• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

SegFault

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 20 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • SegFault 23 juin 2007 13:46

    Alors j’en conviens sur la partie train de vie égaux. C’est une abbération. J’ai voulu simplifié l’explication au maximum. Le but étant idéalement de montrer que les plus bas salaire ayant déjà du mal a boucler leur mois vivront des moments encore plus difficile.

    Quand a l’effet sociologique sur les fin de mois, heu, c’est peut-être vrai, mais je ne pense pas que les plus haut salaire soit a plaindre ;)



  • SegFault 22 juin 2007 16:29

    Il ne faut pas gronder l’auteur, roh, faut lui expliquer.

    La TVA est a 20%, le budget est décrit comme suit : poste budgétaire (prix + tva) => total.

    Monsieur A viens de toucher son salaire 100 Zlatism. Monsieur B viens de toucher son salaire de 60 Zlatism.

    Monsieur A et B on au départ le même train de vie, monsieur A plaçant le surplus en épargne.

    loyer (30+0) => 30

    charges fixes -EDF,transport,etc- (10+2) => 12

    bouffe (10+2) => 12

    loisirs (5+1) => 6
    —  Total 60 Zlatism

    Monsieur A a 40 Zlatism mis en épargne. Monsieur B a rien mis en épargne.

    Bien la TVA passe maintenant a 30%.

    loyer (30+0) => 30

    charges fixes -EDF,transport,etc- (10+3) => 13

    bouffe (10+3) => 13

    loisirs (5+1.5) => 6.5
    —  Total 62.5 Zlatism

    Monsieur A peut mettre 37.5 Zlatism en épargne. Par contre, Monsieur B doit remettre en cause son budget et y sacrifier des dépenses, car son salaire ne suffit plus.

    Voila ce que l’auteur aurait pu démontrer... c’est différent comme conclusion quand même.



  • SegFault 12 juin 2007 14:08

    Bonne question des pro-peine de mort : « Et si c’était votre enfant ? »

    Mais pourquoi pas cette réponse : « Et si c’était votre enfant - qui par ses propres erreur ou par erreur judiciaire, se trouvais la tête sous la guillotine ? »

    ... Les gens pensent toujours dans un sens... Jamais dans l’autre, le méchant, la bêtise, l’erreur, ça viens toujours des autres... c’est sur... ^^



  • SegFault 25 mai 2007 16:55

    Un tit moins pour l’auteur.

    Les médias serait responsable de la violence ? ... Avant de parlé de citée « dangereuse », ne parlait-on pas de bas-quartier et de rue « coupe-gorge » ? A l’époque, la télévision était la cause du mal ? L’avènement de la violence serait dut a la violence dans les mass média ?

    Un peu pauvre comme analyse, un bouc émissaire facile.

    Je sais pas, y aurait plein de questions a poser avant : Est-ce que la violence n’est pas par exemple le propre d’une réaction de défense ? exclus souvent malgré eux « du clan » de la société, nos délinquants violent n’ont-il pas une réaction simple de vengeance type : vous me haïssez pour rien, vous me rejetez pour rien, je vais vous donnez une raison, que ça me profite tant qu’a faire, etc...

    Je sais pas, je pense que c’est le travail des sociologue de donner des réponses sur les cause des malaises dans notre société, mais surtout je crois qu’il s’agit d’un sujet complexe, la violence a des motivations variées mais il ne suffiras pas de parler novlang et dire « il faut responsabiliser les media » (censurer quoi) pour la faire disparaitre.



  • 25 avril 2007 17:40

    Je m’étonne des réactions négatives a cet article de la part de mes camarades « de gauche ». Je veux dire je suis un anti-sarko convaincu de la dangereusement de l’homme mais le fond de l’article ici me semble on ne plus exact.

    Mr Bilger parle ici en plaideur, ce qui veux dire un peu en homme de théâtre. En terme de mise en scène, de prestance, d’intonation, de répondant, d’improvisation, de rhétorique. Il y a le talent. On peut employer tonnes de communiquant, ils ne feront que du cadré, du faux, du toc. Des célèbres raffarinades aux ridicules mots en « ude » de Ségolène, la communication montre ses limites et franchement, on a l’impression d’être pris pour de fieffé imbéciles. Reconnaissons à Sarko, comme à Besancenot, qu’ils ne viennent pas rejouer leur média training comme de mauvais acteurs. Ils le rejouent, certes, mais en y croyant ; ils ont le sens du spectacle, ils s’adaptent, improvise et donne une certaine de forme de vie à leur discours.

    Alors ce discours, qu’on le gerbe ou qu’on l’épouse, on est obliger d’admettre qu’il a plus de présence qu’une fadasserie issus de la com’. Rester naturel en tout temps, pour dire vrai ou pour mentir, c’est un talent politique.







Palmarès