• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Sébastien Bosvieux

Sébastien Bosvieux

Finalement, la politique on en fait tous, tous les jours que ce soit en faisant ses courses, en se déplaçant, en choisissant son logement... ou en écrivant des papiers pour Agoravox. La mienne est très imprégnée d’écologie.

 

Tableau de bord

  • Premier article le 02/11/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 19 114
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Sébastien Bosvieux Sébastien Bosvieux 10 novembre 2006 15:33

    Mon sentiment profond me dit que la décroissance des pays riches si on ne la choisie pas, on la subira.

    Or un croissance nulle voire négative dans une société de croissance c’est la cata. Donc pour moi le développement durable est un oxymoron car le développement ne peut être durable, ce dernier mot étau sutainable en anglais (soutenable) à la base mais il a été traduit en durable pour faire + « positif ». ce mot a été créee pour faire croire qu’on s’occupait du problème mais pour eu fond ne rien changer (à si les ampoules à économie d’énergie vont changer le monde).

    Donc décroissance et développement durable, beaucoup importe !!!



  • Sébastien Bosvieux Sebos31 9 novembre 2006 10:08

    Au risque de choquer les puristes, je me sens proche de l’esprit de la décroissance et pourtant j’occorde crédit à ce que fait Hulot.

    C’est un des seuls en France qui touche un très large public par son image et sa présence sur TF1 et en particulier des gens pas spécialement écolo. Car le but n’est pas de s’adresser à des convaincus, des écolos mais à tout le monde pour leur faire prendre conscience. Les retombées sont très importantes en terme d’éducation populaire (populaire dans le sens de tout le monde car les pauvres polluent moins que les riches...). Hulot a fait des compromis aves des multinationales qui exploitent sont image mais c’est le prix à payer, je ne pense pas qu’il soit tombé dans la compromission ca reste un compromis.

    Après, sa candidature n’ira évidemment pas au bout, je pense qu’il va la retirer à la fin de l’année et d’ailleurs son programme ne porte que sur l’écologie. Il s’invite de manière médiatique au débat pour l’orienter vers l’écologie. Je crois de moins en moins qu’un parti écolo ait sa place sur la scène politique et pourtant je n’ai jamais été aussi sensible à la question !. L’écologie doit être partie intégrante, au même titre que le social, de toute décison politique. L’idée du vice premier ministre est excellente à la condition que ce ne soit pas une simple présence médiatique.

    Je rappelle les objectifs de Kyoto (de tête...) 2012 = -5% (Europe a mis la barre à 8%) 2050= -50% en France nous avons le plan climat (facteur 4) = -75% de rejet de CO2 en 2050 !! ce chiffre est monstrueusement ambitieux mais quelles décisons poltitiques en font un préalable ?



  • Sébastien Bosvieux Sebos31 8 novembre 2006 16:50

    Par rapport aux compensations des émissions de carbone il y a une côté pervers que je vois autour de moi avec la taxe sur la transport aérien. En effet les gens s’en affranchissent et leur conscience est sauve. Ils payent en quelques sorte un droit à polluer. Pour la surtaxe CO2 sur les voitures, un collègue dit à tout le monde que sa voiture (un 4X4) est propre car il est juste en dessous de la surtaxe et pense même avoir fait un acte écolo. Pour lui le seuil de 200g est le seuil au delà duquel on pollue vraiment... ceci dit dans ce dernier cas, la surtaxe l’a sans doute disuadé d’acheter un 4X4 à 220 g/km donc l’effet existe quand même.



  • Sébastien Bosvieux Sebos31 8 novembre 2006 16:39

    Tout à fait, le prix brut ne veut rien dire.

    Concernant le label bio et le commerce équitable (il n’y aucun label dans l’équitable, juste des marques issues d’association comme Max Havelaar) je ne pense pas qu’il faille les rejeter au titre qu’il y a peut-être quelques rares brebis galeuses. Le bio et l’équitable sont l’aboutissement d’un démarche intellectuelle qui va dans le sens de mon papier avec pour objectif le respect de l’homme et de la nature. Rien à voir avec un label rouge par exemple qui est signe de qualité du produit lui même.

    Parmi les actes il y a pour moi
    - la bio
    - l’équitable
    - les circuit courts et le plus directs possibles (AMAP, réseau de Cocagne, achat direct au producteur)
    - le petit commerce (éviter la grande distribution)
    - réduire les emballages et regarder où est fabriquer le produit

    Ce ne sont que des conseils pratiques qui valent ce qu’ils valent...



  • Sébastien Bosvieux Sebos31 8 novembre 2006 00:17

    Mais mon papier n’est pas du tout optimiste !!!

    Je fais plutôt remarquer qu’il y a beaucoup d’effets d’annonces, de cris effarouchés mais rien de concret et que dans le mur on y va, et bien... Soyons sûr que la conférence de Nairobi accouchera de pas grand chose.

    Chaque matin en me rendant à mon boulot en vélo, je passe sur la rocade toulousaine et je me dis naïvement que j’y verrai de moins en moins de voitures au fil des mois car les gens, se disant concernés et inquiets, vont faire un truc simple comme prendre les TC, covoiturer, faire du vélo... mais non. Je passe encore pour un doux rêveur quand ce n’est pas un fou furieux sur mon vélo !!! Tous les matins je suis entre désespoir (quand je vois le nombre de voitures avec une seule personne), colère (quand un 4X4 me double en accélérant comme un fou et en me frolant ... je le redouble au feu suivant 200 m plus loin !!!) et amusement (quand je double en sifflotant une file exceptionnellement longue de voitures aux conducteurs avachis dans leur siège, à la fois victimes mais surtout acteurs de ce merdier).

    Le monde ne tourne peut-être plus très rond finalement !


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité