois, il me semble évident d’affirmer que les fondements du capitalisme sont antinomiques d ’un système de pensée réellement respectueux de l ’environnement.
    les seuls partis qui pronent une politique environnementale globale cohérente se situent à gauche sur l’echiquier politique et ces derniers ont compris que la remise en cause significative du productivisme était nécessaire ,ce qui les a amené à redéfinir leur idéologie.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Société Tribune Libre

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité